Partagez | 
 

 If I admit I can't get used to this, will my heart break again ? - Nathaniel & Maya

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Pseudo : Caramelle
Posts : 230
Âge du perso : 30 ans
État civil : Mariée et malheureuse
Activité : Styliste - PDG
Money : 5
Maya Cole
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: If I admit I can't get used to this, will my heart break again ? - Nathaniel & Maya   
Jeu 30 Juin - 23:09




   

Nathaniel && Maya
If I admit I can't get used to this, will my heart break again? As I fall into the waiting arms of 2 AM

- « Maya s'il te plait...dépêche toi chérie, on va être en retard ! »

Debout dans sa salle de bain, Maya secoue vivement la tête de gauche à droite, expriment secrètement son désaccord. Chérie ? Comment osait-il encore l'appeler ainsi ? Quel culot ! Depuis cette fameuse nuit, elle avait de plus en plus de mal à supporter ce genre de petits surnoms et les attitudes mielleuses qui allaient avec...être prise pour une idiote n'était pas vraiment le genre de chose qu'elle appréciait en général, mais l'être par son mari était particulièrement désagréable. Cela faisait des jours et des jours que ces images tournaient presque en boucle dans son esprit. Toutes ces preuves étaient indéniables : ce rouge sur son col, cette chemise débrayée, cet air satisfait...il faudrait être vraiment idiote pour ne pas comprendre le message dissimulé derrière cette sinistre vérité : sa vie n'était qu'une mascarade, une belle, très belle mascarade de laquelle elle semblait être plus prisonnière que jamais. Cette vie, elle l'avait voulu en quelque sorte. Elle était le résultat de ses années de dur labeur et elle avait tout de même un peu de mal à s'imaginer y mettre d'avantage le bazar. Alors elle serrait les dents, comme elle l'avait fait avec tant d'agilité durant ces derniers mois.

- « J'arrive... »

Elle met un peu d'ordre dans les boucles de ses cheveux et pince un peu ses joues comme à son habitude, préférant largement les voir naturellement teintées, plutôt que couvertes d'une couche de blush, avant de jeter un dernier coup d'oeil à son reflet dans la salle de bain. Pour une fois, elle se trouve vraiment sublime dans cette robe jaune un peu rétro...Owen avait eut raison d'insister pour que ce modèle soit encore dans la dernière collection ! Alors qu'elle passe lentement ses mains sur les reliefs du tissu, elle tente de se préparer psychologiquement pour la soirée qu'elle devrait affronter. D'ordinaire, ce genre de soirée mondaine lui mettait toujours du baume au coeur. Les flashs, le monde, les rires, et le glamour...c'était ça son monde à présent, et bien qu'elle n'aimait pas y passer tout son temps libre, elle devait bien admettre y prendre du plaisir. Mais ce soir, les choses sont bien différentes. Cette soirée ne serait pas juste la soirée officielle du lancement d'un nouveau magazine mode et santé, non : ce serait surtout la scène sur laquelle se jouerait le nouvel acte de la mascarade qu'était son mariage. Sourires complices et regards tendres seraient de rigueur et elle n'est pas sûre de s'en sentir capable. Comment l'être en sachant pertinemment que sa chère et tendre moitié se plait dans les bras d'autres femmes me direz vous. Mais il y a plus...bien plus...il y a Nathaniel.

Lui aussi occupait toutes ses pensées depuis cette soirée et dire qu'il y prenait vraiment beaucoup de place était un euphémisme. Elle ne parvenait pas à se défaire de cette sensation si familière de bien être qu'elle ressentait en sa présence et surtout, à comprendre comment une telle chose était possible en si peu de temps. Elle repensait à son regard si doux, si tendre, à ses mains posées sa peau et aux doux frissons qu'elles y déposaient presque à chaque fois, à son parfum étrangement familier et à ses baiser qui lui faisait perdre, le temps d'un instant, tout sens des responsabilité...rien de tout cela ne l'aidait vraiment à trouver la volonté pour écoper l'eau qui emplissait la petite barque bien fragile qu'était son mariage. Perdue une fois de plus dans ces doux souvenirs, c'est Owen qui la ramène brutalement à la réalité, comme il savait si bien le faire, en faisait irruption dans la salle de bain.

