Partagez | 
 

 I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Jeu 17 Mar - 20:59

I'm searching for a song tonight
Stephen & April


Il y avait deux types de personnes qu'April avait tendance à esquiver : les ennuyants et les pots de colle. Bien évidemment cette aversion grandissait si quelqu'un parvenait à cumuler les deux traits de caractère et ce soir il n'y avait pas à dire, elle avait tiré le gros lot. La jeune femme blonde était seulement sortie s'acheter une friandise salée pour son repas du soir. La chance pouvant être à double tranchant, si elle avait pu finir plus tôt, sa soirée qui aurait pu débuter si tôt et être parfaite venait d'être compromise. Elle avait même eu du mal à recadrer le visage de l'homme qui venait de lui adresser la parole. Plutôt banal et pourtant, il titillait vaguement sa mémoire. Après quelques secondes, cela lui revient : elle l'avait rencontré une semaine plus tôt, dans un bar. Pas si vilain que cela, elle lui avait laissé une chance de brillait un peu plus quand il lui avait offert un verre. Ce fut loupé : il n'avait rien de bien intéressant, un banquier pleurnicheur, égocentrique qui l'avait ennuyé malgré qu'elle est cherchée à relancer la conversation à trois reprises. Déjà ce soir-là, elle avait dû faire preuve d'inventivité pour le semer. Et le voilà qui se tenait là, à l'aborder au milieu de la supérette, bien ravie de la revoir. « Désolée, je suis occupée. » Si elle lui sourit, le ton restait froid et distant, mais le panneau gros comme une maison ne suffit pas, il poursuivit son monologue.

La jeune femme déchanta vite et abandonna son idée de prendre son repas du soir ici. Qu'importe le repas choisi, cela ne valait en rien la peine de le supporter deux minutes de plus. Elle lui signala qu'elle devait y aller, lui souhaita de faire de bonnes courses et tourna les talons. Bon débarras. Du moins, c'est ce qu'elle crut, mais à peine quelques pas faits dans la rue, elle entendit la voix de l'homme reprendre derrière elle. Elle n'avait même pas envie d'écouter ce qu'il avait à dire. Qu'il la trouve jolie, qu'il lui est offert un verre ou qu'il souhaite la connaitre plus... il n'y avait pas un mot sortant de sa bouche qui ne lui donnait pas plus envie de mettre de la distance entre elle et lui. Heureusement qu'elle n'en rencontrait pas tous les jours des comme ça. April s'arrêta et reprit la parole pour lui expliquer qu'elle n'était pas intéressée et qu'elle serait plus à l'aise s'il cessait de la suivre. Adan, son nom venait de lui revenir, balaya son inquiétude exprimée d'une phrase, expliquant qu'elle n'avait rien à craindre et qu'il voulait seulement pouvoir faire sa connaissance. Elle s'en serait tapée la tête contre le mur : même l'approche pédagogique ne marchait pas sur lui. Avait-il des oreilles pour entendre ce qu'elle disait ou bien était-il vraiment incapable de prendre en compte son avis ? Son aversion pour lui ne faisait que grandir à chaque nouvelle phrase qui franchissait les lèvres masculines.

Dans un soupir, April traversa la route. Rentrer chez elle à pied comme prévu allait être ennuyant. Tant qu'il la suivait, elle ne ferait que le ramener droit en direction de sa maison. Et ce n'était pas l'idée la plus brillante qu'elle pouvait avoir. Appeler un taxi ? Elle n'en voyait aucun à héler à portée de voix et il faudrait sans doute plusieurs minutes au mieux pour qu'un chauffeur puisse la rejoindre. Elle pestait mentalement quand une portière de voiture qui se fermait attira son attention. Une autre personne qu'eux deux dans cette rue, c'était exactement ce qu'il lui fallait. Ce fut même mieux que ce qu'elle aurait pu espérer. L'homme qui venait de sortir de la voiture quelques mètres plus loin n'était pas un inconnu. Elle était loin de le connaitre assez pour savoir s'il marcherait dans sa combine, mais c'était à l'instant la meilleure solution qu'elle puisse trouver. Entre le boulet à ses trousses, qui continuait de parler sans cesse, et Stephen qui lui avait laissé un bon souvenir, son choix était vite fait.

La blondinette pressa le pas pour rejoindre son ami d'une nuit et posa sa main sur son bras en arrivant à sa hauteur. « Stephen ! Tu es arrivé ! » Comme si elle l'attendait, elle se hissa sur la pointe de pied pour déposer un baiser au coin de ses lèvres, furtif. Au lieu de reculer, elle poursuivit sa mascarade, s'arrêtant à à peine quelques centimètres de lui, à une distance qui pouvait prêter à confusion quand à leur relation. Un coup d'oeil à l'homme derrière elle la persuada qu'il fallait en rajouter une petite couche pour finir de marquer le coup. Vêtue de son jean bleu et d'un simple teeshirt blanc, elle l'invita en silence à rester plus près d'elle, en posant son autre main sur la hanche de l'homme, sans retirer la main de son bras. « ... Parce que tu as un mec ? » Oh, qu'elle n'avait aucune envie de répondre à cette question. Comme si cela pouvait être le seul critère pris en compte. Elle espérait qu'il tourne les talons et s'en aille, pas qu'il reparte à lui demander des justifications. April leva les yeux en direction du blond contre lequel elle se tenait : ce type la rendait dingue, pouvait-il comprendre ça et lui pardonner son approche ?

Tenue
sans que le tee-shirt soit accroché  Rolling Eyes




All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Sam 19 Mar - 18:14

I'm searching for a song tonight

Et voilà une journée de travail de plus qui se terminait. Stephen appréciait son boulot, là n’était pas le problème, non. Le problème, c’était certains clients. Il venait de passer deux heures avec un homme, de toute évidence en pleine crise de la cinquantaine, qui ne rêvait que d’une chose : retrouver son corps de jeune homme. Cela faisait trois semaines déjà qu’il venait régulièrement, armé des meilleures intentions qui soient, mais il semblait avoir du mal à comprendre qu’après une vie à profiter de toutes les bonnes choses de la vie à l’exception du sport, il allait en baver s’il voulait voir le gras qu’il avait cultivé tout ce temps disparaître. Chaque fois qu’il venait, Steph avait le droit au récit de tous les exploits de l’homme, certains paraissant plus crédibles que d’autres, mais très franchement il ne les écoutait que d’une oreille et profitait de la moindre occasion pour fuir ledit client qui agissait comme si le jeune homme était son coach personnel, sans pour autant payer le prix qui irait avec un tel service. Discuter avec les gens qui fréquentaient la salle de sport ne lui posait pas de problème, ses années de voyage et ses petits boulots en tous genres lui avaient appris à être sociable avec n’importe qui, mai sil y avait des gens comme ça qui lui donnaient de soulever de la fonte pour le simple plaisir de leur fracasser sur le crane. Il ne le ferait pas bien sûr, mais n’allez pas me dire que ce genre d’envies de meurtre ne vous arrive jamais, personne ne vous croirait.

Ce soir là, Steph avait donc été plus que ravi de laisser la salle de sport et sa journée de boulot derrière lui et de grimper dans sa voiture. Plus qu’à faire quelques courses, le frigo ne se remplissant malheureusement pas tout seul, et il n’aurait plus qu’à se rentrer, s’écrouler sur le canapé et… Ne rien faire. Oui, voilà qui était un programme des plus tentants. Ca et des plats à emporter, une bonne soirée de flemmard en perspective. Il aimait sortir mais un peu de tranquillité faisait du bien aussi de temps en temps, après une journée de travail. C’est donc avec cette pensée en tête qu’il démarra le moteur de sa voiture et s’engagea dans les rues animées de Melbourne.

En deux ans et demi il avait eu plus que le temps de se faire ses petites habitudes à Melbourne et sur le chemin qui le menait chez lui il fini par se garer dans une ruelle non loin d’une superette où il avait l’habitude de faire ses quelques courses en sortant du boulot. A peine eut-il mis un pied hors du véhicule qu’une voix l’interpella.

Stephen ! Tu es arrivé ! lança la voix féminine alors qu’une main s’était posée sur son bras. Il se retourna vers celle à qui appartenait la main et reconnu April mais n’eut pas le temps de dire quoi que ce soit que déjà la jeune femme se hissait sur la pointe des pieds pour déposer un baiser au coin de ses lèvres, au plus grand étonnement de Steph qui s’efforça de ne rien laisser paraître de sa surprise, se doutant qu’il devait y avoir une raison pour un tel accueil. Quand elle éloigna son visage du sien il en profita pour la questionner silencieusement, arquant un sourcil interrogateur avant de la voir jeter un coup d’œil par-dessus son épaule. C’est là, en voyant l’homme qui se trouvait non loin, qu’il comprit son petit manège et le pourquoi de cet accueil inattendu et de son comportement. Traduction : au secours, débarrasse-moi de ce pot-de-colle. [b]... Parce que tu as un mec ?[/color] dit finalement l’homme qui avait l’air bien coincé vêtu de sa petite veste de costard.

Deux options s’offraient alors à Steph. La première, laisser April se débrouiller et apprécier le spectacle, ce qui pouvait être amusant. La seconde, voler à son secours et la débarrasser de ce pot de colle à qui l’ont n’avait apparemment jamais appris la signification du mot non. Une chance pour April, Stephen avait en horreur ce genre de mecs. Et puis il conservait de bons souvenirs de la jeune femme et de leur nuit passée ensemble. Elle lui plaisait, et elle l’intriguait, mais contrairement à l’homme qui les dévisageait comme s’il n’arrivait pas à croire ce qu’il voyait, il n’était pas de ces mecs chiants qui pensent que parce qu’ils jettent leur dévolu sur une demoiselle, celle-ci doit forcément leur accorder leur pleine attention.

Pourquoi, tu l’aurais harcelée toute la soirée si ça n’avait pas été le cas ? Suivie jusque chez elle ? demanda-t-il, glissant le plus naturellement du monde sa main sur la hanche de la jeune femme. Et puis, c’était quoi cet air étonné ? Comment pouvait-il être surpris qu’une fille telle qu’April soit en couple ? Ok, elle avait bien fait comprendre à Steph que les relations sérieuses ça n’était pas son truc, mais ça il n’était pas censé le savoir. Et qui dit couple ne dit de toute façon pas forcément sérieux, il était bien placé pour le savoir. T’attends quoi, le déluge ? ajouta Steph, voyant l’homme toujours planté là, qui se recomposa une expression un peu moins stupide. Un peu, mais on ne peut pas faire de miracles. Finalement, Stephen leva les yeux au ciel. Allez viens, on y va, dit-il à l’attention d’April, espérant que l’homme ait enfin décidé d’abandonner la partie. Il glissa son bras dans le dos de la jeune femme pour l’entraîner à sa suite, contournant au passage l’idiot du village, qui semblait quelque peu contrarié.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Dim 20 Mar - 21:36

I'm searching for a song tonight
Stephen & April


C'était de loin une des stratégies dont elle aimer le moins user pour se débarrasser de quelqu'un. Mais à l'instant, Stephen était sa meilleure échappatoire, ses mots semblant glisser sur cet Adan. Les autres solutions étaient vite classées : les phrases étaient sans effet, pas de voiture à portée de main, courir ne lui aurais pas forcément permis de le semer, quant à une confrontation physique... April avait appris bien tôt dans la vie que ce n'était pas comme ça qu'elle s'en sortirait. Elle faisait rarement le poids face à une femme de son gabarit, alors un homme, même sans qu'il ne paraisse plus fort, avec statistiquement de grandes chances de l'emporter. Croiser Stephen ici était donc une aubaine et la meilleure solution. Non seulement elle aurait parié sur lui en cas d'altercation entre les deux hommes, mais en plus de ça, il n'était pas déficient sur le plan intellectuel, pas comme celui qui la suivait à la trace depuis trop longtemps déjà à son goût. Restait à savoir s'il accepterait de rentrer dans sa parade ou s'il estimerait qu'il n'avait plus rien à voir avec elle après leur dernière soirée. Ce qu'elle comprendrait parfaitement, mais lui assurerait un retour à la case départ avec l'autre type. C'est pour s'éviter cela qu'elle lui demanda silencieusement un coup de main en plongeant ses yeux dans les siens. Intérieurement, elle ajouta un gentil « S'il te plaît. »

À chaque nouvelle phrase, sa rencontre d'un verre aggravait son cas. Les joues d'April s'empourprèrent cette dernière phrase, trahissant son agacement. Ce n'était pas son problème, elle ne lui devait rien et en aucun cas n'était pas sa propriété. Comment pouvait-il être aussi agaçant et buté après seulement quinze minutes de monologue, un soir ? Heureusement pour elle, Stephen prit le relais pour faire savoir à l'autre qu'il dépassait les bornes. Car pour sa part, elle était à court de vocabulaire poli, la jeune femme avait déjà était claire quant au fait qu'elle ne voulait pas de sa compagnie. Elle fut donc rassurée de sentir Stephen accepter la mascarade et passer sa main autour de sa hanche, éclairant un peu plus la situation pour monsieur dur de la feuille. Sa réplique lui arracha même un petit sourire soulagé : lui au moins avait comprit, sans même un mot de sa part, combien la présence d'Adan était indésirable. Et lui aussi semblait trouver cela indécent que le fait qu'elle est un homme pèse plus sur la balance qu'un simple "non".

Naturellement, April se rapprocha un peu de lui, sentant son pouls se calmer un peu. Car oui, l'homme quasi étranger avait semblé parti pour la suivre jusque chez elle et même si elle se plaisait à se trouver un fort caractère, cela ne la rassurait pas. Elle baissa la tête pour masquer son sourire quand Stephen s'impatienta à voix haute du fait qu'il ne bougeait toujours pas. Très bonne suggestion de partir et profiter que l'autre en costume restait scié. Elle hocha donc la tête et tourna les talons en suivant le mouvement du beau blond, accueillant ce bras agréablement posé dans son dos. Elle pensait sincèrement qu'ils en resteraient là tous les trois quand elle entendit un dernier murmure dans son dos. « Je t'avais payé un verre... ! » Certains hommes ne savaient vraiment pas quand ravaler leur fierté. S'il comptait avoir le dernier mot, ce n'était certainement pas celui-là qu'April allait lui donner.

La jeune femme stoppa net et bascula sa tête en arrière, sidérée par cette réplique plus idiote encore que les précédentes. Elle soupire et murmura en s'adressant à Stephen « Juste une seconde, 'faut que je règle ça. » Elle lui sourit et glissa la main dans son sac pour attraper son porte-feuille. Sans doute n'aurait-elle pas pris ce risque seule. Elle aurait profité de la moindre occasion pour lever les voiles et se débarrasser de lui, mais la présence de Stephen changeait le rapport de force. Qu'elle soit la plus petite des trois ne l'empêcha pas de faire demi-tour et de glisser un billet dans la poche d'Adan. « Voilà, considère ton verre, ton investissement comme remboursé. Ne m'approche plus jamais, ne me parle plus jamais, ne me regarde plus non plus. Aucun verre ne vaut de devoir supporter ton comportement. Soyons clairs, quand tu offres un verre, tu ne fais rien de plus. Ça n'engage à rien. Essaye de le comprendre avant que ça ne t'attire des ennuis. » Parce qu'à ses yeux, ça ne faisait aucun doute que ce mec finirait au milieu d'une situation inacceptable, si ce n'était pas déjà fait. Que ce soit dû à ses mots, le billet, le regard qu'elle lui jeta ou simplement le fait qu'un mètre plus loin Stephen était là à veiller, le boulet sécha cette fois-ci et resta silencieux. Il se contenta de lui rendre son regard énervé. Bien, comme ça il était deux à l'être.

