Partagez | 
 

 [Mayeu#1] Première rencontre...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Ven 2 Sep - 22:34

Matthieu & Maya
Première rencontre...

L'université de Melbourne est incroyablement grande, je m'en rends compte aujourd'hui parce que c'est ma première année ici et franchement c'est assez délicat. En France on aurait été en vacances de Juillet jusqu'à début Septembre hors ici déjà le temps est totalement différent de celui en France dans le sens où ici nous sommes en hiver alors qu'en France on est à la fin de l'été et en plus ici pendant ces deux mois on est en cours. Résultat de la course je plus que dépaysé mais ce n'est pas grave, je suppose qu'on se fait à tout avec le temps. Mais pour le cas présent aujourd'hui je suis pas mal déboussolé, je sais qu'en temps normal aujourd'hui ça aurait dû être la rentrée chez moi et je ne sais pas ce qu'il m'a prit mais ce matin j'ai ressentis comme un manque de mon pays... Et évidemment quand je commence à déprimer un petit peu trop je touche à la drogue. Résultat de la course je suis défoncé bien comme il faut pendant mes cours. Fort heureusement pour mes profs ni même mes camarades de classe ne remarquent absolument pas que je suis à la ramasse et c'est mieux ainsi je ne souhaite pas être viré de cours tout de suite. Au bout d'un moment alors que je suis en pause pendant une heure je commence à devenir fou à force de chercher ma prochaine salle de classe. Je me rends compte assez vite que je me suis littéralement perdu et pour tout dire je n'ai absolument aucune idée de l'endroit où je me trouve. Bon, la drogue commence petit à petit à se dissiper mais cela n'enlève en rien mon malaise du moment et c'est assez désespérant pour le coup. Toutefois c'est entièrement de ma faute, c'est moi qui ai décidé de toucher à cette drogue ce matin, pas quelqu'un qui m'a influencé, non. Moi et juste moi. Soupirant alors à cette pensée tandis que je me laisse tomber à terre tout en essayant de reprendre mes esprits je grimace mal à l'aise comme pas permis. Heureusement pour moi le couloir est vide, les gens doivent être en cours ce qui est une bonne chose et pour mon cas je n'ai cours que dans une heure et demi si j'en crois l'heure sur mon iPhone. Il faut que je me ressaisisse et vite... « Espèce de con que tu es Matthieu vraiment tu es un gros boulet... » Lâchais-je dans un français parfait tandis que je pose mes mains sur mon visage malheureux quant à tout ceci...