- « Tu es sublime ! » Dit-il dans un murmure, plein de sincérité, et pour la première fois, ces mots la laissent totalement froide et indifférente. Elle aurait préféré pouvoir se réfugier encore un peu dans ces doux souvenirs, plutôt que de se confronter à la réalité dans laquelle elle doutait de pouvoir revivre encore de tels moments. Malgré tout, la Maya professionnelle fait son apparition, comme à chaque fois qu'elle devait échanger avec son mari depuis que ses soupçons avaient été vérifiés : elle esquisse un sourire, mettant son masque en place et lui répond avec douceur en s'approchant de lui, posant ses deux mains sur son torse Merci mon amour. Tu es très élégant. Du bout des doigts, elle arrange le noeud de sa cravate, tentant de repousser l'image du sourire de Nathaniel de ses pensées, avant de lancer le départ : il était grand temps de la commencer cette représentation !

---

Les Coles ont fait leurs entrés dans la sublime salle réservée pour cet événement, foulant le tapi rouge avec classe et élégance, comme à leur habitude, attirant tous les regards et convainquant leur audience que leur amour est plus fort que jamais...mission réussit. Personne ne se doute de rien, pas même Owen lui-même, persuadé que le regard plein d'amour que pose sa petite gourde d'épouse sur lui est entièrement sincère...ignore-t-il vraiment qu'elle est loin, très loin de lui à présent et ce, malgré le fait qu'elle soit pendue à son bras comme le trophée qu'elle représente ? Sans doute pas, sinon il remuerait certainement ciel et terre pour rectifier tout cela !

Quoi qu'il en soit, ils discutent, échangent et rigoles au gré de leurs rencontres, jouant chacun leur rôle à la perfection. Owen se fait doux, attentionné, protecteur, comme il l'était encore au début de leur relation, toujours une main posée dans le dos de son épouse, s'assurant sans cesse qu'elle ait toujours ce dont elle à besoin, tant et si bien qu'une connaissance du couple ne peut s'empêcher de glisser à l'oreille de Madame Cole qu'elle devait certainement être " la femme la plus chanceuse au monde d'avoir un homme si merveilleux " -  Merveilleux ? Ce n'était pas lui l'homme merveilleux si vous voulez l'avis de la blondinette - mots qui caressent les oreilles d'Owen vers lesquelles elles ont glissé, donnant une raison de plus à l'homme de s'enorgueillir...génial ! Elle acquiesce, juste au moment où Owen remarque que sa coupe est vide.

- « Laisse je vais t'en rechercher chérie !» Dit-il avec son éternel ton mielleux, avant de poser un baiser sur la tempe de sa femme et de s'éclipser dans la foule. Maya met rapidement fin à sa conversation avec ces personnes qu'elle n'apprécie que moyennement, avant de s'aventurer à son tour dans la foule, espérant parvenir à se frayer un chemin vers une porte de sortie. Elle a besoin d'air et surtout, d'arrêter d'afficher ce sourire béat de circonstance, ne serait-ce que pour quelques secondes. Dans sa progression laborieuse, elle percute par mégarde un homme debout non loin de là

- « Pardon, je suis désolée...j'étais dans mes pensées et... ! »
Se confond-elle en excuse, avant qu'un événement ne vienne la perturber d'avantage. Avant même que l'homme ne se retourne, son parfum parvient aux narines de la britannique, qui sent immédiatement un frisson parcourir son échine. L'homme se retourne enfin et c'est sans grande surprise qu'elle voit les traits de Nathaniel se dessiner sous ses yeux, tandis qu'un doux sourire étire rapidement ses lèvres

- « Tiens...Bonsoir... » Prise de court, c'est tout ce qu'elle trouve à dire sur le coup, tandis que son coeur s'emballe soudainement. Son regard parcourt avec hâte le visage du beau brun et, elle remarque rapidement une petite marque sur sa lèvre, marque qui attire son attention, la faisant froncer un peu les sourcils. Sans vraiment y réfléchir, elle poursuit son inspection et ses yeux finissent par se poser sur une zone violacée autour de son oeil

- « Mais qu'est-ce que ?...  » elle tente d'approcher sa main avant de chercher à s'enquérir du pourquoi du comment, mais un bras se glisse autour de sa taille, la stoppant net dans son geste. Non. Il ne pouvait pas revenir. Pas maintenant. Elle doit comprendre ce qui s'est passé, comprendre pourquoi il est dans cet état. Cela faisait des jours qu'elle n'avait pas eut de ses nouvelles ou qu'elle n'avait pu en donner - aller savoir pourquoi, Owen ne lui laissait pas un seul instant de répit depuis cette soirée - et elle avait l'impression d'avoir manqué beaucoup trop d'informations.