April fit demi-tour et sans lui jeter un regard, rejoignis Stephen et se refaufila sous son bras, comme s'il s'agissait là de sa place naturelle. Elle se réjouissait de sa présence bien rassurante. Trois pas plus tard, April poussa un soupire de soulagement et respira à nouveau. « Gosh, merci Stephen ! Vraiment, merci, tu n'étais pas obligé et tu m'as sauvée sur ce coup ! Je l'ai rencontré dans un bar, on a parlé... dix, quinze minutes peut-être, il m'a payé un verre y'a une semaine... Et aujourd'hui, il ne m'a pas lâchée depuis la supérette, à croire que son cerveau ne peut pas comprendre ce qui sort de ma bouche. » Elle avait besoin d'en parler pour expulser un bon coup la tension qui l'habitait depuis le début de cette rencontre. La jeune femme releva la tête vers l'homme pour lui sourire et essayer de ridiculiser la situation « Dis-moi, il y a une clause ou une signature innée dont on ne m'aurait rien dis ? Et à laquelle on adhère inconsciemment quand un gars arrive et offre un verre ? »





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Lun 28 Mar - 1:34

I'm searching for a song tonight

Ils avaient du faire un lâché d’abrutis, ce n’était pas possible autrement. Stephen n’était pas du genre à détester les gens au premier coup d’œil, juste parce que leurs têtes ne lui revenaient pas ou parce qu’ils avaient oublié de dire bonjour ou autre raison stupide, principalement parce qu’il s’en moquait royalement. Lui aussi avait ses mauvais jours, ces journées où il se montrait bougon au possible, où il n’avait envie de voir personne sans raison apparente en enverrait paître le premier qui aurait le malheur de le regarder de travers. Mais aujourd’hui, ils battaient les records. Jamais deux sans trois, il commençait à franchement craindre que cette loi des séries ne se confirme ce soir. Heureusement qu’aussi lunatique puisse-t-il être, il n’était pas non plus un grand colérique parce qu’au train où c’était partie, il allait mal finir la soirée.

Quand l’idiot du village, il ignorait son nom et n’avait pas vraiment envie de pousser plus loin, justifia son comportement d’un Je t'avais payé un verre... ! pitoyable, Stephen leva les yeux au ciel. Il s’apprêtait à rétorquer mais April, rassurée par sa présence ou en tout cas il le supposait, pris les choses en main. Il l’observa donc en silence s’approcher de l’homme, son portefeuilles à la main, et lui glissa sans la moindre gène un billet dans la poche avant de le rembarrer bien proprement sous le regard amusé du grand blond qui observait la scène. Mais April avait raison, si ce mec pensait que payer un verre à une fille lui donnait le moindre droit, il allait finir par s’attirer des problèmes… Ce qui n’était franchement pas le souci de Steph, qui se faisait plus du souci pour la fille qui aurait le malheur de se retrouver dans la situation d’April sans personne pour voler à son secours que pour cet ahuri. Quels que soient les problèmes dans lesquels il irait se fourrer, il s’y serait fourré tout seul et Steph n’irait pas le plaindre.

Malgré son air amusé, Stephen veillait donc au grain, prêt à intervenir en cas de dérapage. Mais à part lancer un regard énervé à April, puis au grand blond, il ne fit rien d’autre que ce taire, et c’était bien mieux comme ça. Il avait déjà débité assez de conneries en seulement quelques mots, il ne fallait pas abuser des bonnes choses.

C’est donc ainsi qu’April revint vers Steph, reprenant tout naturellement sa place sous son bras et il la laissa faire, poursuivant leur petite mascarade.

Gosh, merci Stephen ! Vraiment, merci, tu n'étais pas obligé et tu m'as sauvée sur ce coup ! Je l'ai rencontré dans un bar, on a parlé... dix, quinze minutes peut-être, il m'a payé un verre y'a une semaine... Et aujourd'hui, il ne m'a pas lâchée depuis la supérette, à croire que son cerveau ne peut pas comprendre ce qui sort de ma bouche. lança April tandis qu’ils s’éloignaient. Par précaution, Stephen jeta un coup d’œil en arrière afin de s’assurer que l’autre avait véritablement abandonné la partie. Quand il le vit les regarder partir, l’air visiblement contrarié, il ne pu s’empêcher de lui adresser un petit geste de la main narquois, avant de reporter son attention sur April. Ils avaient réussi à s’en sortir sans que qui que ce soit ne s’en soit pris une, ce qui n’était pas une mince affaire. Dis-moi, il y a une clause ou une signature innée dont on ne m'aurait rien dis ? Et à laquelle on adhère inconsciemment quand un gars arrive et offre un verre ? demanda-t-elle, tandis qu’ils poursuivaient leur chemin. Stephen rit légèrement à cette remarque.

Oui, c’est écrit en tout petit, sous le dessous de verre, plaisanta-t-il, d’un ton des plus sérieux. Si un homme t’offre un verre, tu lui dois ton attention exclusive, ton temps…Il n’y a rien sur le mariage, t’es sauvée de ce côté-là. Par contre je ne te dis pas les conséquences quand un charmant jeune homme vole à ton secours comme je viens de le faire. C’est fini, tu ne te débarrasseras plus jamais de moi, t’es condamnée, poursuivit-il d’une voix dramatique, tournant à l’angle de la rue et donc hors du champ de vision de l’autre abruti, qui avait eu la bonne idée de ne pas les suivre.

Bon, je crois qu’on en est débarrassés, conclu-t-il finalement, relâchant la jeune femme maintenant qu’ils n’étaient plus observés. Tu as déjà mangé ? Sinon, je t’invite. Pas de contrat écrit en tout petit où que ce soit, promis. proposa-t-il, ayant parfaitement conscience du fait qu’April n’était pas intéressée par quoi que ce soit de sérieux et ne voulant pas qu’elle aille penser qu’il profitait de la situation. Une chance que malgré le coup qu’il avait pris sur la tête, il avait conservé un cerveau à peu près en état de fonctionnement, ce qui n’était pas le cas de tout le monde…
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Lun 28 Mar - 20:41

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Ce gars avait vraiment dû manquer de coups, figurés et au sens propre, dans les parties intimes pour oser se comporter ainsi. Résultat, il était parvenu à agacer fortement April. Mieux valait pour lui qu'il ne la recroise plus à l'avenir, car non content d'avoir grillé toutes ses cartes, il avait franchi un cap : elle ne jouerait pas à la plus fine s'il l'approchait encore. Elle n'avait pas besoin d'un macho égocentrique fini dans sa vie, ni de près, ni de loin. Heureusement qu'elle avait juste à côté d'elle que cette folie ne touchait pas tous les hommes. En plus de réaliser autant qu'elle combien cet homme ne valait pas grand-chose, il contribua à détendre l'ambiance, rebondissant sur sa remarque. D'après lui, il y avait une clause, écrite en tout petit, sous le verre. À deux doigts d'éclater de rire, la jeune femme fit une grimace. « Une attention exclusive en plus du temps ? C'est affreux ! » Elle était à deux doigts de le penser réellement. La blondinette avait fait savoir clairement que l'attention exclusive, ce n'était pas son truc. Elle n'y croyait pas, tous simplement. Que ce soit le départ de son père, les amourettes de sa mère ou les hommes mariés qu'elle avait fréquenté durant son travail d'escort, le résultat était là : accorder une attention exclusive à une personne, une unique personne était une perte de temps. Un joli conte de fée, raconté aux enfants. Un ticket de loto, promis à la population pour les nourrir d'espoir. Au risque d'être prétentieuse, April se savait libérée de cet espoir et consciente de la réalité. « Encore heureux qu'il n'y a pas de ligne sur le mariage, je serais privée à vie d'accepter le moindre verre, si ce n'est pas dommage... »

L'air dramatique de Stephen finit par la faire rire. Elle reprit sur un ton fatidique : « ... Condamnée et impossible de me débarrasser de toi ? Je suis fichue alors... Dis-moi, je suis curieuse, qu'elles sont ces conséquences "exactement" ? » Loin de se sentir menacé, son regard trahissait l'humour avec lequel elle considérait la situation. Maintenant qu'ils étaient hors de vue, Stephen dénoua sa main de sa hanche pour lui rendre sa liberté. Elle sourit doucement en remarquant cela et continua à marcher à ses côtés, reprenant une distance plus symbolique de leur vraie relation. Le beau blond lui proposa de l'inviter à aller manger, sans oublier de lui préciser qu'il n'y avait aucune clause cachée là dessus. Il avait bien compris son explication et son envie de ne pas entrer dans une relation sérieuse. Elle avait préféré être sincère avec lui, dès le début. Si elle voulait bien dire ses quatre vérités en face à n'importe qui , elle était incapable d'accepter de s'attacher, de s'en remettre à une personne. S'ouvrir, entièrement ? Cela ne pouvait dire qu'une chose, prendre le risque d'être blessé, et le taux d'échec était trop fort. Elle n'était pas pour autant handicapée dans ses amitiés. Son contrat moral de solitude ne s'appliquer qu'aux relations de couples. Et la vie était bien assez passionnante pour laisser de la place à de nombreuses autres formes de relation. « Laisse-moi y réfléchir... aller manger avec un charmant jeune homme, qui vient de vole à ma rescousse... non, pas d'opposition à cela ! Je suis anti-couple, pas anti-amitié... ou plus. » Elle lui fit un petit clin d'oeil en lui souriant. « Je devais aller m'acheter à manger quand j'ai croisé mon cher stalker de l'autre soir. Tu aimes les sushis ? Il y a un bar qui en sert des délicieux à deux rues, d'ici si ça te dis. » Sachant bien qu'elle l'avait interrompu, elle préféra s'assurer qu'elle n'avait rien contrecarré de trop fâcheux. « Tu pourras me raconter les cas sur lesquels tu tombes quand tu sors le soir, maintenant que tu as vu un des miens. Tu avais quoi de prévu pour ce soir ? » Dans sa malchance d'être tombée sur l'autre idiot, elle s'en tirait super bien. Une seconde occasion de passer du temps avec Stephen, elle le prenait sincèrement. Se plonger dans ses yeux bleus ou le voir sourire était agréable et la soirée offrait soudainement une bien plus jolie perspective. La jeune femme blonde se sentait pousser des ailes face à cette situation, simple et claire, absolument libre d'évolution selon leurs envies, comme elle les aimaient.






All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mar 5 Avr - 1:44

I'm searching for a song tonight

Stephen et les femmes, c’était toute une histoire. Au risque de le faire passer pour un coureur, voire un goujat, il en avait connu pas mal. C’est ce qui arrive quand on passe un mois dans une ville, deux mois dans une autre avant de changer encore une fois, on rencontre pas mal de monde et parfois les choses dérapent. Que voulez-vous, il est humain, personne n’est parfait ! Des relations stables, il n’en avait jamais eu ou en tout cas, pas qu’il se rappelle. Pour avoir une relation stable avec qui que ce soit, il aurait déjà fallu qu’il ait une vie stable ce qui était loin d’être le cas. Toutefois, il n’avait jamais été un connard avec les filles qu’il avait pu fréquenter, il n’en avait jamais eu l’impression en tout cas et il espérait franchement que si un jour il se transformait en crève-la-faim désespéré incapable de comprendre ce que veut dire non, la fille en question lui en collerait une pour lui remettre les neurones dans le bon ordre. Ce genre de comportement était pitoyable et il avait laissé cette facette pas particulièrement glorieuse de sa personnalité à New York.

Ses remarques semblaient en tout cas amuser la jeune femme et lui faire un peu oublier sa mésaventure. C’était un peu le but, de toute manière. Je ne sais pas… Pas encore en tout cas, répondit-il simplement d’un air énigmatique, un sourire en coin plaqué au visage, lorsqu’elle lui demanda quelles conséquences si terribles pourrait bien avoir son sauvetage de ce soir. Pour le moment elle ne s’en tirait pas trop mal, c’était lui qui lui avait rendu service et c’était lui qui l’invitait à diner. Partis comme ça elle n’avait sur le principe pas grand-chose à craindre concernant la manière dont elle allait bien pouvoir payer le service qu’il lui avait rendu. Après avoir feint à son tour de réfléchir, elle fini par accepter sa proposition, et il ne manqua pas le petit clin d’œil qu’elle lui adressa en ajoutant un petit et plus à sa remarque sur l’amitié. Il rit légèrement à ces paroles, se rappelant de la nuit qu’ils avaient passée ensemble. Il avait comme remarqué qu’elle n’était pas contre, étrangement. Elle suggéra finalement un bar à sushi pas très loin et d’un geste il lui fit signe de la main d’ouvrir la route. Quand il n’avait pas le courage de cuisiner, il était plus branché pizza ou burgers que sushi si bien qu’il n’avait pas la moindre idée d’où pouvait bien se trouver le restaurant dont elle parlait. Ca lui changerait un peu de ses habitudes.

Tu pourras me raconter les cas sur lesquels tu tombes quand tu sors le soir, maintenant que tu as vu un des miens. Tu avais quoi de prévu pour ce soir ? demanda-t-elle finalement alors qu’il la suivait bien tranquillement vers le bar à sushi, les mains glissées par habitude dans les poches de sa veste. Un tête à tête tout ce qu’il y a de plus romantique avec mon chien autour d’une pizza avec mon chien, le tout devant la télé. Soirée passionnante en perspective, annonça-t-il avec un léger sourire. Il n’était pas encore un petit vieux à passer toutes ses soirées enfermé chez lui à faire des mots croisés, et il espérait qu’il avait encore quelques années devant lui avant d’en arriver à ce point-là, mais une soirée tranquille de temps en temps ça ne faisait pas de mal.

Tu sais quoi ? Je sais comment tu vas pouvoir me remercier d’avoir joué le rôle de ton petit ami – un vrai supplice, soit dit en passant, t’as pas idée, dit-il alors que la façade du bar à sushi se profilait à quelques mètres de là. Je veux en savoir plus sur toi, April Hedlund. Parce que je dois t’avouer que tu m’intrigues. Sur ces mots, il ouvrit la porte du restaurant et la laissa entrer avant de lui emboiter le pas à l’intérieur, où ils furent immédiatement accueillis par le sourire d’une femme asiatique qui dû les saluer en japonais, puisqu’il ne compris absolument rien à ce qu’elle leur raconta. Les langues originaires d’Europe il savait se débrouiller mais il n’avait jamais mis un pied en Asie en dehors des quelques heures qu’avait duré la correspondance à Bangkok du vol qui l’avait amené en Australie, alors le japonais…  
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mer 6 Avr - 13:34

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Sa perspective de soirée changeait soudainement du tout au tout. Si quelques minutes auparavant elle n'avait que le non en tête et faire rentrer ça dans le crâne de l'autre bourrique, son humeur avait changé en même temps qu'elle se trouvait un nouvel interlocuteur. Comme quoi une envie de soirée ou de rentrer dépendait bien de la capacité d'attention de la personne en face d'elle. April était sûre que Stephen n'aurait pas insisté si cela avait été à lui qu'elle avait de ne pas insister. Il aurait fait preuve de respect. Et ça, c'était sexy. Cela faisait la différence entre attirant ou pitoyable. L'autre homme pouvait bien se payer tous les costards du monde, il jouerait toujours dans la seconde classe. Et avec son petit sourire mystérieux et son petit air indécis quand a sa façon de vouloir être "remboursé", Stephen couchait l'autre au tapis et le laisser des kilomètres derrières lui.

Avec un petit air nonchalant, Stephen révéla la soirée qu'il prévoyait. Pas loin de la sienne, ce qui la fit rire. « Je troque le chien contre un verre de vin rouge, mais sinon on avait la même idée pour la soirée ! J'aime bien me garder quelques soirs pour moi. » Elle ne jugerait donc pas le classique de sa soirée.  

Le bar à sushi était en vue quand l'homme finit par trouver une idée pour ce service rendu, lui faisant au passage savoir que prétendre être son petit ami avait été un supplice. April rit et répondit spontanément pour le taquiner « Oh, pardon, je ne te savais pas si délicat ! ». La suite peignit une expression de surprise sur le visage de la belle blonde. Elle mordilla sa lèvre tandis qu'elle réfléchissait à cela. C'était vague et cela en demandait également beaucoup à la fois. Catégoriquement, elle éloigna certains sujets. Sa vie de famille, son enfance... c'était trop personnel. Quant à ses métiers avant de se lancer dans l'immobilier ? Elle ne connaissait pas assez Stephen, serait-il du genre à juger ? Peut-être, peut-être pas. Voulait-elle passer du temps avec une personne qui basait son amitié sur un métier immoral sans chercher à comprendre ? Pas sûre du tout. Mais elle voulait pouvoir choisir jusqu'où elle se mouillerait à ce sujet. « En savoir plus sur moi... vos services coutent cher, Monsieur Stephen ! » dit-elle en réalisant dans un sourire qu'elle ne connaissait même pas son nom de famille.

