Partagez | 
 

 I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mer 15 Juin - 17:53

I'm searching for a song tonight

Avec les années, les cauchemars étaient devenus monnaie courante pour Stephen. Il ne se rappelait pour ainsi dire pas d’une époque où ses nuits n’avaient pas été régulièrement perturbées par des flots d’images sans ni queue ni tête.  Ils ne venaient généralement pas le déranger lorsqu’il dormait accompagné mais cette nuit, même l’agréable moment passé avec April et la présence de la jolie blonde à ses côtés ne suffirent pas à faire taire ses souvenirs profondément enfouis. La soirée avait pourtant été plus qu’agréable, quoique la manière dont elle avait terminé n’avait en rien été une surprise. Il s’était douté de la tournure que prendraient les événements dès l’instant où ils avaient passé le pas de la porte. L’attitude de la jeune femme n’avait fait que confirmer ses doutes. Cependant, cette nuit de plaisir partagé avec une jeune femme qui à chaque rencontre l’intriguait encore un peu plus n’avait pas suffi à faire taire ses démons ce soir et s’il était couvert de sueur, cela n’avait plus rien à voir avec leurs ébats un peu plus tôt dans la soirée.

Des images, des voix, des cris… Des visages flous qu’il n’arrivait jamais à capturer, s’évaporant avant qu’il ne puisse véritablement les voir. Cette sensation de tomber, d’étouffer… C’était toujours la même chose. Les images tournaient en boucle depuis quinze ans et il lui fallait toujours un moment pour s’en extraire. Il était comme paralysé dans son propre corps, tétanisé par ces souvenirs, par une terreur irrationnelle face à des événements lointains dont il ne se rappelait plus. Le souffle court, le cœur battant, le corps couvert d’une sueur froide, il n’était pas de ceux qui remuaient dans tous les sens lorsque leur esprit décidait qu’il était temps de le torturer un peu, non. Il demeurait immobile, figé, le corps tendu et la mâchoire serrée.

Depuis combien de temps ses cauchemars avaient décidé de venir le hanter ? Il n’en savait rien. Mais il avait cette nuit un avantage considérable pour l’aider à se tirer de ces souvenirs confus qui perturbaient son sommeil : il n’était pas seul. Bon, cet avantage avait également un petite inconvénient, il éveillerait surement la curiosité d’April… Mais ce n’est pas la première chose qui lui vint à l’esprit quand sa voix l’extirpa de ses songes et qu’il ouvrit les yeux dans un sursaut. Il l’avait entendue, entendu sa voix au milieu de ses cauchemars, cherchant à le réveiller et c’est face à son visage dans la pénombre qu’il se réveilla, la main de la jeune femme caressant sa joue.

Il lui fallut quelques instants pour reprendre ses esprits, pour revenir à la réalité et calmer son souffle irrégulier. Il ferma les yeux quelques secondes, se passant une main sur le visage dans une tentative de calmer ses nerfs mais réalisa bien vite que ce n’était pas l’idée du siècle. C’est le moins que l’on puisse dire, dit-il, ou plutôt grogna-t-il, rouvrant les yeux pour les poser sur la silhouette assombrie de la jeune femme. Désolé de t’avoir réveillée. Il se redressa sans plus d’explication, essayant de se débarrasser de cette impression qui demeurait chaque fois qu’il se réveillait d’un cauchemar. Cette sensation d’étouffer, ce besoin de sortir, de prendre l’air. Habituellement, il sautait dans un jogging et partait courir. Ce n’était clairement pas une option ce soir. Rendors-toi, ok ? Je reviens, dit-il finalement, glissant sa main sur la joue de la jeune femme avant de se lever. Il n’allait certes pas aller courir, mais il avait quand même besoin d’air.