- « Tiens, mais c'est le prof de yoga ! Ravit de vous revoir monsieur Hale !» Dit alors Owen, tendant une main assurée à l'homme qui se tenait devant le couple. Gênée, le regard de Maya oscille rapidement entre Owen et Nathaniel, avant de s'arrêter sur ce visage légèrement meurtri. Comment s'était-il fait cela ? Et question plus importante encore : pourquoi cela la touchait autant ?  
Heureusement pour elle, Owen et sa délicatesse légendaire décident de lui filer un petit coup de main, et il poursuit sur sa lancée
- « Moi qui croyais que le yoga c'était un sport doux...quand je vois votre tête, j'ai quelques doutes...Qu'est-ce qui vous est arrivé ? Vous ferez attention à elle hein, il ne faudrait pas me l’abîmer !» Rajoute-t-il en serrant un peu plus la taille de Maya, qui de plus en plus mal à l'aise, se met à rougir, comme à son habitude. Elle voudrait s'échapper de là ou plutôt, qu'Owen s'échappe de là, qu'il la laisse pour une fois, qu'il lui laisse le temps de comprendre et de poser les questions qui tournaient à grande vitesse dans son cerveau. Lui qui était si absent jusqu'à présent, se montrait étrangement présent ces derniers temps...c'était à croire qu'ils n'étaient vraiment plus branchés sur le même canal. Confuse, Maya darde son regard dans celui de son...son quoi au juste ? Voilà une question supplémentaire à laquelle elle aurait bien besoin d'une réponse ! Elle darde donc son regard dans celui de Nathaniel, espérant parvenir à comprendre ce qui pouvait bien se passer dans son esprit.



   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


It burns in my chest
hopeless ⊹ In this bed where I rest, I'm homeless. This house I know best, I'm homeless. My hunger it grows, And it won't let me go, and it burns in my chest, I'm homeless. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : blast
Posts : 604
Âge du perso : 26 ans
État civil : Single
Activité : Coach
Money : 19
Nathaniel Hale
Fonda-SHIELD


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: If I admit I can't get used to this, will my heart break again ? - Nathaniel & Maya   
Lun 25 Juil - 11:04

If I admit I can't get used to this, will my heart break again ?
Maya & Nathaniel

Cette invitation spéciale pour l'ouverture du magazine, Nathaniel l'avait attendue. Invité par un ami du métier, il avait naturellement trouvé cela intéressant. Une occasion de voir d'autres personnes du métier, de potentiel client et surtout, discuter avec des spécialistes de la santé, tous réunis en un seul endroit. Une entrée simple, en solo, un invité de plus parmi tous les autres. Nathaniel rejoignit deux trois connaissances, le temps de discuter de leurs attentes respectives pour la soirée. Tout cela était un peu trop pour le brun, trop de chichi, ce costard lui donnait l'impression d'être déguisé et mal à l'aise. Pire, les autres autour de lui semblaient être dans leur élément. Souriant, riant à diverse blague, présentant à tout va leur connaissance. Ce jeu n'était pas le sien, c'était certain, mais il essayait de s'y prêter avec la plus grande application. Sourire, serrer des mains, glisser des compliments... C'était vraiment un autre monde. Il comprenait parfaitement comment il pouvait retrouver certains de ses clients à bout : les flashs photos fusaient, tout le monde avait son mot à dire sur la façon dont un tel était rentré, qui était présent... Cette vie n'était pas pour lui, il l'observait en retrait, avec détachement. Il pria pour que la soirée en vienne à un moment donner à se montrer intéressant et qu'il puisse rencontrer les personnes qu'il avait espéré croiser.