April se glissa à l'intérieur du bar et salua gaiement l'équipe qui venait de les saluer. Avec entrain elle demanda « Une table pour deux s'il vous plait. » et suivit le serveur qui les amenait vers une petite table au calme, près d'une fenêtre, un coin délicieusement éclairé par la lumière du jour qui diminuait. La demoiselle s'assit et s'installa confortablement tandis que le serveur repartait chercher la carte et des amuses-bouches pour les faire patienter. « En savoir plus à mon sujet... C'est facile, tu ne sais pas grand-chose encore ! » Une partie d'elle voulait pouvoir contrôler la discussion. Une autre aimait l'idée du jeu et le risque de se brûler. « Je vais poser les bases pour t'éviter les questions lambda et tu as carte blanche pour en demander plus si ta curiosité n'est pas satisfaite, ça marche ? » April réceptionna sa carte et la posa sans ouvrir, connaissant déjà son choix quant au repas de ce soir. « Je viens de Port Lincoln, j'ai vécu là-bas jusque mes dix-huit ans. Je suis venue ici pour faire un ptit boulot et quand j'en ai eu marre, j'ai fait une formation pour débuter dans l'immobilier. J'ai ouvert ma propre agence depuis bientôt deux ans. J'habite dans le quartier des affaires, j'ai acheté mon propre appartement et je me suis trouvée une colocataire. Et je n'ai ni chat, ni chien. » Elle lui sourit et se plongea correctement dans le jeu. « C'est "moi" dans les grandes lignes, que veux tu savoir de plus ? Que je puisse satisfaire ta curiosité. » April posa son menton dans le creux de sa main, attentive aux questions que Stephen pourrait lui poser.  





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Jeu 14 Avr - 2:58

I'm searching for a song tonight

Stephen s’était préparé à une soirée des plus palpitantes, un film, une pizza, et un chien qui le regarderait amoureusement depuis l’autre côté de la table basse dans l’espoir qu’un morceau de pizza égaré lui atterrisse dans le bec. Charmant tableau, n’est-ce pas ? Et à l’évidence, la soirée d’April était à l’origine prendre la même tournure, comme elle le lui apprit dans un rire en apprenant ses excitants projets des heures à venir. Comme quoi, le hasard fait parfois bien les choses, cette petite mésaventure leur permettrait à tous les deux de passer une soirée bien plus intéressante. Pas que la solitude dérange particulièrement Stephen, il y était habitué et ses colocataires ne manquaient jamais de venir perturber ses moments de tranquillité pour une quelconque raison, mais il aurait été ridicule de sa part de ne pas profiter de cette opportunité pour passer une soirée en charmante compagnie.

Après quelques plaisanteries, ils en arrivèrent à la manière dont April remercierait le jeune homme pour son service rendu. Stephen ne savait pas grand-chose de la demoiselle. Il avait passé une bonne soirée, et une nuit plus agréable encore en sa compagnie mais au final, ils n’avaient pas pris plus que cela le temps de faire connaissance. Et puis, ni l’un ni l’autre n’avait été sobre à ce moment-là, les conditions n’étaient pas idéales pour une vraie conversation, ce qui serait différent ce soir. Déjà ils étaient sobres, ce qui était un avantage non négligeable, et ils risquaient d’être beaucoup moins distraits assis à une table devant quelques sushi qu’accoudés à un bar. April considéra ce moyen de paiement un moment avant de faire remarquer à Stephen que ses services coûtaient cher, ce à quoi il se contenta de répondre par un rire. A la demande de la jeune femme, ils furent guidés par un serveur jusqu’à une table pour deux, suffisamment à l’écart pour leur donner un minimum de tranquillité et qui permettait d’apprécier la lumière du soleil qui descendait peu à peu dans le ciel. Une fois débarrassé de sa veste, il s’installa face à April, qui fit remarquer que lui en apprendre plus sur elle ne serait pas compliqué puisqu’il ne savait pas grand-chose. Elle avait parfaitement raison. Elle se lança donc dans un récit des grandes lignes de sa petite vie que Stephen écouta sans l’interrompre, ne prenant la parole que pour remercier le serveur lorsque celui-ci vint leur déposer les menus. Occupé à écouter April, il ne l’ouvrit pas immédiatement, attendant qu’elle en ait terminé. C’est ainsi donc qu’il apprit qu’elle venait de Port Lincoln, était venue à Melbourne pour un petit boulot avant de se lancer dans l’immobilier, et vivait dans le quartier des affaires sans animal de compagnie. Cette dernière précision le fit d’ailleurs sourire.

C'est "moi" dans les grandes lignes, que veux-tu savoir de plus ? Que je puisse satisfaire ta curiosité. demanda-t-elle finalement. Bien entendu, il avait l’embarras du choix concernant les questions à poser, et certains points sur lesquels il était plus curieux que d’autres. Il ne voulait pas non plus que la conversation tourne à l’interrogatoire, ce n’était pas le moyen le plus agréable de passer son repas.

Je te propose un truc. Pour chaque question que je te pose tu as le droit de m’en poser une aussi. Et rien ne t’oblige à répondre si tu ne le souhaites pas, bien sûr.

La mettre mal à l’aise en la poussant à aborder des sujets qui la mettraient mal à l’aise n’était pas le but de ce petit jeu, il ne savait que trop bien qu’il y avait des sujets que l’on ne voulait pas nécessairement aborder avec un parfait inconnu. Bon, il n’était pas totalement un inconnu non plus, mais une nuit passée ensemble, aussi mémorable soit-elle, ne suffisait pas à construire quoi que ce soit entre deux personnes, peu importe le genre de relation dont il est question.

Pourquoi avoir quitté Port Lincoln ? demanda-t-il, décidant de commencer par une question qu’il espérait innocente. Il piocha dans les amuse-bouche qu’avait déposés le serveur en venant leur fournir les menus. Distraitement, il ouvrit ce dernier qu’il parcouru du regard avant de reporter son attention sur April, attendant sa réponse. De toute façon admirer le menu ne l’avancerait pas à grand-chose, il n’y connaissait rien en sushi, il en avait déjà mangé mais pas assez souvent pour faire la différente entre l’un et l’autre. Et puis, ça n’était pas comme si April était désagréable à regarder, s’il avait plaisanté en prétendant le contraire, elle n’était pas le genre de fille qui rendait le fait de prétendre être son petit ami un véritable supplice.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Lun 18 Avr - 0:54

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

April avait cet art absolu de sembler se plier à une requête en l'esquivant à sa façon. Répondre sans répondre, essayait de garder les choses bien en ordre, là où elle le voulait. Après tout, il y avait plein de choses qui a son goût, ne regardait personne. Le fait qu'elle n'ai jamais eut de petit ami, le fait que son père soit parti ou encore le métier qu'elle avait pratiqué plus jeune... Trois sujets épineux qu'elle voulait éviter à tout prix. Malheureusement, si le premier était facile à enfouir quand on faisait connaissance avec quelqu'un, les deux suivants pouvaient vite arriver sur la table. Même un simple "ton père ne t'as pas appris la politesse" pouvait compliquer sa vie. Lutter entre l'envie d'annoncer haut et fort qu'elle n'avait pas eu de père pour l'éduquer et rabaisser le caquet de l'intru ou laisser passer l'affront... Dur choix qui l'obligeait à prendre sur elle.

Douce surprise, Stephen révisa finalement les règles du jeu, les rendant soudainement plus équitables. Décidément, elle l'aimait bien. Il prenait soin de lui laisser apposer des limites. Bien sûre qu'elle n'aurait pas répondu si elle ne le souhaitait pas, mais il l'en déliait sans pression, de lui-même. Cela lui valut un doux sourire de la blonde, appréciant sincèrement sa nouvelle proposition. « Ça me va ! » La question qu'il posa aurait pu être délicate s'il avait eu un détecteur de mensonge, semi-mensonge et vérité à demi-enfouie. Non pas qu'elle comptait lui mentir entièrement. Mais lui révéler l'entière vérité ? Certainement pas non plus. Il fallait au moins attendre l'arrivée des sushis pour lui sortir la bouche en cœur qu'elle avait été stripteaseuse et escort girl, n'est-ce pas ? Honnêtement, la blonde gardait souvent cette partie de la conversation pour jamais.

Imitant Stephen dans son grignotage, April l'observa zieuter deux secondes le menu sans sembler inspiré ou prêt à se plonger dans son choix de repas. Il lui sembla même qu'elle lui faisait trop grande concurrence, car il ne tarda pas à reposer son regard sur elle. Parfait, elle appréciait avoir l'attention d'un homme aussi séduisant que lui. Elle répondit donc à sa question, simplement. « Le travail. » Une étincelle d'amusement traversa le regard de la jeune femme joueuse, espérant créer un peu de frustration chez son compagnon de table. « Mais je te l'ai déjà dit. Je n'avais pas vraiment de motivation à rester là-bas. J'ai rencontré quelqu'un qui m'a proposé un boulot qui payait un peu plus que la norme. Et qui pouvait offrir d'autres "opportunités". » Elle ne mentait pas. C'était ainsi que cela lui avait été proposé, pouvoir profiter de la musique, danser et être payée le minimum horaire... sans compter les bonus qu'elle se ferait. Le réseau d'escort, elle ne l'envisageait pas à l'époque, mais c'était pourtant bien cela que son "ami" avait évoqué à ce moment-là. « Je suppose que je rentre dans le cliché de l'adolescente qui rêve de plus et qui veut quitter son port d'attache. » Même si le métier choisi ne restait pas vraiment fréquent dans les mœurs. Elle acceptait avec amusement d'entrer dans certains clichés. Ça ne la définissait pas pour autant.

Se penchant un peu en avant, n'oubliant pas qu'elle avait faim, Ap' demanda un rien amusée : « Tu as une idée en tête pour le repas ? Je sais déjà ce que je veux prendre. Ne le prend pas mal, j'adore que tu me regardes, mais j'ai un rien faim, qu'est-ce qui te plairait ? » Rien que les photos sur le menu la faisait saliver doucement. Si elle attendait plus longtemps, Stephen risquait d'assister à la sortie de la gamine en elle qui voulait réclamer gaiement son repas. Elle but une gorgée d'eau et lui renvoya une question. « À mon tour alors... Tu es un peu plus âgé que moi... Les hommes de ton âge sont quasiment tous mariés et avec enfants. Voire même déjà divorcés. Si j'ajoute que tu es bel homme, une fille devrait déjà t'avoir mis le grappin dessus. Pourquoi ce n'est pas le cas ? » Oui, elle contre-attaquait fort. La jouer fairplay n'était pas dans son caractère, Stephen risquait de l'apprendre à ses dépens.





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Sam 23 Avr - 2:39

I'm searching for a song tonight

April sembla apprécier le petit amendement que Stephen apporta aux règles de ce petit jeu. Il faut dire que pour faire connaissance avec quelqu’un, une conversation à sens unique du type interrogatoire n’était pas franchement l’idéal. Stephen avait bien conscience qu’il pourrait se mettre lui-même dans l’embarras mais il avait depuis longtemps arrêté de se prendre la tête sur ce genre de chose. Si les questions de la jolie blonde venaient à tourner autour d’un sujet dont il ne pouvait ou ne voulait parler, il esquiverait poliment le sujet comme il avait appris à le faire au fil des années. Aller raconter qu’il manquait une vingtaine d’années à ses souvenirs avait tendance à jeter un froid, il l’avait bien vite remarqué les premiers temps, mais il avait bien dû apprendre à faire avec. Les années qui passaient avaient rendu cette tâche bien plus facile, mais cela demeurait un sujet qu’il n’abordait pas non plus avec le premier venu.

C’est certainement parce qu’il ne savait que trop bien qu’être trop intrusif dès le début avait le potentiel de braquer n’importe qui qu’il avait choisi de commencer par aborder un sujet qui lui semblait assez innocent. Et si ça ne l’était pas autant qu’il le pensait, il ne doutait pas qu’April serait assez maline pour détourner la question, l’air de rien. Et contrairement à l’idiot qu’ils avaient laissé derrière eux un peu plus tôt, son cerveau était en état de comprendre un refus, quelle qu’en soit la raison ou le sujet. Continuant son grignotage, il écouta donc la réponse à sa question concernant le départ d’April de sa ville natale. Le travail lui répondit-elle, sans entrer dans les détails. Une opportunité de se faire un peu plus d’argent. L’argent n’était pas quelque chose qui avait un jour préoccupé Stephen. Il était capable de se contenter de peu, il l’avait longtemps fait et même si il avait aujourd’hui une situation financière confortable, plus confortable que durant ses nombreux voyages, c’était là le cadet de ses soucis. Mais bien gagner sa vie facilitait pas mal de choses, surtout lorsque l’on est jeune et souhaite quitter le cocon familial – pas qu’il ait une quelconque expérience en la matière.  

Si l’argent n’était pas quelque chose d’important à ses yeux, il pouvait donc parfaitement comprendre que d’autres y accordent de l’importance. Le monde entier y accordait de l’importance et qu’on le veuille ou non, les choses même les plus insignifiantes ont un prix. A la remarque d’April sur les clichés qui pourraient lui coller à la peau, le jeune homme esquissa un sourire en coin. Il avait comme l’impression qu’April ne rentrait pas dans la catégorie cliché. Ce genre de fille retenait rarement son attention au-delà d’une nuit. Il ne commenta pas cependant, ce qui laissa à la jeune femme le temps de lui faire remarquer qu’elle avait faim et qu’il était temps qu’il fasse son choix.

Je n’en ai pas la moindre idée. Je suis plus porté pizza généralement, j’y connais absolument rien en sushi, avoua-t-il. Il avait expérimenté pas mal de cuisines durant ses voyages en Europe et s’il avait déjà mangé des sushi, il ne s’était jamais attardé sur le sujet. Pour lui un sushi était un sushi, si bien que la carte aurait tout aussi bien pu être écrite en kanji. Choisi pour moi, je te fais confiance. Par contre si je fini avec une intoxication alimentaire, ça sera de ta faute, conclu-t-il, amusé. Loin de lui l’idée de la contrarier en lui faisant attendre son repas. Qui sait quel genre de monstre une femme affamée pourrait devenir !

En attendant le retour du serveur, Stephen bu une gorgée d’eau et piocha un nouvel amuse-bouche alors qu’April reprenait leur petit jeu de question-réponse. Il l’écouta faire ses suppositions, avant d’en venir à sa question : la raison de son célibat. Avec cette question, il pouvait rester assez loin des terrains minés de son passé, si bien qu’il ne lui fallu pas une grande réflexion avant de se lancer dans sa réponse. Il attendit toutefois que le serveur, qui avait fait son retour, ait pris leurs commandes et se soit éloigné avant de répondre.