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Sam 3 Sep - 0:07


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE Comme d'habitude, je suis en retard. Cela fait déjà de cela une semaine que j'aurais dû terminé ce projet mais finalement, je me retrouve encore une fois à le faire à la dernière minute. Pourquoi tout semble plus important qu'un devoir ? Mes doigts parcourent mon clavier avec rapidité et précision. Les mots me viennent naturellement mais le seule fait de penser qu'une vingtaine de pages m'attend encore me rend perplexe. Je m'étire, soupire et regarde autour de moi. Tout est si calme. La bibliothèque a le don de faire taire n'importe qui : elle impressionne par sa hauteur, son architecture et ses va-et-vient incessants entre les étagères. Elle peut rivaliser avec sa sœur, à Barcelone que j'ai largement fréquentée en trois ans. J'aimais l'odeur des vieux livres, la sensation des pages se dérobant sous mes doigts. Cela peut paraître étrange. Je le suis surement. C'est en regardant l'heure que je décide de prendre une pause. Je rassemble rapidement mes affaires et m'assure de ne rien laisser derrière moi. La dernière fois, cela m'a coûté un chargeur. Je n'entend que le fracas de mes talons sur le sol, si bien que je tente de me faire plus discrète. Et puis je passe la grande porte : le vent me glace le visage. Habituée aux chaleurs de l'Espagne, le climat australien me perd encore parfois. Pendant une seconde je pense à Jamie. Est-ce qu'il a pris tout ce dont il avait besoin ? Devrais-je lui rappeler qu'avoir mal à la gorge ne veut pas dire être un rockeur ? Je devrais plutôt m'inquiéter pour moi. De la buée se forme sur mes lèvres, je ne vais pas tarder à regretter ma veste. Je rentre dans le premier bâtiment que je rencontre et récupère un café dans un coin. Septième café depuis le début de la journée. Note à moi-même : réduire la caféine, ça accélère le risque cardio-vasculaire. J'aurais du faire des études de médecine. Je m'avance doucement dans les couloirs et rencontre que très peu de monde. Les cours ont commencé. Tout ce que l'on peu entendre, ce sont les claviers s'activer et les maître de conférence se débattant avec le micro. J'avance tout en énumérant la liste des courses, des tâches à faire et m'arrête net. Je tourne doucement ma tête et regarde ce qui encombre le couloir. Ça bouge, donc c'est humain. Évitons de vivre une scène d'épouvante, déjà que mon placard me donne encore des suées nocturnes. De plus, j'ai l'impression qu'il m'a parlé. J'hésite. Mais pas assez longtemps pour éviter de m’asseoir en tailleur à côté du dit jeune homme. Pourquoi réfléchir avant d'agir ? C'est tellement plus naturel de faire l'inverse ! « Est-ce que tu es un serial killer ? Au quel cas, je préfère que tu me laisses le temps de m'enfuir » Vu la manière dont il me regarde, cela ne semble pas être le cas et ça ne semble pas le faire rire « Si t'es un enfant perdu, je peux être ton Peter Pan » dis-je dans un grand sourire, qui ne suffit apparemment pas à le faire sourire. Peut-être devrais-je changer de technique d'approche « Sinon je m'appelle Maya, c'est peut être mieux de faire une présentation ordinaire »
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR



I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.


Dernière édition par Maya Hastings le Lun 5 Sep - 20:02, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Lun 5 Sep - 14:45

Matthieu & Maya
Première rencontre...

C'est un fait indéniable, la drogue ce n'est jamais rien de très positif dans la vie de tous les jours, tout du moins, de mon avis à moi... Je le sais et pourtant je suis dedans depuis que Noah est partit vivre ici, je savais que j'allais plus forcément le voir, que je perdrais tout en l'espace de quelques secondes et franchement ça me détruisait de l'intérieur, je n'en pouvais plus de cette tension intense, de ne plus le voir, de ne pas pouvoir lui parler aussi souvent que je le voudrais parce qu'avec le décalage horaire souvent quand il voulait m'appeler j'étais au lit et moi quand je voulais l'appeler c'était l'heure du repas. Bref, une galère totale alors j'ai fais la pire chose que j'ai faite au cours de ma vie, j'ai coupé les ponts comme ça du jour au lendemain sans même lui dire quoi que ce soit. Au début il s'inquiétait, il me bombardait de SMS auxquels je ne répondais jamais, puis c'est devenu de la violence dans ses mots, c'était à croire qu'il me détestait, pire, qu'il me haïssait. Je ne lui en tenais pas rigueur parce qu'après tout moi aussi je lui en voulais, j'étais dégoûté à l'idée qu'il soit partit, qu'il m'aie laissé seul ici avec mon père qui me cassait la gueule à longueur de temps et ma mère qui ne pouvait absolument rien faire. Alors, un jour j'ai décidé de prendre les choses en main, j'ai averti ma mère que je m'en allais une bonne fois pour toute et je suis allé le rejoindre ici. Cette situation dans laquelle j'étais avec Noah n'était plus concevable de mon avis, je voulais retrouver mon meilleur ami mais également l'homme j'étais amoureux. Malheureusement pour moi nos retrouvailles ne se sont pas faites comme je l'imaginais et rapidement il m'a jeté, me faisant alors clairement comprendre que tout était terminé, que j'avais mis fin à notre histoire et que je devais assumer. Depuis je ne suis que l'ombre de moi-même et encore aujourd'hui je le prouve, rongé par la tristesse et la drogue je ne suis pas foutu de répondre quoi que ce soit à la nana en face de moi qui semble inquiète. Au bout d'un moment elle se présente de toute évidence inquiète quant à mon état même si elle ne me connaît pas, je finis par passer mes mains sur mon visage comme si cela allait arranger et tout et j'acquiesce à ses mots tout en grimaçant légèrement. « Pas un serial-killer ni même un enfant perdu.. Je m'appelle Matthieu. » Répondis-je alors tout en fixant intensément la blondinette, j'ignore précisément ce qu'elle me veut voir même ce qui lui prend de me dire toutes ces choses, de s'occuper de moi même. En général les gens ici ils s'occupent pas de la petite racaille, des mauvaises personnes et visiblement c'est ce que je suis. Ben oui, j'ai sombré, je suis devenu un idiot de junky... Bravo à moi et ma connerie légendaire...