Si Maya n'avait pas quitté son esprit un seul jour depuis le soir chez elle, le coach n'avait pas espéré ni calculé qu'il pourrait la voir là. Dans la salle, il la vit pourtant rentrer, immanquable. Comme si les projecteurs s’étaient tournés vers elle pour attirer son attention en particulier, il l'aperçut du coin de l'oeil, sublime et éblouissante, faisant son entrée. La foule murmura à leur passage et il comprit sans peine pourquoi. Comment ne pas être époustouflé par ce couple ? Évidemment oui, Monsieur Cole était là.  Le cœur de Nathaniel s'agita violement, réagissant à la vue de Maya, s'agitant follement à sa vue comme pour envoyer des signaux clairs à son cerveau... mais se serrant douloureusement à cette vision parfaite qu'il lui fit horreur. Pensait-elle le sourire qu'elle donnait à la foule ? Avait-elle choisi de passer par dessus l'infidélité de son mari ? Était-elle déjà au courant ? Ou bien avaient-ils résolu ça ? Des excuses, des explications, des promesses ? Tous les scénarios traversaient son esprit à vitesse grand V, aucun ne pouvant lui apporter le moindre semblant de satisfaction. Elle était avec lui, il était son mari. Lui-même était son coach. Et même sans ça... elle rayonnait dans sa robe jaune, au centre de l'attention. Ils avaient beau être dans la même pièce, tous deux étaient séparés par un univers entier.

Noyer son chagrin dans l'alcool n'avait jamais été son genre. Ça rendait plus mal qu'autre chose et perdre le contrôle de lui-même n'était pas à son sens la meilleure façon de gérer. Mais pour cette fois, l'alcool semblait être la meilleure alternative. Non pas en lot de consolation, non. C'était seulement la façon la plus simple de s'éloigner de cette scène... une scène qui le serrait le coeur. Il voulait croire, espérer que c'était une mascarade, un jeu auquel le couple se prêtait devant les caméras. La réalité était pourtant qu'il n'en savait rien et n'en saurait rien. Ils étaient mariés depuis combien de temps ? De quand datait leur rencontre ? Il l'ignorait, mais il savait déjà qu'il ne pouvait pas compter plus. Son cœur n'aurait pas dû se serrer ainsi pour une femme qui n'était pas sienne, qui ne pouvait pas l'être. Elle avait promis sa vie à ce bel homme et ça voulait dire quelque chose, il se devait de ne pas oublier cela. Il espérait seulement que Maya avait pu mettre les choses au clair avec lui, qu'il se reprenne, soit à la hauteur de ses attentes, de ce qu'elle méritait réellement. Cela le rendait dingue d'imaginer qu'il puisse la rendre malheureusement. Attrapant en verre de champagne au buffet sans vraiment y prêter attention, Nathaniel bu une gorgée en s'interrogeant sur combien cet homme, Monsieur Cole, pouvait bien être stupide pour ne pas chérir sa femme. Ça le dépassait.

Il l'entendit plus qu'il ne sentit le fait qu'elle l'avait percuté. Rien de brutal, mais le son de sa voix le fit réagir, comme l'impression soudaine de sentir le sol se dérober sous ses pieds. Maya était là, juste derrière lui. Nathaniel savait qu'il n'aurait pas dû se retourner, mais c'était plus fort que lui. Il voulait la voir, de plus prêt, comme un besoin vital. Idiot, n'est-ce pas ? Il avait beau savoir que c'était elle, il la détailla à nouveau, sentant la rougeur envahir ses joues tandis que sa main allait immédiatement gratter sa nuque, geste vainc pour se rassurer. Elle était si jolie, sa voix et sa façon de le saluer effaçaient le reste du monde autour. Une ombre traversa le visage de la petite blonde et il ne mit pas trop longtemps à comprendre que c'était les marques sur son visage qui l'avait causé.