J’ai pas mal voyagé pendant... une bonne dizaine d’années. expliqua-t-il, prenant une seconde pour réfléchir au nombre d’années qu’il avait passées à jouer les baroudeurs, depuis ce fameux jour où il avait réalisé que rester à New York à s’apitoyer sur son sort lui faisait plus de mal que de bien. Je m’installais dans une ville, trouvais un petit boulot et quand j’en avais assez, j’allais voir ailleurs. J’ai fait le tour de l’Europe comme ça, et puis il y a bientôt quatre ans, sur un coup de tête, j’ai acheté un billet d’avion pour l’Australie. Ca fait plus de deux ans que je suis à Melbourne, je suis pas resté dans une ville aussi longtemps depuis que j’ai quitté les Etats Unis, mais c’est pas évident de se poser avec quelqu’un, de penser au futur, après autant de temps à vivre sans savoir ce que j’allais faire le lendemain, expliqua-t-il. Mais je pourrais te retourner la question. Pas mal de femmes de ton âge, si elles ne sont pas forcément en couple, cherchent à quelqu’un de stable, pensent au futur, le mariage, les enfants... J’ai bien compris que ça n’était pas ton cas, ce qui n’est pas beaucoup plus commun qu’un homme de 35 ans célibataire, fit-il remarquer, ladite remarque faisant office de nouvelle question dans leur petit jeu, cette fois peut être plus dangereuse que la précédente.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Dim 1 Mai - 23:59

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

C'est avec amusement qu'April entendit finalement Stephen confesser qu'il n'était pas vraiment un homme à sushi. Les pizza étaient plus souvent au rendez-vous visiblement et il l'avait laissé le sortir de ses habitudes sans s'en plaindre. Elle rit en l'entendant parler d'intoxication alimentaire et lui fit un clin d'oeil. « Ils entendront parler de moi si tu fais une intoxication alimentaire ! » La jeune femme venait plus d'une fois par mois ici, aucun doute que le patron aurait le droit à une sacrée remontée de bretelle. La demoiselle avait beau ne pas être grande, ce n'était jamais agréable d'avoir affaire à sa colère. « C'est délicieux, je pourrais presque ne manger que cela. Mais on trouvera un plan B à pizza si tu n'aimes pas. » Elle lui sourit et bu elle aussi une gorgée d'eau. Après tout, c'était important qu'eux deux se régalent autant l'un que l'autre.

La blondinette passa leur commande auprès du serveur. S'il fut une fois de plus surpris, il n'en montra rien. La première fois qu'elle était venue ici, il lui avait maladroitement demandé combien d'autres personnes elle attendait pour manger. Maintenant il avait simplement retenu que oui, elle dévorait les sushis et compagnie. La jeune femme leur commanda donc tout un assortiment, allant des brochettes aux makis sans oublier des sushis thons et saumons pour son plus grand plaisir. Une fois que le serveur eut tourné les talons, Stephen répondit à sa question. Il avait voyagé, durant une bonne dizaine d'années. Il lui décrivit rapidement son quotidien : s'installer, trouver un boulot, changer de lieu. Ap' l'écouta avec intérêt, découvrant une facette de cet homme qu'elle connaissait de prêt et pourtant si peu. D'après lui, s'il ne s'était pas posé et n'avait pas pris la peine de penser au futur, c'était parce qu'il n'avait pas l'habitude de penser à ce que le lendemain lui apporterait. Pourquoi pas, mais dans la tête de la blonde, de nouvelles questions naissait, l'envie d'en savoir plus pour le percer réellement à jouer. Un peu embêtant quand soi-même on ne souhaite pas se dévoiler, n'est-ce pas ?  Mais il ne se priva pas pour lui renvoyer sa question.. Sans même la formuler. Elle avait compris son intention et ne joua pas à le taquiner là-dessus. « Mh... tu ne m'as toujours pas persuadée : en passant par les États-Unis, l'Europe et l'Australie, tu n'as pas trouvé une petite femme qui serait prête à te suivre jusqu'au bout du monde ou qui t'aurais fait tourner la tête ou attrapé au lasso pour te lié dans le futur ? » Oh oui, car des femmes douées pour cela, il y en avait plein. Comme Steph' l'avait fait remarqué, beaucoup cherchait à attirer dans leurs filets un homme pour plus de stabilité. April plongea son regard dans ses yeux et lui demanda ouvertement : « Je ne rêve simplement pas de tout cela, futur ne rime pas avec mariage ou enfant. C'est un conte de fées tout cela. Une histoire qu'on raconte aux petites filles : plus tard, elles se trouveront un homme gentil qui les protègera et leur feront des enfants. Et ils vécurent heureux pour toujours. » April leva un sourcil interrogateur. Est-ce qu'elle avait vraiment l'air d'être prête à gober de tel bobard. « C'est une construction de la société, une image pour nous rassurer... Je peux m'occuper seule de moi. Je n’ai pas besoin d'un mari pour gagner de l'argent, pas besoin d'enfant à ne pas décevoir et à élever. Je ne vois pas l'utilité d'entretenir un mensonge dans lequel les gens finissent soit par se tromper soit par être malheureux. Je ne vois pas pourquoi je devrais confier à qui que ce soit mon bonheur ou ma vie. » Romantisme ? Zéro. Son modèle parental lui avait montré cela. Son métier d'escort lui avait prouvé combien tout cela n'était qu'une affreuse mascarade. Le regard sérieux d'April s'évanouit à l'arrivée de leur commande. Rapide, c'était parfait !

À peine patiente, Ap' se jeta sur les baguettes et les articula pour se préparer à remplir sa bouche des merveilles qu'il y avait sous ses yeux. « Bon appétit ! Tu sais manger avec des baguettes ? » lança-t-elle l'air de rien, comme si son constat ne pouvait en aucun cas avoir jeté un froid. Quelqu'un entra dans le dos de Stephen et April y jeta un coup d'oeil sans intérêt, plus par réflexe qu'autre chose. Son regard fit un allé retour pour vérifier ce qu'elle avait vu. Une drôle d'impression, une ressemblance qu'elle peinait à identifier... La blonde reporta son attention sur leur repas et plus précisément sur Stephen. Son esprit lui jouait des tours, voilà tout. Elle avait trop dû parler de ce qui lui rappelait inconsciemment son enfance et sa mémoire se réactivait comme par magie. Après tout, enfant, cela lui était souvent arrivé de reconnaitre des visages qu'elle souhaitait voir avant de constater son erreur. Sourire aux lèvres, et faisant preuve de retenue, l'agente immobilière dirigea sa main vers celle de l'homme pour corriger sa prise des baguettes, au lieu de manger.

Pourtant l'homme entré un peu plus tôt finit par s'arrêter auprès de leur table. Le coeur d'April sauta irrégulièrement dans sa poitrine en identifiant son visage. Un père qu'elle n'avait pas vu depuis dix... quinze années, peut-être ? Elle avait cessé de compter. « April... tu es devenue une femme magnifique. Et tu travailles dans l'immobilier m'as-t-on dis ? Je suis désolé de t'interrompre en si charmante compagnie... » L'homme presque inconnu fit un signe de tête en direction de Stephen, le saluant un instant. La tête de la blondinette se vidait en idée. Comme au milieu d'une tempête, il y avait un vent dans sa tête qui tourbillonnait et de l'eau qui s'écrasait violemment. Son regard était devenu vide, perdant la chaleur un rien dragueuse qui l'habitait l'instant précédent. Effacé. Elle essayait de faire du sens entre les images et le son, sans succès. « Aurais-tu un moment ? J'aurais un service à te demander et cela signifierait beaucoup pour moi si... » Le temps d'une seconde, un rictus froid traversa le visage d'April tandis qu'elle décrochait ses yeux de l'homme. « Je n'ai pas le temps, s'il te plaît, part. » Sans oser regarder Stephen, elle faisait de son mieux pour bloquer toute émotion. Sa voix était calme, étrangement posée, d'une neutralité absolue. « April... Écoute, je suis désolé... je te dois des excuses et tu... » Une seconde fois, Ap' lui coupa la parole. « Arrête. Reste là si tu veux. On s'en va, tu m'as coupé l'envie de manger ici de toute façon. » Une fois de plus, pas un mot au-dessus de l'autre. À peine plus qu'un murmure et pourtant la sentence tombait comme un couperet. L'homme se tue, visiblement touché et peine, restant comme un pilier devant leur table pendant qu'April attrapait son sac et se levait de son siège. Il ne chercha pas à la retenir et April l'ignora en beauté tandis qu'elle se préparait à partir. Elle reposa finalement ses yeux sur Stephen « Tu viens ? On va ailleurs si ça ne te dérange pas ? » En passant près du comptoir, April s'arrêta « On va se faire livrer finalement... ton adresse, ou la mienne Steph ? Ou on peut repasser un peu plus tard pour prendre, le temps qu'ils est préparé, comme tu préfères ? » À vrai dire, où elle mangeait n'avait pas grande importance dans la seconde. Le coeur lourd, April franchit la porte d'entrée, pressée de prendre une bouffée d'air frais, de laisser cet homme loin derrière toujours immobile dans le restaurant, sagement là où ils l'avaient laissé. Se forçant à reprendre le contrôle de ses pensées, April releva la tête vers Stephen, sans cesser de s'éloigner du restaurant « Tu veux qu'on te commande une pizza aussi, puisqu'on bouge ? »





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Ven 6 Mai - 2:09

I'm searching for a song tonight

En dix années de voyage, Stephen en avait connu des femmes. Il n’était pas un Dom Juan, s’amusant à séduire à tout va toutes les femmes qu’il croisait sur son chemin, mais il n’était pas non plus un moine. Il n’avait pas passé les quinze dernières années à faire ceinture. Il avait toujours été très clair toutefois, et s’il était arrivé que certaines essaient de le convaincre de rester jamais il n’avait tenu assez à l’une d’elle pour qu’elles réussissent à l’en persuader. Etrangement, jamais l’une d’elles n’avait proposé de le suivre, c’était toujours à lui de rester… Il ne s’était jamais senti coupable de leurs désillusions cependant, il les avertissait toujours de sa façon de vivre, si elles préféraient ne pas l’écouter ce n’était pas son problème.

Bien sûr, sa réticence à se laisser prendre dans les filets de qui que ce soit résidait dans le fait que pendant toutes ces années, il n’en avait jamais trouvé une seule à qui il aurait eu envie de parler de son passé. Les rares fois où il l’avait fait, les premières années suite aux attentats, il avait eu l’impression d’être une bête de foire dans le regard des autres, et avait vite appris comment contourner le sujet. C’était plus simple, et ça évitait pas mal de questions. Et s’il appréciait April, ils ne se connaissaient pas encore assez pour qu’il ait envie de lui parler de tout cela. C’était trop tôt pour évoquer ce genre de sujet. L’excuse des voyages devrait donc suffire à la jeune femme, aussi curieuse puisse-t-elle être. En tout cas pour le moment. Qui sait, peut être arriverait-elle un jour à le percer à jour, mais ils n’en étaient pas encore là et si April insista, prétextant que malgré ses voyage une femme aurait tout aussi bien pu réussir à le coincer, il n’en dirait rien. Cette excuse devrait lui suffire pour le moment. Non, personne, fut tout ce qu’il répondit, accompagnant ses mots d’un haussement d’épaules, avant que la jeune femme ne se lance dans ses propres explications.

Le moins que l’on puisse dire, c’est qu’elle avait une vision des choses peu traditionnelle… et pas très romantique, il faut être honnête. Le moins que l’on puisse dire, c’est que la jolie blonde tenait à son indépendance et si elle avait déjà été assez claire sur la question la première fois, là il n’y avait plus le moindre doute. Stephen écouta son explication avec attention, avalant au passage une gorgée de son verre d’eau, son regard rivé sur April. Décidément, plus la conversation avançait plus elle l’intriguait… C’est une vision bien pessimiste de la famille, commenta-t-il. Sans toutefois avancer d’arguments pour contrer ses propos. Il n’avait pas une vision aussi cynique de tout cela, le couple, la famille, les enfants, et n’était pas contre l’idée un jour de fonder une famille… Mais il n’avait pas non plus d’exemples pour contrer ses dires. Pas de famille heureuse à prendre en exemple. Peut être en avait-il une quelque part, qui sait, mais il n’en avait aucun souvenir. Pas de parents partageant un mariage sans nuages, ou d’amis ayant fondé une famille, menant une vie heureuse… Je suis d’accord sur le fait que ton bonheur ne devrait pas dépendre de qui que ce soit. Mais ça ne veut pas dire que personne ne peut y contribuer, fit-il simplement remarquer, alors que le serveur débarquait avec les mets commandés par April. L’estomac de Stephen commençait à faire des siennes, si bien qu’il apprécia d’autant plus la rapidité du service.

A la vue de la nourriture que le serveur déposa sur la table, l’expression sérieuse disparu du visage d’April, qui semblait presque prête à se jeter sur ses sushi. Stephen s’empara des baguettes, un léger sourire aux lèvres face à la réaction de la jeune femme mais regrettant l’absence de couverts normaux. Cependant, quand April lui demanda s’il savait manger avec des baguettes, il répondit, feignant d’être offensé face à cette question Bien sûr ! C’était un mensonge, ce qu’elle dû remarquer bien vite puisqu’il peine à trouver la meilleure manière de tenir ces fichus bâtons, et plus encore à attraper quoi que ce soit avec. Trop occupé à se battre avec ses baguettes, qui n’avaient à ses yeux rien de pratique, Stephen ne remarqua pas tout de suite la distraction d’April. Elle, par contre, se rendit bien vite compte qu’il était en galère et corrigea sa prise sur les baguettes. Nouvel essai, plus concluant cette fois, il parvint à glisser in-extremis un sushi dans sa bouche sans que celui-ci n’aille s’écraser sur la table.

Il venait à peine de réaliser cet exploit qu’un homme s’arrêta auprès de leur table pour s’adresser à une April visiblement perturbée par sa présence. Son attitude avait changé du tout au tout et le regard de Stephen passa tour à tour de l’un à l’autre, la bouche pleine de poisson cru, ses baguettes encore levées. La vue devait être magnifique, d’une élégance à couper le souffle, mais quelque chose lui disait que c’était le cadet des soucis de la jeune femme, qui évitait d’ailleurs soigneusement son regard. Envolée l’attitude joueuse et chaleureuse qu’elle avait eue jusque là, il avait face à lui une version de la jeune femme qu’il n’avait jamais vue jusque là. L’inconnu salua Stephen d’un hochement de tête, auquel Stephen ne répondit que par un haussement de sourcil. Au milieu de quoi se retrouvait-il fourré ? Il fini par réussir à avaler ce fichu sushi, ce qui serait plus pratique s’il était amené à, encore une fois, repousser un têtu qui n’était pas fichu de comprendre de simples mots comme non ou pars.

Finalement, April décida qu’il était temps de partir, et Steph ne discuta pas, ayant bien conscience d’à quel point la situation semblait bouleverser la jeune femme. Il se leva, récupéra sa veste et la suivi dehors. En passant à côté de l’inconnu, qui les regardait partir, il se contenta de lui adresser un haussement d’épaules nonchalant, feignant une moue désolée, puis emboita le pas de la jeune femme tout en s’assurant qu’ils n’étaient pas suivis. Laissant April sortir, il fit un détour par le comptoir afin de demander à l’un des employés s’il était possible de faire livrer leur commande à son adresse, qu’il leur donna rapidement avant de régler leurs repas, s’excusant au passage pour le dérangement. Il s’empressa de rejoindre April dehors. La jeune femme ne se fit pas prier pour s’éloigner, visiblement pressée de s’éloigner du restaurant et de mettre autant de distance que possible entre elle et cet homme, qui qu’il soit.

Ne t’en fais pas pour ça, répondit-il lorsqu’elle demanda s’il voulait commander des pizzas. Eh, April, ralentis ! Il la rattrapa doucement par le bras, la forçant à s’arrêter et à lui faire face. Respire. Il ne nous a pas suivis, la rassura-t-il, jetant un regard en direction du restaurant japonais. Il vit alors l’homme en sortir. Il leur jeta un regard, semblant hésiter avant de capituler et de s’éloigner. C’était préférable. Qui qu’il soit, April n’avait visiblement pas la moindre envie de le voir et Stephen n’avait pas franchement envie de devoir encore repousser un têtu de service. Il avait déjà donné, et sa patience avait des limites. Je leur ai donné mon adresse, ils vont livrer chez moi, je n’habite pas bien loin. Viens, lui dit-il, songeant qu’il était préférable de la laisser reprendre ses esprits avant de commencer à jouer les curieux. Au moins chez lui, ils ne devraient pas avoir de mauvaises surprises.