Il passa rapidement un pantalon de survêtement avant de quitter la chambre, descendant à la cuisine où il fut accueilli par un Beau à moitié endormi mais heureux d’avoir de la compagnie. Steph le caressa distraitement au passage avant de filer jusqu’à l’évier et de se servir un grand verre d’eau. Il en profita également pour s’asperger le visage d’un peu d’eau froide, dans l’espoir de chasser ce qu’il restait de ses cauchemars. Son verre à la main, il alla finalement ouvrir la baie vitrée de la cuisine, laissant l’air entrer et chasser cette sensation d’enfermement qu’il ressentait tandis que Bear, lui, en profitait pour aller faire une petite balade nocturne. Dans la vie de tous les jours, il vivait plutôt bien avec ses petits soucis de claustrophobie en règle générale. Il n’avait pas de souci particuliers avec les ascenseurs, ne paniquait pas quand il se retrouvait enfermé dans un espace réduit pour une raison quelconque… C’était toutefois plus difficile à gérer dans ce genre de moments, ceux où son passé refaisait surface juste assez pour lui pourrir la vie mais pas suffisamment pour apporter des réponses à ses questions. Il but d’une traite son verre d’eau, avant d’aller le reposer sur le comptoir. Il avait parfaitement conscience que s’échapper comme ça alors qu’April était dans sa chambre n’était pas l’attitude la plus polie qui soit, mais il avait besoin d’un moment pour reprendre ses esprits. April n’était pas stupide, ça c’était une chose dont il était certain, elle comprendrait certainement.
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Mar 5 Juil - 0:28

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Avec précaution, elle l'avait tiré du sommeil non réparateur dans lequel il se trouvait. L'emprunt d'un rêve restait souvent plusieurs minutes après un réveil, parfois même plusieurs heures. Peu importe ce qui avait hanté les rêves de Stephen, ça avait été assez intense pour le rendre quasiment brulant et d'une raideur impressionnante. C'est pour cela qu'April préféra reculer légèrement après l'avoir  réveillé, espérant que son compagnon de cette nuit reprendrait rapidement ses esprits quant à là où il se trouvait. Elle ne l'imaginait pas violant envers elle, mais s'il décidait soudainement de ses débattre en sortant du pays des rêves, la blondinette ne parierait pas sur elle même pour gagner un match.

Chanceuse, elle constata qu'il ne faisait pas partie de ses gens qui se redressaient brutalement pour repousser toute personne à leur côté. Hormis sa respiration, il masquait bien toute agitation qu'il pouvait ressentir. Osant à peine respirer, elle attendait la suite. Il marmonna d'un ton sombre, n'accueillant pas vraiment sa tentative de plaisanterie à cœur joie. April n'en perdait pas une miette, réunissant toute les nouvelles informations qu'elle collectait sur ce Stephen qu'elle ne connaissait pas jusque-là. Ce n'était pas surprenant en soi, tout le monde avait une facette charmeuse, elle-même en usait à foison,  et une autre qui l'était... moins. Appuyée sur son coude, elle observa son dos, ne prenant pas le risque d'approcher sa main pour lui apporter du réconfort. Ca aussi elle l'avait apprit et à ses dépens : si quelqu'un jugeait bon de s'éloigner, mieux valait faire confiance à cet instant et laisser faire. Question de sécurité. Finalement, le ton de l'homme s'adoucit un peu et il tendit la main vers elle pour venir caresser sa joue. Il quitta le lit, lui demandant de se rendormir. S'il pensait qu'elle allait s'exécuter sagement, il ne la connaissait certainement pas assez. Mais elle le regarda s'éloigner sans bouger.

Elle l'observa récupérer un vêtement et se redressa sur le lit quand il eut quitté la chambre. La jeune femme fronça les sourcils. Voilà qui était inattendu. La porte mi-close, April perçu le bruit de l'eau en bas et un vague bruit de porte. Stephen faisait des cauchemars et quelque chose dans sa réaction lui soufflait qu'il appartenait plutôt à la gamme récurrente. La jeune femme soupira et se laissa retomber dans le lit, à l'aise avec sa nudité dans des draps qui n'étaient pas siens. Coach, américain, célibataire, qui a beaucoup voyagé, avec un chien... vivant en coloc, tendu après un cauchemar, mais pas violent... à l'instant, elle sentit qu'elle pouvait aussi ajouter "solitaire" à la liste des choses qu'elle pouvait prétendre connaitre de lui. Ayant comme gros défaut de ne pas aimer plus que cela les sushis. L'agent immobilière ne pouvait pas prétendre le connaitre et seule son imagination lui permettrait de faire des suggestions sur ce qui pouvait avoir troublé la nuit de Stephen. Un nouveau soupir s'échappa de ses lèvres tandis qu'elle se rendait à l'évidence : elle n'en saurait rien. Ils ne se connaissaient pas assez pour qu'il lui parle de quelque chose d'aussi intime. Et cela lui était compréhensible, bien qu'elle ressentait de la frustration à savoir qu'elle ne pourrait donc rien y faire.