Elle chercha à s'approcher, mais son mari apparu, comme un garde fou, venant interrompre l'instant avant même que Nath' n'est pu décrocher un seul mot. Le prof de yoga, oui, il n'était que ça évidemment. Quant à être ravi de le revoir, surtout dans les conditions où il l'avait vu la dernière fois, le coach était loin de pouvoir en dire autant. Il serra malgré tout la main qui lui était tendue, lui rendant sa poigne avec la même intensité. S’il avait souhaité oublier les traces sur son visage, ce n'était certainement pas Monsieur Cole qui comptait ignorer ça. Le brun passa son doigt sur sa lèvre, se remémorant cette matinée désagréable qu'il avait passé il y avait déjà deux jours de cela. « Rien qui ne soit lié au yoga n'ayez crainte. Mes compétences vont au-delà du yoga : jogging, escalade et boxe également. » Le fait qu'il ose lui demander de ne pas l'abimer quand ce pauvre type était fichu de rentrer avec des preuves évidentes de son adultère sous le nez de sa femme... Nath sera sa mâchoire, jeta un coup d'oeil à Maya, sentant une montée de colère en lui. Ce type se foutait vraiment de la gueule du monde, pourquoi était-elle avec lui ? Et "ne pas la lui abimer" comme si elle était un précieux objet. S'il n'avait pas reçu une éducation carrée, Nathaniel aurait levé les yeux au ciel comme un gosse exaspéré. « J'ose espérer que Madame Cole sait qu'elle ne craint rien en ma présence. Je ne ferais rien qui puisse la blesser, jamais. » Un nouveau regard furtif tandis que les mots venaient mourir sur ses lèvres. Il n'arrivait pas à soutenir le regard de Maya, bien qu'elle chercha le sien. Il n'y arrivait pas, pas en voyant ce bras possessif sur sa hanche. Bon sang qu'il aurait aimé avoir ce droit auprès d'elle, juste pouvoir la tenir un instant, lier ses mains sur la chute de ses reins et profiter de ce joli visage... Il ne put retenir un soupir avant de se ressaisir. L'homme afficha un sourire enthousiaste « Vous devez probablement avoir d'autres personnes à voir en dehors du coach de votre femme, je doute que vous soyez venu pour ça ! Passez une bonne soirée. » Il inclina légèrement sa tête avant de s'éloigner d'eux, feintant une envie d'amuse-bouche. Il en saisit un sur un plateau. Loin d'être mauvais, il fallait bien le reconnaitre.

Les minutes passèrent, interminables, durant lesquels Nathaniel chercha à oublier sa rencontre avec Maya. Il but une gorgée supplémentaire de champagne avant d'abandonner sa coupe. Une connaissance lui présenta un docteur présent et ils restèrent plus de quinze minutes à parler, sans que le brun parvienne à effacer totalement sa contrariété. Finalement, il choisit de s'orienter vers un des balcons abandonnés du public. Une fois dehors il inspira une grande gorgée d'air et regarda Melbourne qui s'étendait devant lui. Il n’avait jamais été aussi peu sensible à son charme. La vue était belle, mais il n'avait pas le coeur à un profiter. La porte s'ouvrir et se referma derrière lui et il se raidit à l'idée de devoir partager son coin de repos qu'il avait trouvé. Son cœur manqua un battement quand il vit l'apparition. Toujours, sublime dans sa robe jaune, elle était belle comme un cœur. Il mordit sa lèvre et détourna les yeux, évitant de la fixer trop longuement bouche bée où elle finirait vraiment par le croire attardé un de ses quatre. Il chercha quelque chose à dire, n'importe quoi. « Vous n'avez pas à vous inquiéter pour ces marques Maya, ce n'est rien... Vous devriez profiter de cette soirée, vous êtes une invitée de marque ici, non ? » Il ne pouvait pas monopoliser sa présence pour lui même, ni ici, ni ailleurs, il fallait qu'il s'encre ça dans sa tête.