En silence, il l’entraîna jusqu’à sa voiture, abandonnée il y a quelques temps quelques rues plus loin et la laissa s’installer côté passager, se glissant sur le siège conducteur. Ce n’est qu’une fois en route qu’il lui demanda Ca va ? Tu veux en parler ? T’es pas obligée, t’as pas à te justifier. Il jugeait cette approche préférable à une question directe. Si elle ne voulait pas en parler, libre à elle et il tâcherait de trouver un autre sujet de conversation. Mais si elle souhaitait en parler, alors il serait là pour l’écouter.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Sam 7 Mai - 19:33

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Ne pas se retourner. C'était la seule idée sur laquelle April restait fixée. Le reste de ses pensées allaient et venaient à vitesse grand V. Le côté pratique, se faire livrer, trouver un lieu, cela occupait l'esprit, mais pas assez. Une partie d'elle sentait une colère ruminer au fond de sa poitrine, violemment. Ce n'était pas lié à son père. Elle souhaitait nier qu'il puisse d'une façon ou d'une autre accéder à ses sentiments. Non, sa colère était due au fait qu'il se permettait d'interrompre leur repas et leur jeu. Elle était bien là bas, assise en face de Stephen à toucher sa main pour lui montrer comment manger les sushis. Le repas était parfait, la compagnie également. Quelques minutes de plus et elle aurait pu aller jouer à effleurer sa cheville en mordillant sa lèvre d'un petit air suggestif et voir comment l'homme délicieusement sexy en face d'elle réagirait à cela. Son père avait foutu cela en l'air. Il n'existait pas dans sa vie, elle prenait grand soin de n'avoir aucune relation réelle et pourtant il arrivait à foutre en l'air sa soirée.

Il en avait du culot pour venir ici. Vaguement, April avait conscience que Stephen s’était arrêté derrière elle avant la sortie, mais elle ne l'attendit pas. Il la rattraperait s'il le voulait toujours, mais il lui était impossible de se retourner. C'était à peine si elle avait pu reconnaitre le visage de son propre père. Tandis que Steph' la rattrapait et qu'elle lui proposait l'air de rien s'il voulait une pizza, April fit le compte. Elle avait douze ans lors de sa fugue. Douze ans quand elle avait décidé d'appeler son père au secours. De lui pardonner son abandon, son mensonge, tout ce qu'il lui avait fait subir. Il lui avait appris la vie très jeune. Et depuis ses douze ans, elle ne l'avait pas revu. Jamais une lettre, un coup de téléphone. Ça faisait donc quinze années qu'elle ne l'avait pas rencontré. "j'aurais un service à te demander et cela signifierait beaucoup pour moi si..." Elle secoua sa tête en repensant à cette phrase. Un service... c'était comique, mais plus encore, il était presque hilarant qu'il puisse imaginer que cela comptait à ses yeux ce qui "signifiait" aux siennes. C'est à peine si elle entendit la réponse de Stephen au sujet de ces fameuses pizzas.

Il fallut que son compagnon de soirée pose sa main sur son bras en lui demandant de ralentir pour qu'elle se rende compte qu'elle s'éloignait toujours aussi vite que possible. April fit un quart de tour dans sa direction, à demi perdue. Elle n'osait toujours pas se retourner et quand l'homme lui suggéra de respirer, lui indiquant qu'ils n'avaient pas été suivis, April baissa la tête. Sans vraiment y réfléchir, elle suivit son conseil et inspira une grande gorgée d'air. Elle ne se retournerait pas. Stephen avait géré pour eux deux la commande, à la perfection, et elle lui emboita le pas, le laissant réfléchir à toutes les questions pratiques. « Merci... » Tout ça devait sembler bizarre à Stephen et pourtant il la guida jusqu'à la voiture sans poser de questions.

La blonde laissa le silence filer sans que ça ne le gène. Il y avait assez de bruit dans sa tête pour qu'elle ne se rende pas compte qu'elle ne pipait pas mot jusqu'à ce que Stephen rompe le silence. Sans s'imposer, il posa une question, simple, sans curiosité déplacer. April lui jeta un coup d'oeil. À quoi cette scène avait dû ressembler de dehors ? Elle pouvait l'imaginer avec beaucoup d'autres raisons probantes. Un ex. Si elle avait eu l'habitude de fréquenter vraiment des hommes. Il aurait été beaucoup plus probable qu'un de ses anciens clients les interrompe. Elle s'excusa. « Désolée pour le repas, ça a dû te paraitre bizarre. » Si ça allait... si elle voulait en parler ? Elle n'en savait trop rien. Un soupir s'échappa de ses lèvres tandis qu'elle laissait son regard fuir vers l'extérieur. Ap' hocha sa tête et laissa le silence reprendre sa place. Elle cherchait la bonne réponse. Le tourbillon de ses pensées reprit et Stephen dû sûrement penser qu'elle ne lui répondrait rien de plus, car elle garda le silence tous le long du trajet. Ce n'est que quand la voiture s'arrêta que le cerveau d'April redevient plus fonctionnel. La jeune femme refit la scène dans sa tête avant de laisser échapper un petit rire. Autant tourner cette situation à la dérision. « Et bien... tu as rencontré mon père ! » Elle lâcha cela sur un ton enjoué, le félicitant presque comme s'il avait gagné à la loterie. « Et si tu t'es retourné pour le regarder, alors félicitations, tu as officiellement vu plus longtemps mon père que moi-même au cours des quinze dernières années. » Elle haussa ses épaules et se tourna enfin vers lui, pour lui faire un joli sourire. Elle allait digérer ça et reprendre le cours de sa vie. Cet homme dans le restaurant n'était rien d'autre qu'un inconnu. April ne comptait pas se lamenter à ce sujet, autant le rayer de la liste des conversations de ce soir au plus vite. Elle inspira l'air dans ses poumons, retrouvant un peu de calme en regardant distraitement où Stephen les avait conduits. « Je ne savais pas s'il était toujours en vie ou non. Donc sa requête... » April secoua une nouvelle fois la tête. Ce mec était aberrant. Un petit rire finit par s'échapper de ses lèvres. « Je crois qu'il a dû croire que j'étais une fille bien ! » Et cette idée était comique puisqu'elle s'était éloignée de ce chemin depuis presque aussi longtemps qu'elle ne l'avait pas vu. Finalement, elle reporta son attention sur Stephen, se tournant vers lui dans son siège. « Tu es malchanceux ce soir, en plus de tomber sur moi et de devoir jouer les faux petit-amis, tu as gagné une place pour une comédie bizarre ! Mes soirées sont plus normales d'habitude... parfois même elles ont lieu au calme dans mon canapé. » Non elle ne jouait pas la drama-queen tous les soirs.





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Dim 8 Mai - 23:18

I'm searching for a song tonight

Si Stephen avait demandé à April quelques explications sur ce qu’il venait de se passer au restaurant, il ne la forcerait en rien à lui répondre. Ils étaient loin de se connaître assez pour qu’il soit en droit d’exiger quoi que ce soit de sa part et espérais que si les situations se retrouvaient inversées, elle verrait les choses de la même manière. Elle se contenta d’abord de s’excuser pour l’étrangeté de ce repas écourté, avant de se replonger dans le silence. Stephen détourna brièvement son regard de la route pour le poser sur elle, ne s’attendant pas à avoir plus d’explications que cela. Il n’insista pas, se contentant de poursuivre sa route vers sa maison  en silence, laissant la jeune femme à ses pensées.

Arrivés à destination, il gara rapidement le véhicule et ce n’est que là qu’April sembla sortir de ses rêveries. Un léger rire lui échappa et c’est ainsi qu’elle lui annonça d’un ton enjoué qui ne semblait pas naturel qu’il venait de faire la connaissance de son père, qu’elle n’avait selon ses dires que très peu vu ces quinze dernières années. Ceci explique cela, comme on dit. Il apprit aussi que jusque là, April ignorait même s’il était encore en vie ou non. Cet homme était culoté dans son genre ! Il n’avait pas revu sa fille depuis quinze ans, jamais donné de nouvelles, et refaisait surface comme une fleur, se permettant de lui demander un service. Il comprenait mieux la tournure humoristique avec laquelle April lui racontait les faits : face à un homme pareil, mieux fallait en rire qu’en pleurer !

Le père de l’année, à ce que je vois, remarqua Stephen, préférant se contenter de cette remarque plutôt que de se lancer à dire ce qu’il pensait vraiment de l’attitude du père d’April. Je crois qu'il a dû croire que j'étais une fille bien ! rétorqua April, ce qui eut le mérite de lui arracher un rire. Oui, ça doit être ça. Je me demande ce que je fais encore là, avec une personne aussi désagréable d’ailleurs… Il accompagna cette déclaration faussement désespérée d’un petit sourire en coin. Malgré ce qu’elle pouvait dire, Stephen était persuadé qu’April n’était pas une mauvaise fille. Il avait croisé des caractères bien pires que le sien, et ça n’était en général pas le genre de filles qui attiraient son attention autrement que pour une nuit. Les filles trop gentilles ne l’intéressaient pas non plus. Tout était affaire d’équilibre.

Tu es malchanceux ce soir, en plus de tomber sur moi et de devoir jouer les faux petit-amis, tu as gagné une place pour une comédie bizarre ! Mes soirées sont plus normales d'habitude... parfois même elles ont lieu au calme dans mon canapé. lança finalement April. Stephen repris aussitôt son air faussement dramatique. Pauvre de moi, quel supplice. Je sais pas comment je vais m’en remettre ! répondit-il, désespéré, avant d’abandonner son sérieux pour laisser échapper un éclat de rire. Allez viens, on va pas passer la soirée dans la voiture. On risquerait de rater la livraison de tes sushi et tu avais l’air de mourir de faim !

Il s’extirpa de la voiture et attendit qu’elle en fasse de même pour verrouiller la serrure, avant de se diriger avec April vers la maison. Il n’avait même pas encore glissé la clé dans la serrure qu’il entendit de l’agitation derrière la porte. Fais attention à pas te faire écraser le monstre, l’averti-t-il avant de pousser la porte pour y découvrir sans surprise Bear, son gros malamute gentil mais un peu brutal, qui les accueillait joyeusement et Sugar, le chat de son colocataire, fièrement perché sur le meuble de l’entrée pour éviter de se faire piétiner. Stephen salua rapidement son chien pour que celui-ci se calme un peu, avant de lui ordonner de se pousser afin de pouvoir entrer dans la maison et non rester coincés comme deux idiots à l’entrée. Il en profita pour aller ouvrir la porte qui donnait sur le petit jardin afin de permettre au chien de sortir, avant de se diriger vers la cuisine. Visiblement, son colocataire était absent ce qui pour le coup l’arrangeait assez. Fais comme chez toi ! Tu veux boire quelque chose ? Il ouvrit le frigo, révélant son contenu et les classiques bières, soda, jus de fruits et compagnie.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Lun 9 Mai - 2:26

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

La présence de Stephen avait du bon. Pas le temps de ruminer seule, pas non plus une vilaine tentation d'aller se la jouer pitoyable un verre à la main ou d'aller passer ses nerfs en brisant un jeune couple marié comme elle avait déjà pu le faire. Il n’était surtout pas question de se montrer affaiblie pour un homme qui n'en valait pas le coup, encore moins face à un homme intéressant. Oui, la jolie petite blonde avait son égo et l'écoutait fortement. Et si elle expliquait la situation, ou du moins ses grandes lignes, à Steph', c'était pour éviter de passer pour la lunatique de service. Sans explication, ça devait grandement y ressembler. Mais elle avait ses raisons. Pas injustifiées au goût de son ami vu la remarque qu'il sortit au sujet de ce père de l'année. « Oh... il pourrait remporter une palme dans son domaine ! C'est de l'art à son niveau, si tu savais tous les détails... » ... tu fuirais. C'était sûrement la chose la plus censée à faire quand on rencontre une gosse élevée par un père comme lui. Elle avait laissé tombé depuis longtemps de raconter la partie où son père avait fait croire à son suicide ou les dettes laissées. Dite ainsi, la photo de famille prenait vraiment une ambiance étrange qui mettait tout le monde mal à l'aise. Non pas qu'April le blâmait pour tout ce qu'elle était, sa mère et ses relations avaient apporté leur pierre à l'édifice... disons jusqu'à ses quinze ans. Après elle avait su se mettre dans la merde comme une grande et sans l'aide de personne.

Visiblement, Stephen ne croyait pas à mot du fait qu'elle n'entrait pas dans la case "fille bien". Elle lui fit une petite grimace, sincèrement amusée, laissant de côté les tracas de son soi-disant père. « Rigole Stephen, tu serais surpris d'apprendre certaines choses ! Sérieusement, fais attention à toi quand je suis là ! » Elle le provoqua d'un petit clin d'oeil, sans douter qu'il ne la croirait pas plus pour autant. Ça devait être la couleur blonde, on la pensait plus douce ou saine qu'elle ne l'était vraiment.

Ni une ni deux, April quitta la voiture dès que Stephen l'y invita et un petit rire quitta ses lèvres. « Tu n'as pas idée de combien j'ai faim ! Si on manque les sushis, je n'aurais plus que toi à manger. » Douée à mettre les soucis de côté, Ap' suivit l'homme jusqu'à une charmante maison. Il la mise en garde quant à la présence d'un monstre derrière la porte, et c'est à demi rassuré qu'elle entendît le bruit qui provenait de l'intérieur. Elle était bien là, derrière Steph', à le laisser passer en premier, regardant derrière son bras pour pouvoir apercevoir à quoi il faisait référence. Effectivement, gros chien. Qui salua avec bonheur son compagnon qui venait de rentrer. C'était surprenant qu'elle n'ait pas de souvenir de ce chien lors de sa première visite ici. Visite où elle avait été plus pressée de ressortir qu'autre chose, malgré la délicieuse nuit ; sourire aux lèvres, April se surprit à penser qu'elle pourrait peut-être s'attarder cette fois si elle restait une nouvelle fois.

La jeune femme s'arrêta sur le seuil pour laisser le temps à "la bête" de faire connaissance avec son odeur, l'observant avec prudence avant de finalement s'accroupir quelques secondes pour caresser l'animal et le saluer comme il se devait. « Tu ne nous as pas présentés, c'est quoi son petit nom ? » Au cas où, ça pouvait toujours être pratique de connaitre le nom d'une bestiole plus grosse qu'elle. Le bruit du frigo et la proposition de boisson suffirent à la faire se redresser et rejoindre Stephen dans la cuisine. Faire comme chez elle ? Sans peine alors ! April posa sa main sur la hanche du bel homme pour se glisser sous son bras et pouvoir avoir une vue intéressante sur l'intérieur du frigo. Certes, elle aurait pu s'y prendre autrement, passer de l'autre côté, mais ce n'était pas elle. « Tu as du vin rouge ? Sinon, de la bière, ça sera très bien. » Elle n'avait pas envie de masquer son envie de proximité, maintenant qu'ils étaient tranquillement en privé. La jeune femme releva la tête dans sa direction pour plonger son regard dans le sien, une lueur d'intérêt dans le regard. « Je sais que c'est déjà un supplice depuis qu'on s'est croisé mais... ça t'ennuie si je continue de te torturer ? Juste un peu ? Tes mains sur mes hanches plus tôt m'ont laissé un gout de trop peu. » April pinça ses lèvres. Non elle ne venait pas juste pour être amicale sans rien de plus. Restait à savoir si c'était une forme de deal qui convenait à Stephen ou non. Elle lui avait déjà expliqué comment elle fonctionnait et s'il avait bien respecté son envie de zéro engagement, elle ignorait encore vraiment s'il repartirait ou non pour un second round.





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mar 10 Mai - 22:57

I'm searching for a song tonight

Stephen n’était pas idiot. Oui, malgré son coup sur la tête et son goût pour le sport, il avait quand même un cerveau en état de fonctionnement. Lorsqu’April lui confirma que son père méritait la palme dans la catégorie père de l’année, il se douta donc tout de suite que cela avait certainement un lien avec sa vision peu romantique du couple. C’était logique, Peut être se trompait-il, mais quelque chose lui disait que c’était sûrement lié. Il avait beau avoir oublié vingt années de sa vie, il suffisait de réfléchir deux minutes. Voir le mariage de ses parents se briser, son père lui tourner le dos… Rien d’étonnant à ce que la jeune femme ne crois pas aux contes de fées !