Glissant sa main sous ses cheveux, April entreprit de faire la liste des choses qu'elle aurait a faire au cours de la journée. Du rangement dans sa chambre. Envisager d'embaucher quelqu'un pour le faire avant de se rappeler qu'elle avait gaspillé déjà trop d'argent entre l'appartement et l'entreprise et qu'elle n'avait plus de poule aux œufs d'or. Deux trois choses ajoutées à sa liste mentale et April décida que cela devait être bon. Se mettant à genoux dans le lit, la jeune femme s'étira avec flemme pour attraper la chemise de Stephen sans descendre de son perchoir et l'enfila. Ce fut le seul vêtement dont elle choisit de se vêtir, préférant coiffer de quelques coups de doigts habillent ses cheveux avant de fouler le sol de ses pieds.

Sans bruit, elle descendit au rez-de-chaussée pour retrouver l'homme avec qui elle avait partagé ce début de nuit. L'air frais extérieur vient lui lécher les gambettes agréablement. Elle le trouva appuyer contre le montant de la porte-fenêtre, son chien couché à ses pieds. Ce dernier dressa les oreilles dans sa direction sans bouger la tête et en vue de l'heure, April comprit bien son choix. La jeune femme prit sans bruit possession de l'autre montant, laissant de l'espace à Stephen. Quand il aurait envie de contact, il serait sûrement assez grand pour le lui faire savoir. La voix féminine rompit le silence. « Je ne sais pas ce que tu as fait tout ce temps, mais ça ne semble pas bien efficace, tu as toujours l'air tendu... » Elle lui adressa un sourire tendrement dans l'obscurité, sans lever les yeux vers lui, ignorant s'il avait tourné la tête vers elle ou non. « Si ça peut t'aider, je ne porte rien d'autre que ta chemise et je peux te prêter une oreille durant... quarante minutes. » Oui, précisément, ni plus ni moins. Après quoi ils seraient fatigués pour demain et April préférait être fatiguée de sa nuit pour des raisons plus sportive. D'un ton plus sérieux, elle précisa « Mais je doute que tu choisisses cette option, les hommes n'aiment pas parler en général. Laisse-moi deviner, tu as besoin d'être un peu seul et d'espace, c'est ça ? Je peux rentrer et.. te laisser finir ta nuit comme tu en as l'habitude ? » Elle jouait au poker, supposant qu'il devait avoir un rituel pour ses cauchemars, si elle ne se trompait pas sur le fait que ce n'était pas la première fois qu'il en faisait...





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Poupi
Posts : 271
Âge du perso : 35 ans
État civil : Célibataire
Activité : Coach sportif
Money : 3
Stephen Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Sam 16 Juil - 1:48

I'm searching for a song tonight

Les cauchemars de Stephen ne venaient général perturber ses nuits que lorsqu’il était seul, ce qui d'un certain sens l’arrangeait. C’était déjà arrivé qu’ils viennent agiter une nuit passée en bonne compagnie et s’en suivaient généralement des questions auxquelles il ne souhaitait pas répondre. Il n’avait jamais été assez sérieux vis-à-vis d’une fille pour vouloir lui en parler. La seule à qui il avait avoué ce qui venait tourmenter son sommeil, c’était Ella. Leur couple n’avait pas duré, mais leur amitié, elle, avait survécu à la rupture. Même la mère de sa fille ne savait rien de ses mésaventures. Sa fille le saurait, un jour, quand elle serait plus grande, en âge de comprendre, mais il n’avait jamais eu la moindre raison d’en parler à la mère de celle-ci. Elle serait fichue d’y voir une excuse idéale pour limiter encore un peu plus le temps déjà réduit qu’elle lui accordait avec sa petite princesse. Il n’en était pas question.