I want you near
Like a fairytale to feel your breath right on my neck, cause when you're touching me baby I see sparks... You make my heart go

sign©endlesslove.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : Caramelle
Posts : 230
Âge du perso : 30 ans
État civil : Mariée et malheureuse
Activité : Styliste - PDG
Money : 5
Maya Cole
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: If I admit I can't get used to this, will my heart break again ? - Nathaniel & Maya   
Sam 15 Oct - 14:01




   

Nathaniel && Maya
If I admit I can't get used to this, will my heart break again? As I fall into the waiting arms of 2 AM

En rencontrant Owen dix années plus tôt, Maya n'aurait jamais cru se retrouver dans une telle situation un jour. Elle n'aurait jamais imaginé sentir son coeur se serrer d'une telle façon à son contact et ressentir un si grand besoin du contact d'un autre. Pour cette femme aux yeux de qui l'institution du mariage a toujours été si importante, une telle chose n'était pas pensable, et pourtant...ce n'est absolument pas le bras de son "merveilleux" mari qu'elle a envie de sentir autour de sa taille, mais bien plus celui de l'homme fuyant son regard.
Cette situation lui brisait le coeur et la façon qu'à Owen de traiter Nathaniel la révolte. Il est bien plus qu'un simple professeur de yoga et quand bien même il ne serait que cela, ça ne justifierait pas qu'il s'adresse à lui de cette façon, comme à un adolescent ou comme à un employé sans importance. De l'importance, il en avait bien plus que ce semblant d'homme d'affaire n'en aurait sans doute plus jamais aux yeux de sa femme, et cette dernière crevait d'envie de le lui hurler de toutes ses tripes. Mais ce n'était sans doute pas le lieu le plus approprié pour une telle scène.

Owen a toujours eut cette fâcheuse tendance à prendre les gens qu'il jugeait comme moins accomplit que lui, de haut, ce qui, dans les premiers temps, impressionnait beaucoup Maya. Cet homme plus âgé et si sur de lui qui pouvait humilier le premier venu en une fraction de seconde, ça avait quelque chose de rassurant en quelque sorte. Elle se sentait en sécurité. Aimée d'un homme comme ça, elle savait que rien ne l'atteindrait plus jamais car il serait toujours là pour veiller au grain et avec son coeur brisé, elle n'avait besoin que de cette certitude. Mais au fil des années, cette tendance à se montrer arrogant et son air supérieur ont rapidement commencés à l'agacer. La méchanceté gratuite et le manque de respect, ce n'était plus du tout son truc et elle n'avait plus envie d'être sa groupie, de le regarder faire et agir, passive et à l'en congratuler à la fin. Ce déclic, elle l'a eut bien avant qu'Owen ne s'en prenne à Nathaniel, mais cette fois-ci était sans doute la fois de trop.

Elle n'était plus sa chose, sa petite femme fragile qu'il devait protéger et sur laquelle il pouvait et avait le droit d'avoir un oeil en permanence. Elle ne lui appartenait pas et personne n'avait de compte à lui rendre sur son état. Si elle se blessait dans un des cours de Nathaniel, il n'aurait pas son mot à dire. Elle s'était déjà blessée en sa présence et il n'en avait rien eut à faire...il n'aurait pas pu de toute façon vu l'état dans lequel il était.
Ne se démontant pas, Nathaniel explique l'étendue de sa pratique, bien que Maya sache pertinemment qu'Owen n'en aurait strictement rien à faire : dans son esprit, si un homme n'est pas dans les affaires, c'est un faible qui ne mérite pas son attention...une fois de plus, leurs avis divergeaient à ce sujet. Malheureusement pour elle, Nath ne s'arrête pas là, poursuivant de plus belle : J'ose espérer que Madame Cole sait qu'elle ne craint rien en ma présence. Je ne ferais rien qui puisse la blesser, jamais. Une fois de plus, le coeur de la blondinette manque un battement, comprenant sans peine le message caché derrière ces quelques mots. Si elle le savait ? Elle en était persuadée. Il avait d'ores et déjà acquit sa confiance et ce en un temps record. Elle sent son coeur se serrer dans sa poitrine, tandis que l'envie de le toucher se fait de plus en plus grandissante. Il était là, encaissant l'irrespect dont Owen pouvait faire preuve, et il avait quand même le courage d'essayer de lui faire passer un message. Rares étaient les hommes qui parvenaient à tenir tête à Mr Cole et Nathaniel n'avait pas l'air décidé à se laisser faire, ce qui impressionnait grandement Maya.