C’est sur un avertissement d’April, qui eu pour effet de provoquer un énième petit rire amusé chez Stephen, qu’ils quittèrent la voiture pour se diriger vers la maison. Sans surprise, ils étaient attendus et furent accueilli joyeusement par un chien et un chat ravis d’avoir enfin de la compagnie. Vu le gabarit et l’enthousiasme débordant de l’animal, il fit d’ailleurs bien d’oublier toute galanterie et de passer devant. Cela semblait arranger la jeune femme, qui resta prudemment derrière lui tandis que Bear exprimait sa joie. Il ne s’inquiétait pas outre mesure de l’accueil que le chien réserverait à April. Il était sociable et s’il protègerait sans doute de manière assez convaincante la maison en cas d’intrusion, il n’y avait pas grand risque quand quelqu’un était invité. Bear, répondit Stephen. En voyant la boule de poils qu’il était lorsqu’il l’avait acheté voilà à peu près un an, le nom s’était imposé de lui-même. T’en fais pas, il est gentil. Un peu stupide quand il s’y met et il risque d’essayer de te piquer tes sushi, mais gentil. Il préférait préciser, les gens n’étaient parfois pas rassurés face aux chiens de cette taille.

S’étant finalement détourné vers le frigo afin de proposer quelque chose à boire à April, Stephen ne la vit pas se rapprocher, et n’en pris conscience que lorsqu’elle se glissa sous son bras, une main négligemment posée sur sa hanche. Tu as du vin rouge ? Sinon, de la bière, ça sera très bien, répondit la jeune femme, clairement décidée à prendre ses aises maintenant qu’ils étaient seuls à seuls. Il s’apprêtait à dire qu’il devait y avoir une bouteille de vin quelque part dans un placard quand il fut distrait par le petit regard que lui lançait April et oublia momentanément ce qu’il voulait dire. Je sais que c'est déjà un supplice depuis qu'on s'est croisé mais... ça t'ennuie si je continue de te torturer ? Juste un peu ? Tes mains sur mes hanches plus tôt m'ont laissé un gout de trop peu, lui glissa-t-elle, une moue qui en disait long sur le visage.

Stephen prit quelques secondes avant de répondre, sachant très bien où elle voulait en venir, et ce que son opinion sur l’engagement impliquait. Etait-ce que qu’il voulait ? A vrai dire, il n’en savait rien. Il vivait toujours dans la même optique que lorsqu’il passait son temps à voyager : prendre les choses telles qu’elles venaient, sans se poser trop de question. Pas de grands projets, pas de plans sur la comète. On ne sait jamais de quoi peut être fait le lendemain, alors à quoi bon se prendre la tête avec ce genre de choses, s’imaginer des tas de scenarios qui ne se réaliseront peut être jamais ? Il n’était pas pessimiste, non. Juste pragmatique. Il appréciait la compagnie d’April, et leur première nuit passée ensemble ne lui avait laissé que de bons souvenirs.

Je retire ce que j’ai dit. Tu es le diable incarné, répondit Stephen avec un petit sourire, refermant la porte du frigo sans la quitter du regard. C’est à ce moment là que le livreur de sushi décide qu’il était l’heure de manger. La sonnerie de la porte d’entrée retentit à travers la maison, suivie d’un aboiement de Bear, signalant à tout intrus sa présence. Sauvé par le gong, commenta-t-il, son sourire s’élargissant. Je te laisse aller récupérer ça, en attendant je vais essayer de mettre la main sur cette bouteille de vin, proposa-t-il. Essaye de ne pas tout manger en chemin. Il n’habitait pas dans un palace, mais on ne sait jamais mieux vaut être prudent.

Sur ces mots, il la laissa aller récupérer leur commande et se mit à la recherche d’une bouteille de vin, sur laquelle il fini par tomber. Le vin n’était pas vraiment ce qu’il buvait le plus régulièrement, il était plus du genre à prendre une bière dans le frigo, ou même à se contenter de sans alcool. Il n’avait pas toujours eu une relation très saine avec l’alcool, si bien qu’il tâchait de ne pas en abuser trop fréquemment. Il sorti le tire-bouchon et déboucha la bouteille, puis s’empara de deux verres, avant d’aller déposer le tout sur la table du salon en essayant de ne pas finir étalé par terre à cause du chien qui avait choisi ce moment précis pour se mettre dans ses jambes. Pousse-toi stupide idiot, tu vas me faire faire des conneries, ronchonna-t-il, poussant doucement d’une jambe le postérieur de l’animal un peu trop envahissant.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mer 11 Mai - 0:44

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

April aurait bien transformé sushi en une soirée plus agréable encore. Et elle s'était assurée que son intention soit claire pour Stephen. Il aurait fallu être aveugle et sourd pour que ça ne soit pas évident. Restait qu'elle n'était pas sûre que le bel homme se laisserait tenter une seconde fois. Pas qu'elle doutait de ses charmes ou qu'elle craignait qu'il ait un mauvais souvenir de leur nuit, non... mais elle se doutait bien qu'il ne se limitait pas forcément à ça. Elle avait passé assez de temps avec assez d'hommes pour savoir qu'eux aussi pouvaient être complexes. Si elle clamait haut et fort que le couple n'était pas un système viable, elle reconnaissait que les deux sexes fonctionnaient différemment, mais que chacun avait sa sensibilité. April était sûre qu'ils pourraient s'entendre une nuit de plus. Mais si d'autres critères entraient en jeux ? Si cette proposition de relation sans lendemain convenait à Stephen ? Ce n'était pas parce qu'il l'avait voulu pour une nuit qu'il souhaitait se compliquer la vie à ce sujet.

Elle avait capté son attention, elle put le voir dans ses yeux. Une demi-seconde où elle le prit un rien à dépourvu, et une petite lueur amusée de satisfaction apparue dans le regard d'April. Il n'était pas insensible à la proposition. Mais il ne cédait pas immédiatement, faisant durer le suspense... faisant son choix peut-être ? Il décida de retirer ce qu'il avait dit plus tôt : elle venait d'être fièrement gradée de personne désagréable au diable incarné. April sourit. C'est bien, il apprenait à mieux l'évaluer. « Ce n'est pas la chose la plus désagréable au monde, si ? » Elle prit un petit air innocent, haussant les sourcils comme pour demander des quoi elle pouvait bien être coupable. Après tout, elle n'avait pas menti : elle se condamnerait bien à se retrouver à nouveau dans ses bras, avec effet immédiat. Les câlins n'avaient jamais tué personne et elle appréciait même cela, tant qu'on ne lui demandait pas de jurer fidélité.. Ou pire, de bien vouloir croire qu'on lui serait fidèle.  Elle se contentait de la partie agréable et laissait les déceptions aux autres.

Une demi-seconde, alors qu'il gardait son regard rivé sur elle, April espéra que c'était parti pour. La sonnerie brisa sa rêverie, récupérant l'attention de Stephen et le ramenant à quelque chose de plus terre à terre. Une autre chose bien réelle ? La déception d'April. Pouvoir l'embrasser ne sera pas pour tout de suite visiblement. Ça sembla l'amuser tandis qu'il clama être sauvé par le gong. La jeune femme laissa transparaitre sa déception. « Je n'aime pas le gong. Et juste tout de suite : je n'aime même plus les sushis. » Elle tolérait d'aimer encore le vin. Il pourrait faire passer cette frustration naissante. April se sépara à regret du bras de Stephen, pas sûre de pouvoir y retourner. Elle avait été claire, il avait pris la sortie facile, laissant la chose en suspens. Harceler n'était pas son truc, si elle aimait bien faire savoir quand on lui plaisait, la blonde aimait savoir que les choses étaient réciproques. Et si pour lui, c'était un souci cette histoire de ne pas s'engager, elle se devait de le respecter. Qu'il le dise clairement ou non, l'important c'était ce qu'il choisissait de faire.

C'est donc avec une pointe de regret et l'impression que le vent ne tournait pas dans le sens qu'elle virevolta pour aller chercher les sushis. Quant à ce qui était de ne pas manger tous les sushis en cours de route... April se retourna pour lui faire un petit sourire enjoué et un clin d'oeil. « Promis, je partagerais avec Bear ! » Oui, elle avait un petit côté attention en dépit d'être le diable. Bien décidé à manger son inquiétude avec le premier sushis, la jeune femme se recomposa le visage. Elle ne put s'empêcher de faire remarquer au livreur à voix basse « Super timming... » Il ne devait plus chercher avec elle, il l'avait vu assez pour être habitué à son excentricité. Pour autant, la jeune femme lui donna un billet en pour boire et lui promis de revenir bientôt à son restaurent pendant qu'il s'excusait de l'interruption qui lui avait fait fuir les lieux. Qu'il se rassure, il n'avait pas perdu une cliente.

Après avoir refermé la porte, elle retourna vers l'intérieur, trouvant sans peine le salon où Stephen avait commencé à les installer. Sur le chemin, April ouvrit la boite pour attraper un de ses makis préférés et en savourer le gout sous ses papilles. Avec plaisir, elle constata que l'homme n'avait pas failli à sa mission. « Oh, tu nous as trouvé du vin ! Tu es un ange !  » Oui, cela aussi c'était un plaisir gourmand. Si jamais Stephen se désistait, elle aurait au moins deux de ses choses favorites pour la soirée. À nouveau, ses doigts se saisirent d'un sushi, mais au lieu de le manger, elle fit un signe en direction de la grande bête poilu. Elle arrêta cependant son geste, se rappelant les règles essentielles en société. « Je peux lui en donner ? » En parler était une chose, le faire une autre.

La jeune femme s'assit sur le canapé, pliant une jambe sous sa cuisse le plus naturellement du monde et se tourna vers le propriétaire des lieux. « Si tu ne veux pas de câlins, je suppose que tu ne seras pas non plus pour un jeu de streap. Que dirais-tu d'un "je n'ai jamais" ? On continuerait de faire connaissance et j'aurais l'occasion de voir à quoi tu ressembles quand tu as bu, car il va sans dire que je vais gagner. » Elle lui fit un adorable sourire. En réalité, il pouvait l'écraser s'il posait les bonnes questions. Mais elle aimait jouer autant que taquiner et provoquer gentiment.






All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Ven 13 Mai - 23:13

I'm searching for a song tonight

Stephen n’avais pas dit oui à la proposition d’April. Il n’avait pas non plus dit non. La sonnerie avait interrompu le petit jeu de la jeune femme et il en avait profité pour laisser la soirée reprendre son cours. Pour le reste eh bien… Advienne que pourra, comme on dit. Il n’aimait pas se poser trop de questions, il ne s’en était pas posé le premier soir, la première nuit qu’il avait passée avec April et ce même si elle avait retenu son attention au-delà du simple coup d’un soir. Ils avaient passé une bien agréable nuit ensemble et à son réveil, la jolie blonde avait disparu. Là non plus Steph ne s’était pas posé de question, et ç’aurait été mentir que de prétendre que lui ne l’avait jamais fait. Et puis le hasard avait fait que leurs chemins s’étaient recroisés ce soir, si bien qu’il estimait que ne pas se poser trop de question fonctionnait assez bien en ce qui concernait ses rencontres avec April. Il avait appris depuis longtemps qu’il est parfois bon de simplement laisser les choses se faire plutôt que d’essayer de forcer sa chance. Et puis pour lui qui n’était pas habitué à penser au lendemain, un peu de surprise et d’inattendu était tout ce qu’il demandait.

Il avait donc laissé April se charger du livreur, s’occupant lui-même de la bouteille de vin qu’il avait lui-même réussi à dégoter dans un placard. Il en était à installer le tout sur la table de salon lorsqu’April refit son apparition, déjà en train d’avaler un sushi, sous les yeux gourmands d’un Bear qui n’aurait fait qu’une bouchée du contenu de leur livraison si on lui en avait donné l’opportunité. Stephen rit de bon cœur en l’entendait lui dire qu’il était un ange. Il ne serait pas allé jusque-là, mais trouvait cela ironique quand lui-même venait de lui dire il y a quelques minutes qu’elle était le diable incarné. Lorsqu’elle lui demanda si elle pouvait donner un sushi à son monstre, Stephen haussa les épaules. C’est à tes risques et périls. Il ne va plus te lâcher jusqu’à ce que tu aies terminé. Et tu vas attirer le deuxième monstre de la maison, l’averti-t-il, désignant d’un signe de la tête le chat perché sur le dessus d’un meuble, qui l’observait à distance d’un air clairement intéressé.

Stephen s’installa sur le canapé et y fut rapidement rejoint par April. Il en profita pour piquer un sushi au passage, sans s’embarrasser de baguettes mais en version homme des cavernes, c’est-à-dire avec les doigts. Il avait clairement prouvé que balancer un sushi entre deux baguettes en bois, c’était trop demander. Et maintenant qu’ils étaient seul à seul, il n’allait pas abuser des bonnes manières. C’est quand même plus simple comme ça ! fit-il remarqué d’un ton enjoué une fois qu’il eut avalé sa boulette de riz et poisson cru à laquelle il aurait été bien incapable de donner un nom.

Si tu ne veux pas de câlins, je suppose que tu ne seras pas non plus pour un jeu de streap. Que dirais-tu d'un "je n'ai jamais" ? On continuerait de faire connaissance et j'aurais l'occasion de voir à quoi tu ressembles quand tu as bu, car il va sans dire que je vais gagner, proposa April afin de pimenter la soirée. Tu es bien sûre de toi ! s’exclama-t-il, clairement amusé. Il aurait bien dit que cela lui rappelai ses années lycée, mais pour ça, il aurait déjà fallu qu’il s’en rappelle. C’était un moyen comme un autre d’en apprendre davantage sur elle, une version différente du jeu de questions réponses qu’ils avaient mené au restaurant, avant l’arrivée importune du père de la demoiselle.

Et pour info, je n’ai pas dit non à quoi que ce soit. On a simplement été interrompus, l’informa-t-il, s’emparant au hasard d’un nouveau sushi dans la boite. Il en croqua un bout, avant de lancer le reste à Bear, qui le réceptionna habilement. Bon, ok, je commence. Hmmm… par quoi pouvait-il bien lancer ce nouveau petit jeu. Allez, autant démarrer facilement, cela allait surement se corser assez vite. Je n’ai jamais mangé avec des baguettes ! Oui, très recherché, je sais, dit-il, en guise d’introduction. Il savait d’avance le résultat pour April, grande adepte des sushi. Dans son cas, vous avez déjà essayé de manger une pizza ou un burger avec des baguettes ? Pas qu’il ne mange que ça, il se débrouillait même pas trop mal derrière les fourneaux, mais quand il avait la flemme, il était plus porté malbouffe que poisson cru.  

© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Dim 22 Mai - 1:17

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

À ses risques et périls de nourrir le chien ? Oh il ne pouvait pas dire mieux pour la tenter de le faire : April adorait jouer avec le feu, c'était indéniable. Puis quoi que mieux que d'amadouer le chien pour obtenir les bonnes grâces du maître ? Oui, si Stephen n'avait pas dit oui, April comptait bien le taquiner jusqu'à ce qu'il le fasse ou lui dise clairement non. Repartir d'ici juste en ayant mangé des sushis et bu un peu de vin ? Stephen était tellement bel homme que ça aurait vraiment été du gâchis de temps. La jeune femme jeta donc le sushi en direction de la boule de poils de taille impressionnante. Il l'enfourna en un clignement d'oeil, devenant brusquement attentif au moins de ses mouvements. April sourit devant cette vision adorable.

Puis elle reporta son attention sur Stephen... pour le voir user de ses doigts pour attraper. Certes, elle venait de faire de même, mais par principe de jeu, April claqua sa langue pour désapprouver. « Tu triches ! » Et il la privait surtout de pouvoir lui montrer comment se servir de baguette. Le prétexte parfait et tout trouvé pour venir s'approcher du beau blond et l'effleuré volait en éclat. Elle n'était plus non plus en face de lui, la possibilité de lui faire du pied discrètement pour le déconcentrer en public s'était envolée... L'homme qui l'avait engendré était vraiment un casse pied de service.