April poserait-elle des questions ? Peut-être. Mais elle ne donnait pas à Stephen l’impression d’être de celles à dépasser les limites qu’il imposerait implicitement sur ce qu’il serait prêt ou non à partager avec elle. Ils n’étaient pas en couple – elle avait été plus que claire sur le sujet. Ils ne se connaissaient que très peu, et leur amitié naissante n’était pas encore à un stade assez avancé pour que Stephen soit prêt à lui déballer tous ses petits secrets. Son corps en portait les marques, comme cette cicatrice qui barrait le côté droit de son abdomen, marque qu’avait laissé derrière lui le morceau de métal sur lequel il s’était empalé dans sa chute. Dans son malheur, il avait eu de la chance, rien d’important n’avait été touché. Il ne s’embarrassait jamais à cacher ses cicatrices. Ce serait une perte de temps, une prise de tête inutile. Il n’avait pas honte de sa vie, de ce qui lui était arrivé, de son amnésie. Rien de tout cela n’était sa faute. Cela ne voulait toutefois pas dire qu’il voulait passer son temps à se pencher sur le sujet et laisser son passé, les épreuves qu’il avait traversées, définir sa vie et ses relations avec les autres.

Quand il entendit les pas discrets d’April s’approcher, il en était encore à se débattre avec ces sensations qui perduraient toujours après ses cauchemars : l’impression d’étouffer, la peur, la solitude et ce manque de quelque chose ou de quelqu’un, sans savoir véritablement de quoi. C’était frustrant, mais il y était habitué depuis le temps. Cette nuit, il n’y aurait pas de jogging ou de virée surf pour chasser tout cela de son esprit. Mais contrairement à d’habitude, il n’était pas seul. Il avait pour compagnie une belle blonde, qu’il vit débarquer simplement vêtue de sa chemise, et s’installer contre l’autre montant de la porte vitrée. Il serait mentir de dire que son regard ne parcouru pas la silhouette de la belle April après qu’elle eut pris place auprès de lui, gardant ses distances. Observatrice, elle remarqua bien entendu qu’il avait toujours l’air tendu, avant de lui offrir comme distraction une simple petite information : elle ne portait rien sous sa chemise. Un léger sourire en coin apparu sur des lèvres du grand blond. Elle pouvait aussi lui prêter une oreille attentive durant quarante minutes, affirmation qui tranchait avec la précédente. On n’avait rarement besoin d’être légèrement vêtu pour discuter, ça se faisait aussi très bien habillé. Mieux peut être, même. Ca évitait les distractions…

Habituellement je vais courir un peu avec le monstre. Ou surfer, ça dépend de l’heure… Mais comme je ne suis ni du genre à te laisser ici toute seule, ni de celui à te demander de partir, je suppose que tu vas devoir me supporter encore un peu. A moins que tu n’en aies pas envie bien sûr, répondit-il. Il lui jeta un coup d’œil avant de reposer son regard sur le jardin et le ciel qui s’étendait au-dessus de leurs têtes. Après un moment de silence, il pivota d’un quart de tour afin de s’adosser à l’encadrement de la porte et de non plus faire face au jardin, mais à April. Mais tu as raison, j‘ai pas envie d’en parler. Ce qui ne veut pas dire que j’ai envie d’être seul. Ça arrive généralement quand je le suis, et ça n’aide pas vraiment à penser à autre chose. A moins que tu n’en aies déjà marre de moi. On ne sait jamais. Des cauchemars et des secrets, ça en ferait fuir plus d’une qui préfèreraient ne pas chercher plus loin ! Finalement, il se redressa, abandonnant le montant de la porte pour se rapprocher de la jeune femme. Quitte à ne pas être seul, autant arrêter de jouer l’ours solitaire et mal luné. Si ça peut te rassurer, je ne cache pas un passé de serial killer, ou de membre d’un gang ou je ne sais quelle autre horreur du genre, dit-il avec un petit sourire en coin, glissant ses mains sur les hanches de la jeune femme. Que prévois-tu don de faire de ces… Quarante minutes que tu dis pouvoir m’accorder ? Je ne suis pas contre une distraction, demanda-t-il, arquant un sourcil interrogateur.  
© 2981 12289 0