- « Je le sais... » Elle se contente de répondre, avec plus de force qu'elle ne l'aurait pensé. Elle n'avait encore pas eut voix au chapitre, comme à chaque fois qu'elle était en présence d'Owen qui prenait en général toute la place, mais là, elle voulait se faire entendre ou plutôt, elle voulait que Nathaniel l'entende. S'il y avait bien une chose qui était certaine dans son esprit plus que confus ces derniers temps, c'était que Nathaniel était un homme bien, sans doute le meilleur qu'elle n'ai jamais rencontré et cette seule certitude semblait être une excellente base pour construire...construire quoi au juste ? Seul le temps pourrait le dire. Mais c'était un point de départ qui perturbait beaucoup Maya, peut habituée à côtoyer des hommes droits (et aussi incroyablement beaux et ce, en dépit de ce vilain coquard dont elle ne savait toujours rien).

Elle, si habituée à toujours se contenir et à ne jamais contredire Owen, craque un peu. Alors, partie sur sa lancée, elle ne peut s'empêcher de rajouter à l'intention de son mari « Et puis je suis une grande fille tu sais...je peux m'occuper de moi-même... » Il n'était plus question qu'il la considère encore comme sa propriété...elle ne l'était plus depuis bien longtemps ! Vous devez probablement avoir d'autres personnes à voir en dehors du coach de votre femme... Une nouvelle fois, elle ressent un petit pincement au coeur. Ces mots ne lui plaisaient pas du tout...il n'était pas que son coach et d'une certaine façon, elle espérait qu'il le savait...Elle ne laissait personne entrer dans sa vie, bien trop méfiante pour cela, et elle l'avait non seulement laissé se frayer un chemin dans son quotidien, mais plus encore, jusqu'à elle, voir même jusqu'à son coeur, alors l'entendre se qualifier de simple "coach", avait quelque chose d'assez dérangeant pour elle. Le disait-il pour Owen ou le pensait-il vraiment ? Elle n'en savait rien, mais ça ne lui plaisait pas beaucoup. Ils s'étaient tout de même embrassé, et ils auraient sans doute fait bien plus si Mr Cole n'avait pas débarqué et ça pour elle, ce n'était pas rien...elle ne se serait pas abandonnée de cette façon dans les bras de "son coach"...

Il prend congé et s'en va, laissant les Cole ensembles, de loin la dernière chose que Maya souhaitait. Agacée et franchement contrariée, Maya pose sa main sur celle étrangère encore posée sur sa taille et l'en ôte assez sèchement, sentant alors la confusion d'Owen, qui la regarde avec insistance.

- « Ne me l'abîmez pas ?...Je ne suis pas un objet que tu prête à untel ou untel et qu'il faut te rendre en bon état Owen ! » Ca aussi, elle l'avait dit avec un peu plus de force qu'elle ne l'aurait souhaité, car quelques paires d'yeux se tournent dans leur direction, mais elle ne remarque rien de tout cela, bien trop occupée à tenter de canaliser sa frustration et sa colère. Il venait de manquer de respect à l'homme qu'elle...à l'homme qui...bref ! A Nathaniel, et ça, elle ne pouvait le tolérer. Si elle était parvenue à donner le change en son absence, jouer cette mascarade devant lui, lui était insupportable.

- « Je sais princesse...je sais...» répond Owen, gêné par la situation. Il pose de nouveau sa main dans le dos de sa propriété, pose un énième baiser sur son front et lance un regard dans les environs afin de s'assurer que tout le monde ait bien vu que malgré le ton de la conversation captée par les oreilles qui traînaient par là, le temps était toujours beau et clair dans le foyer - encore vide - des Cole. Cette fois, s'en est assez. Il ne l'écoutait même pas et il n'agissait ainsi que pour donner le change. Elle ne pouvait plus supporter ça. Elle lâche un soupire de dégoût, avant de se défaire de l'emprise de son mari et de tourner à son tour les talons. Perturbée par cette conversation avec Nath, elle n'a plus l'énergie de jouer à ce jeu qu'elle ne supportait déjà plus. Elle pose son verre vide sur un plateau passant par là, attrape le bas de sa robe qu'elle remonte légèrement pour libérer de l'espace et augmente le pas pour rejoindre l'extérieur de cette pièce, désespérément à la recherche d'air.