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Lun 5 Sep - 20:00


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  
TENUE La famille c'est important, d'autant plus lorsqu'elle n'est plus là pour vous épauler. Nous avons toujours été une famille unie malgré les désaccords que nous avons pu avoir. Les soirées dans un coin du salon, immergés dans une partie de cartes endiablés ne manquent pas. Aujourd'hui, ça ressemble plus tôt à une fille, cherchant à retrouver une partie de sa famille. D'une certaine manière, c'était ma façon de fuir la peine en allant à Barcelone mais j'ai laissé Jamie, seul à Melbourne. Je savais qu'il était en de bonnes mains avec notre oncle mais ça ne changera jamais le fait, que j'ai laissé le seul membre de ma famille derrière. Il ne m'a jamais caché m'en avoir voulu mais il savait aussi que c'était le mieux. Qu'est-ce que j'aurais pu faire pour lui ? Entre nous, j'étais celle qui n'arrivait pas à avancer. Alors j'ai baissé les armes et j'ai tenté de me convaincre qu'il n'avait pas besoin de moi. Pas dans cet état. Étrangement, je n'ai pu faire mon deuil qu'une fois que je l'ai revu. Comme quoi, je ne pouvais rien faire sans la famille. Mais je n'ai pas chômer à Barcelone, j'ai continué à mener une vie dont mes parents étaient fiers. Toujours engagée, et pour oublier, je me suis engagée dans plusieurs associations pour aider mon prochain. De l'animal abandonné aux familles pauvres, en passant par les étudiants en mal du pays. Toujours entrain de faire quelque chose. Me focaliser sur les autres m'a permis de m'oublier quelques minutes. Je n'étais pas la seule à qui ce drame était arrivé. Ni la dernière. Alors j'ai aidé. C'était une seconde nature depuis ma naissance, dès que je voyais quelqu'un seul ou ayant besoin d'aide, je fonçais. Parfois, ça me joué des tours mais je savais riposter. Et encore aujourd'hui, j'étais redevenu l'ami de l'étudiant au regard paumé. Je pouvais pas m'en empêchée. Alors j'ai foncé.On peut pas dire qu'il était particulièrement réactif, peu importe ce que je disais, je n'arrivais à rien. Ce n'est que lorsque je me suis présentée proprement que j'ai eu une réponse « Pas un serial-killer ni même un enfant perdu.. Je m'appelle Matthieu » Ça sonne français. J'aurais aimé aller à Paris, ça doit être vraiment beau comme ville. Peut-être devrais-je commencer à mettre de côté pour y passer un week-end. Je pourrais faire un crochet par Barcelone pour revoir mes anciens camarades. Maya ! Réveille-toi et focalise-toi. Arrête de te distraire ! « C'est pas tout à fait un sourire, mais je m'en contenterais Matthieu ! » dis-je avec mon plus beau sourire. Faut dire que je l'ai pour habitude de faire rire les gens, ou tout du moins de faire aimer par eux. Faut dire que je suis pas compliquée, il y a peu de gens que je peux pas encadrer. Et encore, je leur laisse une chance de devenir moins con. J'entre-aperçois un emploi du temps froissé dans son sac. Ça a l'air d'être un premier année. « J'ai l'impression que t'es nouveau ici ... Besoin d'aide ? » Parfois, faut savoir faire le premier pas. Je me relève doucement, en tentant d'être féminine - franchement, se relever avec classe en talon haut, ça relève du miracle. Je tends ma main au jeune homme et avec un sourire, lui offre une opportunité de se faire - très certainement - sa première amie « Je t'offre un café, je te fais visiter et tu me racontes pourquoi t'es arrivé ici. Ca te tente ? » Je ne sais pas si je l'ai vraiment convaincu mais en réalité ... « De toute façon, je te laisse pas le choix » dis-je dans un dernier sourire. Va-t-il accepter ma main tendue ?