Stephen Hastings
UC. by temporary fix.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 705
Âge du perso : 27 ans
État civil : libre... plusieurs relations... selon les points de vue
Activité : Agente immobilière
Money : 216
April S. Hedlund
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   
Jeu 22 Sep - 2:09

I'm searching for a song tonight
Stephen & April

Une simple phrase servait parfois à jauger la température ambiante. Prudente, April trempait un bout de pied timide, guettant la réaction de Stephen face à ses petites remarques. Elle n'attendait pas de lui une réaction violente ou dangereuse, si une telle chose avait dû se produire, elle aurait sans doute eu lieu à son réveil après son mauvais rêve. Cependant, un rien pouvait lui indiquer si elle était la bienvenue. Ou non. Un coup d'œil léger en sa direction et elle surprit un léger sourire esquissé au coin des lèvres masculines. Elle ne prendrait donc pas la porte rapidement pour lui laisser son espace privé. À mi-voix, n'oubliant pas non plus son colocataire qui pouvait être rentré et dormir paisiblement quelque part dans la maison, Stephen lui expliqua qu'il avait pour habitude d'aller courir ou surfer. Apparemment, c'était une question de genre de personne le fait qu'il ne l'ai pas planté ici ou qu'il ne lui demande pas de partir. April mordit sa lèvre en baissant la tête pour masquer un sourire. Cela faisait-il partie de ses principes à lui ? Ne pas laisser une femme avec qui il venait de passer un moment seule ? Ni la remercier avant le matin ? Ce n'était pas des principes qu'elle-même appliquait, encore moins ceux de sa cliente passée. Cela lui semblait presque romantique. A moins que le terme correct était galant ? Dans les deux cas, ce n'était pas une politesse dont elle s'embarrassait et voir que Stephen prenait soin de respecter cela malgré une envie presque certaine d'aller courir avait quelque chose d'adorable. Déroutant également, mais adorable. C'était vraiment étrange qu'il ne soit pas encore engagé.

Tant pis pour lui, mais tant mieux pour elle. April comptait bien en profiter. Dans un léger hochement de la tête, la blonde accepta qu'il ne veille pas parler de son cauchemar... ou du reste. Loin de la déranger, ça la soulageait également. Ils n'en étaient pas à partager des secrets. La jeune femme prenait soin d'éviter de partager des secrets, ça lui permettait de ne pas s'impliquer de trop dans la vie des autres. Savoir simplement qu'il acceptait sa compagnie encore un peu plus longtemps lui suffisait.

Un sourire de satisfaction apparu sur les lèvres rosées en voyant que l'homme choisissait enfin de s'approcher. Une petite victoire qu'elle s'attribuait et elle l'accueillit en décrochant un peu son dos du mur pour qu'il puisse venir loger ses mains contre ses hanches. Elle aurait pu se lasser de l'écouter pour se concentrer uniquement sur le séduire un peu plus ce soir, elle aurait menti si elle avait cherché à nié cette petite habitude de parfois décrocher d'une conversation. Mais au contraire, un petit rire quitta ses lèvres en l'entendant, chercher à lui assurer qu'il n'était ni serial killer ni membre d'un gang. April posa son front contre son tour pour étouffer discrètement ce rire.