Dans son agitation, elle n'a même pas vu où était partit Nathaniel, et cette idée fait encore monter d'un cran la colère qui s'agitait dans ses tripes. Elle croit bien n'avoir jamais été dans un tel état. Il avait suffit d'une courte rencontre avec Nathaniel pour qu'elle perde pied de cette façon...vraiment surprenant. Elle tire sur la baie vitrée sans même prendre la peine de regarder si quelqu'un se trouvait déjà sur ce balcon, car dans le fond, elle n'en a que faire. Elle veut juste mettre le plus de distance possible entre Owen et elle. Elle referme la porte derrière elle et s'y appuie quelques secondes, le temps de pousser un profond soupire. Elle passe sa main dans ses cheveux et se décide enfin à jeter un coup d'oeil dans les environs, tombant alors nez à nez avec un Nathaniel qui la regarde fixement. Toute cette bouillante colère qui s'agitait encore, retombe subitement comme un soufflé, tandis que ses pommettes se teintent de rose, comme toujours. En voilà une merveilleuse coïncidence. Elle se décolle de sa porte et fait quelques pas en sa direction, ne réfléchissant plus à grand chose. Elle avait envie, besoin de le toucher depuis bien trop longtemps. Vous n'avez pas à vous inquiéter pour ces marques Maya, ce n'est rien... Vous devriez profiter de cette soirée, vous êtes une invitée de marque ici, non ? Ces mots la stoppent dans son élan, la dérangeant profondément. Il venait de la vouvoyer et ça avait l'effet glacial d'une gifle phénoménale. Comment devait-elle le prendre au juste ? Est-ce qu'elle le dérangeait ? Est-ce qu'il ne voulait pas d'elle ici ? Est-ce qu'elle s'était emballée pour rien en pensant que ce baiser était plus, bien plus qu'un simple baiser ? Une fois de plus, les pensées et les questions s'entrechoquent dans son esprit confus, tandis qu'elle cherche comment réagir et surtout quoi répondre à cela. Elle ne pouvait pas s'être fourvoyer de la sorte. Nathaniel était un homme bien, elle le sentait, pas le genre à embrasser une femme mariée par défi, avant de vouloir s'en débarrasser parce qu'elle est trop collante...ce n'était pas son genre, elle en était persuadée.

- « Les "Vous" sont de retour ?...Très bien... » Elle commence, perdue et décontenancée, avant de faire le choix d'ignorer le restant de sa phrase, ou plutôt, de faire le choix de ne pas s'en vexer. Il semblait avoir cru à toute cette mascarade et ce, en dépit de ce qu'ils avaient pu se faire ou se dire et elle préférait ne pas lui en vouloir pour cela...Elle voulait le retrouver, revivre ces doux souvenirs qui la hantaient sans cesse depuis cette soirée et la distance qu'il mettait à présent entre eux a eut l'effet de refroidir un peu son élan. Elle a cependant toujours besoin de savoir ce qui lui est arrivé.

- « Que vous est-il arrivé ?... » Elle s'enquière, jouant nerveusement avec ses mains, afin de les empêcher de faire n'importe quoi. Elle voudrait volontiers accompagner sa question d'un caresse sur son visage, mais ne voudrait pas le mettre mal à l'aise. Il semble avoir besoin de cette distance et elle n'ira pas à l'encontre de son désir, bien que le sien soit bien différent...


   
(c) fiche:WILD BIRD & gifs:gifs hunt c l o s e d


It burns in my chest
hopeless ⊹ In this bed where I rest, I'm homeless. This house I know best, I'm homeless. My hunger it grows, And it won't let me go, and it burns in my chest, I'm homeless. (by anaëlle)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Sujet: Re: If I admit I can't get used to this, will my heart break again ? - Nathaniel & Maya   


Revenir en haut Aller en bas
 
If I admit I can't get used to this, will my heart break again ? - Nathaniel & Maya
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nuage d'Eden, If life was more sweet, we would never to admit something that hurts us|| 12 Jan.
» Admit it... For you, I'm more than a friend ? Ft. Johnny Test
» It takes courage to admit fear » jackson.
» Grimoire Heart n'a pas besoin d'un cookie à la myrthille ( PV Nookie Minasa )
» Potins à gogo ~ ragot de la semaine n°2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hey Roomie ! ::  :: Sweet escape in the north-