L'homme fut amusé de sa proposition, et lui déclara qu'elle était bien sûre d'elle. Le plaisir du jeu, encore une fois. April ne put même résister à l'envie d'en rajouter en terme de provocation. Elle se débarrassa de ses escarpins blancs pour dénuder ses pieds, leur offrant un soulagement certain. Loin de s'arrêter là, la jeune femme se mit à l'aise, repliant ses pieds sous ses cuisses, s'appuyant d'un air égyptien contre l'accoudoir, dans un angle parfait pour garder un œil sur Stephen sans se diviser la tête et sans pour autant se couper l'accès aux sushis. Elle eut un petit sourire en coin en entendant Steph' affirmer qu'il n'avait pas dit non. « Oh, ne pas dire non c'est une chose. Savoir ce qu'on veut et le faire savoir, c’en est une autre... beaucoup plus grisante à mon goût. » Simple suggestion, bien évidemment. Elle lui fit un sourire taquin. Oui, elle le provoquait et le défiait d'être capable de venir faire savoir ce qu'il voulait.

La jeune femme rit en entendant Stephen annoncer la première phrase du jeu. « Oh, tu veux la jouer comme ça ! » Le combat serait féroce,  elle le lui promit d'un regard. Se pliant aux règles, April prit quelques secondes pour sentir les arômes du vin avant d'en prendre une bonne gorgée de vin. « Tu habites là seul ? » Elle prit la peine de regarder autour. C'était loin d'être désagréable comme petit coin de vie. « Avant qu'on nous interrompe, tu disais... que tu étais d'accord que l'on ne devait pas dépendre d'une autre personne pour son bonheur, mais que des gens peuvent quand même y contribuer... c'est ça ? » Blonde oui, mais elle n'avait pas une mémoire de poisson pour autant. Les nombreuses heures de discussion avec ses clients, contrairement aux idées reçues, il y en avait souvent, lui avait appris à retenir les conversations. C'était important pour fidéliser les clients et dans la vie réelle, apprendre à mieux connaitre les gens. « Je suis d'accord. Mais... je pense surtout que beaucoup de monde peut y contribuer, pourquoi se compliquer la vie avec une seule personne quand on peut se laisser aller à suivre un courant ou un autre selon les humeurs, les envies, les jours... Ça évite de se lasser. Ça éviter aussi de tout faire tourner autour d'une personne... je pense qu'en faisant ça, à terme, on en dépend. Et ça, ça craint. » Pour ne pas dire que c'était dangereux. Et en parlant de danger... « Je n'ai jamais eu de chien... Bois ! » Elle lui adressa un doux sourire taquin en levant son verre dans sa direction. Elle pouvait la jouer ainsi aussi, elle ne comptait pas être la seule à bore. Pour autant, elle ne souhaitait pas souler Stephen. Non, elle avait bien envie que cette fois-ci, il se rapproche d'elle sans que l'alcool soit une influence sur ses choix. C'était ce qu'il y aurait de meilleur pour son égo.





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mer 25 Mai - 18:44

I'm searching for a song tonight

Oui, Stephen trichait. Et il n’en éprouvait aucun scrupule. Quiconque avait décidé, un jour, qu’il serait une bonne idée de s’amuser à manger en maintenant en équilibre sa nourriture entre deux pics en bois était un sadique qui avait du mourir de faim avant de maîtriser cette technique. Le couteau et la fourchette, voilà qui était une manière de manger efficace. A défaut, manger avec les mains fonctionnait très bien aussi. Face à l’indignation d’April, Stephen sourit et pour toute réponse, il attrapa un autre sushi au hasard et le glissa dans sa bouche, le tout sous le regard intéressé de Bear dont le regard passait de l’un à l’autre.

En tout cas, lui qui avait au départ prévu une soirée tout ce qu’il y a de plus calme et ennuyeuse avec pour seule compagnie l’énorme boule de poil qui regardait amoureusement April, il était ravi que sa soirée ait pris une tournure différente. En plus d’animer un peu plus sa soirée, cela lui permettait d’en apprendre un peu plus sur April, de cerner un peu plus celle qui jusque-là demeurait un mystère pour lui. Il faut dire qu’une nuit sous la couette, aussi agréable puisse-t-elle être, permettait rarement à deux personnes de faire vraiment connaissance. En tout cas, pas le genre de nuits que tous les deux avaient passé ensemble. Il avait parfaitement conscience qu’il devait lui aussi être un mystère pour la demoiselle, il le resterait surement un petit moment d’ailleurs étant donné qu’il y avait des tonnes de choses qu’il serait bien incapable de lui raconter puisqu’il ne s’en souvenait plus lui-même. Mais au moins cette fois-ci ils prenaient la peine de parler, ce qui était en soi un progrès. Ils n’avaient bizarrement pas vraiment pris le temps de le faire, la dernière fois.

J’aime bien laisser les choses se faire d’elles-mêmes. Ca a plutôt bien fonctionné la dernière fois, non ? rétorqua-t-il, arquant un sourcil interrogateur, lorsqu’April lui dit qu’elle appréciait qu’on sache faire savoir ce qu’on veut. Ce n’était pas comme si le fameux soir où ils s’étaient rencontrés, il avait été boire un verre avec en tête l’idée de ne pas rentrer seul. Il avait seulement été boire un verre et de fil en aiguille et bien… Pas besoin de vous faire un dessin, ils n’avaient pas joué aux cartes, vous vous en douterez. Voilà une quinzaine d’années qu’il ne planifiait presque jamais rien, se laissant porter au gré de ses envies sans se poser trop de questions. On ne change pas quinze années de mauvaises habitudes en claquement de doigts, et vivre comme ça lui avait toujours convenu.

Un petit sourire en coin sur le visage, il la laissa prendre sa première gorgée de vin. Il n’avait pas pris trop de risques sur ce coup-là, il le savait, même si de toute manière il n’avait pas dans l’idée que l’un ou l’autre ne finisse totalement bourré. J’ai un colocataire qui par chance, n’est pas là. Même si je pense que tu aurais adoré le mettre mal à l’aise, répondit-il à sa question. Tout en parlant, il faisait distraitement tourner le liquide rouge foncé dans son verre, le regard posé sur la jeune femme qui avait entretemps pris ses aises sur le canapé.

En tout cas malgré l’interruption inopportune de son père, April ne perdait pas le nord et n’avait pas oublié ce qu’il avait pu dire avant qu’ils ne quittent précipitamment le restaurant. Il était toujours agréable de savoir qu’on ne parlait pas dans le vide. Il écouta donc les remarques d’April avec attention. L’idée du couple n’était clairement pas son truc. Lui n’avait rien contre, il n’avait seulement jamais trouvé une personne qui sache vaincre ses envies de voyage, son besoin de se chercher. Si ça avait été le cas, peut-être aurait-il arrêté de bouger bien plus tôt, qui sait ? Toutefois, l’idée d’avoir arrêté de voyager de son propre chef lui plaisait davantage que celle de l’avoir fait pour qui que ce soit d’autre.

Suite à sa tirade, elle enchaîna sur leur petit jeu et la preuve de sa culpabilité étant à deux pas, les observant avec un amour davantage tourné vers leur diner sue vers eux, il n’eut d’autre choix que de lever son verre comme pour porter un toast avant d’en boire une gorgée.

C’est à ça que ça sert les amis, non ? Je veux dire, tu peux être en couple et toujours avoir des amis à côté, non ? En couple ne veut pas nécessairement dire que tu doives passer vingt-quatre heures sur vingt-quatre avec une personne. Il n’y a plus grand-chose à se dire après sinon. Quoique ça doit dépend d’avec qui tu te retrouves en couple, ça… Barman était un job facile à trouver, il l’avait donc été de nombreuses fois et des récits de petits amis jaloux il en avait entendu des tonnes. Il n’avait jamais trouvé normal que l’un empêche l’autre de vivre sa vie, c’était un concept qui le dépassait. Après qu’est-ce que j’en sais, hein. Je n’ai jamais été avec quelqu’un pendant plus de… trois mois, à peine. il haussa les épaules. Difficile d’être en couple bien longtemps quand on ne passe pas plus de quelques mois au même endroit. Il avait rarement pris le temps de créer de réelles attaches avec qui que ce soit. Ce n’était pas ma contribution à notre petit jeu, soit dit en passant. précisa-t-il, réfléchissant à ce qu’il allait bien pouvoir proposer. Que n’avait-il jamais fait ? Sa vie avait été mouvementée, si bien qu’il avait au final fait pas mal de choses. Il finit par trouver une proposition, qui pourrait peut-être lui apporter quelques informations supplémentaire sur la jolie blonde. S’’emparant d’un nouveau sushi, il lança donc : Je n’ai jamais été amoureux. Tant qu’à être parti sur le sujet, après tout… Qui sait, si elle lui apprenait qu’elle l’avait déjà été, cela pourrait peut-être s’ajouter aux raisons qui lui avaient donné cette vision si peu romantique du couple. Et si non, et bien elle en était au même point que lui sur le sujet.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mar 31 Mai - 0:18

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Stephen restait encore à déchiffrer. Avec certains hommes, c'était simple. Une intention, visible, évidente. Et pas besoin d'y réfléchir à deux fois. Certains penchants se révélaient vite, les rêveurs, les dominateurs ou ceux qui se préféraient soumis... Ceux qui se sentiraient coupables après également. Le beau blond en face d'elle était moins évident que cela. Il leva un sourcil pour lui dire qu'il aimait laisser les choses se faire. Que cela avait fonctionné la fois passée. Certes, mais la fois passée, il y avait un peu plus d'alcool, moins de paroles. Les paroles ne menaient pas toujours au même endroit. Voulait-il la connaitre mieux ? Admettons que ça soit le cas... April n'était pas sûre de ce qui pourrait faire basculer la balance dans un sens ou dans l'autre. Méfiante, April lui confessa « Je n'y suis pas vraiment habituée... » Pas qu'elle n'avait pas envie d'essayer. Tant qu'elle ne ruinait pas ses chances pour autant avec lui. Oui, elle avait déjà bien envie de venir se blottir contre lui une nouvelle fois et cette idée risquait fort de ne pas diminuer au fur et à mesure des verres. Qu'espérait-il ? Qu'ils s'entendent bien ? Qu'il puisse avoir envie d'elle tout en étant sûr de ne pas développer de sentiment ? Autre chose ? Il lui posait une colle. Les hommes aux envies simples restaient plus simples à anticiper. Pour autant, un peu de difficulté pour le sport n'avait rien de toxique. Elle sortait juste un peu de sa zone de confort où elle connaissait d'avance les règles.

April sourit en entendant Stephen dire qu'il avait un colocataire. Ou pour être plus précis, le "par chance" la fit sourire. L'homme se réjouissait donc qu'il ait la maison pour lui seul... et elle décida qu'il était bon pour son égo' de s'attribuer un lien de cause à effet. La blondinette tendit la main pour grattouiller timidement la tête du chien. Pas qu'elle ne lui faisait pas encore entièrement confiance, mais... juste au cas où, elle préférait la récupérer à temps. La conversation poursuivit son cours autour des couples. Elle sourit en l'entendant dire qu'il ne fallait pas rester toutes ses journées avec une seule personne. Avec une pointe d'humour, elle renchérit « Heureusement, sinon je plains la pauvre personne qui serait condamnée à une telle sanction, vingt-quatre heures sur vingt-quatre avec une personne, c'est un appel au meurtre.... au moins. » Oui, si elle se projetait là dedans, elle n'imaginait pas en ressortir saine d'esprit.

L'entendre dire que lui même n'avait jamais été en couple plus de trois mois le fit l'observer. Il était visiblement pour le concept du couple même s'il n'avait pas trouvé au court de ses voyages chaussure à son pied... Elle rit en l'entendant dire que sa dernière phrase ne faisait pas partie du jeu. Ça ne lui était pas venu à l'idée, trop occupée à l'écouter, mais ça aurait bien pu porter à confusion. April prit un nouveau sushi et laissa échapper, un court soupire de satisfaction en sentant le goût sous ses papilles. C'était un véritable bonheur. Bien trop précieux pour qu'elle ose en redonner au beau Bear.

La blonde reçut la suite du jeu d'un doux sourire. « Moi non plus... » Elle voyait où il voulait en venir. Essayer de trouver une faille, une autre même peut-être s'il avait compté l'absence d'un père comme une première, pouvant justifier sa crainte du couple. « Pas de blessure de coeur ou de tromperie qui m'aurait menée à ne pas aimer les couples, si c'est ce que tu te demandes. Je ne crois simplement vraiment pas... qu'on puisse être heureux ainsi. On trompe ou on se condamne à une extinction lente. J'ai des amis. En tout genre, neutre, et d'autre plus proche. Certains avec qui j'aurais juste envie d'une nuit pétillante, d'autres que je vois depuis plus longtemps, qui connaissent mes travers et je connais les leurs. » April prit une nouvelle bouchée, l'air gourmand, avant de confesser. « C'est sûrement égoïste, mais je ne veux pas de la responsabilité de rendre quelqu'un heureux à vie... Surtout pas quand c'est basé sur un conte de fées. Je préfère opter pour une définition plus large de l'amitié que de restreindre de mettre des barrières entre une personne unique et tous les autres... quand tous les autres peuvent être source de plein de petits bonheurs. » Ça en serait presque fleur bleue. Presque. Elle entrouvrit ses lèvres, le temps de prendre une pose, avant de planter son regard dans le sien. « Si tu cherches à me cerner, tu peux demander, mais tu peux être déçu de ce que tu apprendras si tu cherches. » Peu de monde digérait bien son passé. Elle savait passer outre les regards qui la jugeait d'inconnu. En revanchant quand on cessait d'être un inconnu pour elle, la crainte d'être jugée pour cela refaisait doucement surface. « Je peux te donner des pièces de puzzles si tu veux... Je n'ai jamais été en vacances, en voyage, en week-end ou n'importe quoi du genre, pour moi-même... ? »






All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Sam 4 Juin - 0:50

I'm searching for a song tonight

Stephen ignorait parfaitement d’où pouvait lui venir sa vision du couple. Après tout, il n’avait dans sa vie aucun exemple de relation stable, durable. Durant ses voyages, quel que soit le pays, il avait vu davantage de couples se déchirer que de gens heureux ensemble depuis longtemps. Quelques couples de gens âgés parfois, s’aimant comme au premier jour, mais c’était des gens d’une autre époque, un temps où tout n’était pas si éphémère, où les gens se battaient pour arranger les choses plutôt que de se séparer sans chercher plus loin. Peut-être, quelque part, était-ce les souvenirs de ses parents qui inconsciemment influençaient sa vision des choses. Si leur couple n’était pas parfait – mais y a-t-il vraiment des couples parfaits ? – ils formaient malgré tout un couple unis, une famille heureuse, preuve que c’était encore possible, même à une époque où les divorces et les séparations sont monnaie courante. Il ne croyait certainement pas aux contes de fées, mais sans s’en rendre véritablement compte, il savait que l’idée d’un couple heureux n’était pas qu’une utopie.  

Du peu qu’il avait pu comprendre de sa relation avec son père, April n’avait pas eu la même chance côté famille. Une famille déchirée, un père absent… Cela expliquait certainement leurs visions des choses bien différentes, et l’attitude d’April en règle générale en ce qui concernait ses relations avec les autres, ou son approche plus directe comparée à celle, plus posée, de Stephen. Elle, préférant aller au-devant des choses tandis que lui préférait laisser les choses se dérouler d’elles-mêmes.

Stephen ne doutait pas qu’April aurait compris tout de suite où il voulait en venir avec sa dernière proposition au jeu qui animait leur soirée. S’il y avait des points de sa personnalité qu’il n’avait pas encore cernés, il ne doutait pas une seconde qu’elle soit une femme intelligente. Il cherchait pourquoi. Pourquoi et comment une femme de son âge pouvait-elle être aussi cynique quant à l’idée du couple. Son père était sans doute un facteur important à sa vision des choses, mais y avait-il autre chose ?