En douceur, elle releva la tête dans vers lui et l’ôta d'un doute « Si je n'avais pas envie de rester, je serais déjà partie. » Pourquoi se compliquer la vie avec des choses qui ne sont pas obligatoires si elles ne lui font pas plaisir ? April leva la main pour caresser la mâchoire sexy de Stephen, prenant un instant un air pensif. Elle savait déjà ce qu'elle allait dire, mais elle fit mine de réfléchir sérieusement avant de lui répondre. « Je n'ai pas vraiment besoin d'être rassurée. Encore une fois.. si j'étais inquiète, je serais déjà partie. » Étrange combien tout chez ce brin de femme pouvait être prétexte à partir, non ? « Et je crois qu'un homme qui se soucier autant de savoir si je veux rester et qui en plus n'ose pas me demander de partir ou me laisser seule ici, cet homme à peu de chance d'entrer dans une des catégories que tu as citées. Plus : je suis sûre que j'ai déjà connu bien, bien pire que toi, je les repère plutôt vite. » Mais elle comprenait qu'il faisait allusion aux cicatrices qu'il portait sur son corps. Difficile à manquer, elle les avait remarqués lors de leur première nuit et cette seconde fois également. À aucune des deux occasions, elle n'avait cherché à le questionner là dessus, ce n'était pas sa place. Il ne dégageait de lui aucune aura malsaine, aucun geste en particulier n'avait suscité sa méfiance. Pourtant des dealers de drogue, trafiquants d'armes, et de femmes aussi malheureusement, elle en avait côtoyé. Si elle avait pu pressentir leur côté dangereux, les plus fêlés restaient à sa connaissance les grands possesseurs d'argents. Il n'y avait chez lui aucune raison de fuir.

Un sourire joueur éclaira le visage d'April à la demande de Stephen. « Une distraction ? C'est un de mes points forts ça, monsieur Stephen ! » Se hissant sur la pointe des pieds pour capturer une fraction de seconde ses lèvres, la jeune femme s'échappa de ses hanches en le prenant par la main et l'entraina sur la terrasse. Elle l'invita à s'assoir sur une chaise et repartit vers la maison à peine deux minutes. C'est une April triomphante qui revient dans l'obscurité, cachant un objet dans son dos. Se plaçant derrière lui, elle laissa sa main libre effleurer le torse nu de masculin, descendant sensuellement vers son ventre. Ses cheveux caressèrent son épaule à son tour quand elle se pencha pour lui murmurer à l'oreille « Je vais faire disparaitre cette tension, plus efficacement que le surf ou une course, regarde... » Pour appuyer ses dires, la belle blonde glissa des baisers dans la nuque de Stephen.

Puis, jouant avec cette chemise qui l'habillait trop peu, elle contourna la chaise, un léger déhanchement dans les hanches, comme si elle suivait le rythme d'une musique imaginaire et s'assit sur ses genoux. « Laissez-moi voir tout cela, monsieur Stephen... » Pinçant ses lèvres pour prendre un air faussement sérieux, April tourna son attention vers le torse marqué et secoua sa tête. « Vous avez clairement besoin d'un traitement plus efficace. » Sortant la bombe de chantilly qu'elle cachait, la demoiselle en libera une couche sur son doigt. Elle jeta un coup d'œil amusé à Stephen puis, avec une lenteur délibérée, entreprit soigneusement de masquer la cicatrice la plus visible sous une couche de crème. Sans se désintéresser de son travail, elle poursuivit, chercher sous le peu de lumière qu'elle avait les autres traces, pour les couvrir lentement une à une. L'envie de se laisser aller à l'embrasser était là, mais elle fit preuve d'un peu de curiosité, April lui demanda « Tu as déjà rencontré des femmes qui ont craint que tu caches un passé de serial killer à cause de ça ? Si c'est le cas, elles sont stupides. » D'un petit air gourmand, April fit glisser ses hanches en peu plus près de du corps attirant et observa son œuvre. « Je leur expliquerais si tu veux que ce corps, ce visage et ce sens du respect, c'est un combo gagnant absolument sexy. »





All I remember is your back
Walking towards the airport, leaving us all in your past, I traveled fifteen hundred miles to see you, begged you to want me, but you didn't want to.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Sujet: Re: I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen   


Revenir en haut Aller en bas
 
I'm searching for a song tonight ♦ feat Stephen
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» How do you rate President Obama's speech tonight?
» tonight, we are young [04/04/12 à 14h21]
» 04. Love you like a love song, baby...
» Love is a song of hope... [PV Eclair Sournois ]
» In The Air tonight [Livre 1 - Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hey Roomie ! ::  :: Lose your way in the west :: Docklands-