Pas de peine de cœur, visiblement. Pas de grande histoire d’amour qui aurait mal fini, de cœur brisé, d’homme infidèle… Juste une vision des choses atypique mais censée qu’elle lui expliqua entre deux sushi, et qui ne faisait que l’intriguer un peu plus encore. Si tu cherches à me cerner, tu peux demander, mais tu peux être déçu de ce que tu apprendras si tu cherches, conclu-t-elle, rivant ses yeux dans ses siens. Stepen soutint sou regard, gardant le silence une seconde, avant de répondre d’une voix égal, On a tous nos petits secrets. Il avait conscience que cela pourrait piquer la curiosité d’April, la pousser à poser des questions auxquelles ils ne pouvait ou ne voulait pas répondre. Il ne parlait jamais de son passé ou plus précisément, il ne parlait jamais du fait qu’il avait oublié plus de la moitié de sa vie, ou du fait qu’il avait survécu à un attentat qui avait coûté la vie à d’innombrables personnes. Tant de vies brusquement coupées dans leur élan, et lui était toujours là… C’était le genre de sujet de conversation qui avait tendance à plomber l’ambiance.

Je peux te donner des pièces de puzzles si tu veux... Je n'ai jamais été en vacances, en voyage, en week-end ou n'importe quoi du genre, pour moi-même... ? proposa-t-elle, et à ces mots bien entendu, il ne pu que boire une nouvelle gorgée de son verre de vin. Touché, commenta-t-il. Il avait passé dix ans à ne faire que ça, ce n’était pas une gorgée qu’il aurait dû boire, mais la bouteille toute entière. Toutefois, quelle que soit la manière dont finirait cette soirée, il ne voulait pas que ce qui arriverait se fasse sous l’influence de l’alcool.

Son verre à présent abandonné sur la table basse, il changea de position, abandonnant le dossier pour faire face à la jeune femme, se rapprochant d’elle au passage. Ce fut alors à son tour de river son regard dans celui d’April. Je pense ne pas me trop exagérer en affirmant que je n’ai jamais été autant intrigué par une femme auparavant… S’il avait conservé la formulation du petit jeu qu’ils avaient mené jusque-là, c’était à présent un divertissement bien différent qu’il avait en tête. Enfin, à présent… Il ne pensait pas qu’à ça mais on ne peut pas dire que l’idée ne lui avait pas déjà traversé l’esprit au cours de la soirée. C’est très mal de mentir, paraît-il.

Elle avait avoué aimer les personnes qui savent montrer ce qu’elles veulent ? Et bien c’était le moment. Sans un mot de plus, il effaça la distance qui les séparait encore pour aller trouver ses lèvres, une main trouvant le chemin de son cou tandis que l’autre se glissait sur sa hanche, puis dans le bas de son dos, incitant d’un geste la demoiselle à se rapprocher un peu plus encore et à faire disparaître le peu de distance qu’il restait encore entre eux. Ses doigts se glissèrent sous le t-shirt d’April, s’attardant sur la peau délicate du bas de son dos, comme attendant un signe qu’ils étaient sur la même longueur d’ondes. Elle avait semblé plutôt claire sur ses intentions, mais on ne sait jamais après tout.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mar 7 Juin - 1:08

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Elle le taquinait, le teasait volontairement pour essayer de provoquer sa curiosité. Après tout, il ne lui avait pas laissé grand autre choix en choisissant de s'occuper en premier des sushis. Non, sûrement qu'il ne pourrait pas la cerner en deux trois questions. Savoir que son père n'avait pas été là ne faisait pas tout. Son avis s’était forgé, lentement, avec soin, année après année, jusqu'à devenir une absolue certitude. Certitude que l'idée de monogamie était sur jouée. Irréelle, un doux fantasme. Il avait raison de lui dire qu'ils avaient tous leurs petits secrets. Au ton qu'il utilisa, pourtant calme, la petite blonde se demanda s'il y avait aussi un secret derrière le beau coach ? Peut-être. Aussi lourd que le sien ? Elle ne pensait pas mettre son ancien métier sur la balance à l'aveugle et voir les résultats finaux.

Avec classe, il admit qu'elle avait visé juste avec sa participation à leur petit jeu. Et finalement, il réveilla clairement son attention d'un petit geste. Il lui suffit de se tourner d'un quart de tour pour qu'April mordillât sa lèvre, attentive, coupant sa respiration pour attendre une suite espérée. Ce n'était peut-être pas un jeu au sens exact du terme et pourtant elle espérait avoir gagné. L'avantage avec ces règles, c'est que Stephen ne serait pas perdant non plus. Son mouvement pour se rapprocher et sa façon de planter son regard dans le sien ne lui laissaient aucun doute. Ou presque. Mais s'il s'était finalement décidé à reculer, il aurait fait preuve d'un grand sadisme. Car la blonde n'avait qu'une seule envie : qu'il se rapproche, clairement. Prenant le dessus sur leur jeu, il lui avoua qu'il n'avait jamais été autant intrigué par une femme auparavant. Un sourire naquit sur les lèvres d'April. Un sourire de satisfaction à savoir qu'elle avait réussit son coup, gagner son attention. Mais pas que. Elle était aussi heureuse de savoir que son envie, cette tension en elle était réciproque.

Discrètement, April s'était redressée, prête à s'approcher au moins signal supplémentaire. Elle accueillit avec plaisir cette main qui se glissa sous sa taille pour l'approcher de lui. Ses lèvres trouvèrent les siennes, répondant délicieusement au manque inconscient qu'elle ressentait depuis qu'elle savait qu'ils passeraient un bout de cette soirée ensemble. La jeune femme glissa son bras autour de son cou, ne laissant aucun doute à Stephen quand au fait qu'il était plus que bienvenue auprès d'elle. Il lui arracha un doux frisson non simulé d'une simple caresse contre sa peau et elle soupira contre ses lèvres. Elle laissa ses doigts venir effleurer sa nuque, son sourire trahissant le bonheur qu'il lui offrait en cédant finalement pour cet instant.

Séparant un instant ses lèvres des siennes, April chercha son regard et lui sourit. Elle ne résista pas à l'envie de le taquiner un peu encore. « Finalement tu as réussi à faire ton choix ? » Son regard trahissait son petit côté taquin, mais elle s'adoucit pour terminer. « Je l'aime bien. C'est même un très bon choix. » Elle passa ses doigts sur la joue masculine d'un geste tendre, dessinant le contour de cette mâchoire, savourant d'être une nouvelle fois si proche de cet homme terriblement sexy. D'un petit mouvement de hanche, April bascula pour venir s'assoir sur les genoux de Stephen, face à lui.  

Le visage penché vers lui, elle l'observa quelques secondes, profitant de la vue et d'avoir son attention. Elle lui sourit et murmura « Le mystère à du bon si ça me vaut des baisers comme celui-ci... j'aime t'intriguer. » Plus encore, elle voulait l'obséder. Le hanter et occuper toutes ses pensées, ses envies. Pour combien de temps elle en aurait envie ? Elle l'ignorait, mais à l'instant c'était certain, elle raffolait de son regard, de ses doigts contre sa peau, de ses caresses douces et coquines. April repoussa sa chevelure blonde en arrière et vint voler un baiser à Stephen. Dans un murmure elle précisa « Je ne crois dans la monogamie, ça ne veut pas dire que j'ai peur des émotions. » Elle assumait même très bien. Elle adorait ses yeux bleus qui la regardaient intensément. Elle eut un petit haussement d'épaules avant de dire « Je t'aime bien. » Une phrase simple, innocente comme un enfant presque aurait pu la prononcer. Elle garda son regard dans le sien encore quelques secondes avant de se pencher pour se saisir de ses lèvres. Doucement, elle trouva les mains de Stephen pour les guider vers le bas de son teeshirt blanc, l'invitant sans mot à le lui ôter pour poursuivre la soirée comme ils le voulaient.





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mer 8 Juin - 0:36

I'm searching for a song tonight

Steph ne s’était pas voilà la face. Les intentions d’April avaient été claires depuis le début, elle ne s’en était pas cachée même si elle n’avait pas non plus énoncé mot pour mot la manière dont elle voulait voir se terminer cette soirée. Lui n’en avait rien dit, préférant laisser la soirée suivre son cours, mais il n’était pas non plus du genre à se voiler la face et ce même s’il l n’avait pas dit ce qu’il pouvait avoir en tête, autant parce que ce n’était pas son genre que pour le plaisir de taquiner April.  Cette soirée se terminerait comme la première : sous les draps.

S’il avait été possible pour lui d’avoir le moindre doute quant aux intentions de la jolie blonde, elles furent rapidement dissipées puisque loin de le repousse, elle ne se fit au contraire pas prier pour lui rendre son baiser, effaçant toute distance entre eux sans le moindre signe d’hésitation. Si elle interrompit leur étreinte, ce n’était clairement nullement avec l’idée de mettre fin à ce nouveau petit jeu auquel, si cette nuit était comme la précédente, ils étaient quasiment certains de ressortir gagnant l‘un comme l’autre. Taquine, elle arracha un sourire à Stephen qui lui répondit Fais attention, je pourrais encore changer d’avis. Pendant ce temps, ses doigts continuaient de se balader dans le bas du dos de la jeune femme, effleurant sa peau juste au-dessus de la ceinture de son jeans. April ne devait pas être d’accord pour un éventuel changement de programme puisqu’elle vint s’installer sur les genoux du jeune homme qui glissa une main sur sa joue tout en allant replacer derrière son oreille une mèche de ses cheveux blonds qui l’empêchait de contempler à sa guise le visage de la jeune femme. Un baiser plus tard, c’est d’un air presque enfantin qui contrastait clairement avec la situation dans laquelle ils se trouvaient qu’April lui avoua un simple Je t’aime bien. Distraitement, la main de Stephe qui s’était jusque-là trouvée bien sagement dans le cou d’April descendit le long de la bretelle de son t-shirt, se jouant des frissons que ce contact pouvait lui arracher avec un petit sourire amusé.

Elle ne lui laissa pas vraiment le temps de répondre à cette petite déclaration puisqu’elle fondit à nouveau sur ses lèvres et se chargea d’elle-même d’aller glisser ses mains jusqu’au bas de son t-shirt, l’invitant silencieusement à la débarrasser de ce bout de tissus qui allait commencer à devenir plutôt gênant… Toutefois il prit son temps, passant ses mains sous son haut sans la moindre hésitation cette fois tandis que ses lèvres abandonnaient celles d’April pour descendre lentement, effleurant, caressant, embrassant sa peau, traçant un chemin de ses lèvres à son cou, avant d’aller s’aventurer plus bas. Il interrompit ses douces tortures juste assez longtemps pour la débarrasser de son débardeur qu’il laissa tomber sans vraiment y faire attention, bien plus intéressé par la femme ravissante qui se trouvait face à lui que par l’emplacement de ce bout de tissus totalement inutile.

Une fois chose faite, ses lèvres reprirent leur exploration, allant s’aventurer vers le décolleté  de la jeune femme avant de remonter lentement vers son oreille. Tu sais, lui glissa-t-il à l’oreille, le souffle court, Je doute que mon colocataire apprécie de nous trouver dans cette situation à son retour… fit-il remarquer, suggérant à demi-mot qu’il serait peut-être préférable de poursuivre leur petit jeu ailleurs que sur le canapé. Pas qu’il n’apprécie pas la situation telle qu’elle était à l’instant, tout en lui de son souffle court à son cœur battant, prouvait le contraire, mais il devait avouer que si les situations étaient inversées, il n’apprécierait que moyennement.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mer 15 Juin - 1:14

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Quand April entrait dans le jeu, elle prenait soin de ne rien laisser au hasard. Elle voulait mettre toutes les chances de son côté, contre carrer tout possible refus de Stephen. Elle voulait le charmer, l'envouter. Le dissuader d'envisager de passer la nuit sans elle. Parce qu'elle voulait sa place auprès de lui pour cette nuit. Peut-être encore quelques autres aussi. Tant qu'il saurait la faire frissonner comme il le faisait à l'instant, en effleurant sa peau. Son sourire satisfait à cette vue le rendait plus séduisant encore.

Sa petite invitation à se faire déshabillée ne fut pas ignorée par Stephen, mais il prit son temps pour son plus grand plaisir, réveillant sensiblement sa chaire à chaque caresse qui l'effleurait. April ferma les yeux, sourire aux lèvres, se focalisant sur cette sensation qu'il faisait naitre en elle, cette sensibilité particulière tandis que les battements de son cœur la trahissaient. C'est sans la moindre hésitation qu'elle s'en remit à ses lèvres, lui offrant dans un soupir de satisfaction l'accès à sa gorge. C'était un instant voler au paradis. Une douceur à laquelle elle céder sans douter une seconde de la nuit qui l'attendait. April laissa sa main glisser dans la nuque du bel homme, la caresse d'un geste tendre, l'invitant à poursuivre. Jusqu'à ce que Stephen interrompe ses baisers pour lui glisser à l'oreille qu'il ne pensait pas que son colocataire apprécierait de les trouver ainsi à son retour. April plongea son regard dans le sien et prit son temps pour lever un sourcil interrogateur. « ... Vraiment ? C'est à ton coloc que tu penses quand tu m'embrasses ? Et dire que je pensais que c'était moi qui te rendais ainsi avec le souffle court... » Poursuivant son jeu, April mordilla la lèvre en faisant mine d'hésiter. « On devrait peut-être l'attendre s'il te fait tant d'effet ? » Ne parvenant pas garder son sérieux plus longtemps, une étincelle taquine traversa son regard.  La jeune femme fit un petit sourire taquin à Stephen avant de passer ses deux bras autour de son cou, prétendant capituler. « Bien, si tu ne veux ni de la cuisine ni du salon, je te laisse choisir la pièce, mais faudra m'y amener ! » Car la demoiselle ne comptait pas se concentrer sur cela. Au lieu de se soucier de là où se trouverait sa chambre, elle enfoui son visage dans son cou pour lui rendre ses baisers, parcourant sa peau avec délice. Ses lèvres effleuraient les endroits qu'elle sentait sensibles, souriant en le sentant frissonner.

April sentit Stephan glisser ses mains sous ses cuisses avant qu'il ne les soulèvent hors du canapé et elle rit en enroulant ses jambes autour de sa taille. Venant mordiller le lobe de son oreille en douceur, elle lui murmura « Un second ticket pour ta chambre, je suis chanceuse... »  Laissant le canapé et le chien derrière eux, la blondinette ne se soucia plus de rien d'autre que de lui, n'étendant même pas la porte se refermer derrière eux tandis que le coach les amenait dans la chambre.

* * *


Elle ne dormait pas sur son bras. Ça n'était jamais bien confortable pour le propriétaire du bras. Mais pour une fois, elle s'était vraiment endormie. Le front contre son épaule, son pied enlacé dans le creux de sa jambe, elle eut conscience de sa présence même après s'être endormie contre lui. Elle n'aimait pas à l'accoutumée ce qui suivait un instant de plaisir partagé. Elle aimait son espace, récupérer son intimité. Une fois n'était pas coutume et elle se laissait aller au sommeil, se laissant bercer par la respiration de Stephen.

La jeune femme mit quelques longues secondes avant de comprendre que cette tranquillité était troublée. Elle fut d'abord un rien perdue, cherchant pourquoi elle s'était endormie et pourquoi elle se réveillait... puis ce sentiment revient à la charge. Comme une agitation silencieuse et immobile, pas loin, dans le noir. Du bout des doigts, elle effleura le bras de Stephen, brulant, presque aussi humide que quelques heures plus tôt à la fin de leurs ébats. Elle était pourtant sûre que leur température avait diminué depuis. C'était infime, une respiration peu régulière, des muscles tendus... mais April avait passé bien assez de nuits en compagnie d'hommes tous différents. Assez pour reconnaitre les signaux d'une personne qui n'allait pas bien.

En douceur, ignorant qu'elle serait sa réaction, April se pencha vers lui, s'appuyant légèrement sur son torse. « Stephen ? Steph'... réveille-toi.... » D'un geste doux, elle caressa sa joue pour essayer de le tirer de son sommeil, prête à reculer si jamais il réagissait de façon inhabituelle. Peu importe là où ses rêves l'avaient mené, son corps trahissait son mal-être. Le sentant réagir dans le noir, la blondinette demanda à mi-voix « Ça va ? Désolée de te réveiller... tu n'avais pas l'air de dormir tranquillement... »





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   


Revenir en haut Aller en bas
 
I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]
» 04. Love you like a love song, baby...
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]
» In The Air tonight [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hey Roomie ! ::  :: Lose your way in the west :: Docklands-