Spoiler:
 
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR



I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Jeu 8 Sep - 13:47

Matthieu & Maya
Première rencontre...

Quand je me rappelle de ma vie que je pouvais avoir lorsque je vivais encore à Lyon c'est sûr que je me dis que j'ai salement terminé. Je suis dans un autre pays, loin de ma mère et de mes souvenirs de France, je n'ai personne ici sur qui compter pas même Noah, la personne que j'étais venu rejoindre ici à la base. Bref, j'ignore réellement ce que je fais encore ici, cependant je sais que si je rentre à Lyon mon "père" va me tomber dessus et me défigurer comme il me l'a promit lorsque je suis partis de la maison. Ce n'est pas la peur qui me revient, c'est juste l'envie d'une nouvelle vie, d'un nouveau départ, on y a tous droit à ce nouveau départ. A cette seconde chance dans la vie. Peut-être que je changerais, que je deviendrais une bien meilleure personne et qu'au fil du temps j'irais mieux. Oui peut-être, cependant, pour le cas présent je n'ai aucune envie de me prendre la tête, de toute manière je ne peux pas. Dans l'idée je suis trop défoncé pour le coup pour pouvoir me prendre la tête d'une quelconque manière et franchement je n'en ai pas envie déjà en temps normal. Mais c'est vrai tout ceci me frustre au plus haut point, être ici et ne pas savoir réellement comment faire pour avancer, pour aller de l'avant. Pour savoir si ma sera toujours ainsi, c'est à dire solitaire et désespérante. Bien évidemment, je sais que je peux appeler ma mère en tout temps et que si j'en ai besoin elle me conseillera et m'épaulera dans mes problèmes mais franchement je n'en ai pas envie. Elle doit avoir suffisamment de problèmes en ce moment avec son idiot de mari donc je préfère me taire et chercher des solutions tout seul à mes ennuis du moment. De toute manière ce fût toujours seul que j'ai réglé mes emmerdes et lorsque je me retrouve à devoir compter sur une personne j'ai tendance à être un petit peu blasé ou gêné quant à tout ceci. Mais oui, aujourd'hui je sais que je ne peux me démerder seul, je suis perdu dans ce bâtiment face à cette blonde qui semble vouloir m'aider à retrouver mon chemin. Lorsque je vins à entendre ses mots j'acquiesce faiblement tout en me mordillant la lèvre inférieure. « Je suis ici depuis le mois de Mai mais ouais on peut dire que je suis nouveau en fait... » Approuvais-je tout en posant mon regard sur elle. Je suppose qu'elle verra dans mes yeux que je suis raide défoncé et franchement je m'ose à croire qu'elle ne va pas me rejeter ou encore m'insulter ou je ne sais quoi encore... C'était juste un joint, un petit joint de rien du tout et puis j'en ai le droit, en vue de ma situation du moment je suppose que beaucoup finiraient comme moi. Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je pose mon regard sur la blonde tout tout en attrapant sa main qu'elle m'a tendu après s'être relevé. « D'accord... Merci, vraiment. T'es bien la seule ici dans cette école à t'être soucié de moi. » Confiais-je tout en me mordillant la lèvre inférieure alors que je pose mon regard sur elle et commence à avancer dans les couloirs de l'université. Bien évidemment je tente de marcher droit et oui c'est l'un des nombreux effets de la drogue, tu peux marcher bizarrement ce qui te donne un air stupide comme ça pourrait être mon cas si je n'essayais de marcher comme il se doit. Autant ne pas passer pour un idiot devant la seule personne qui m'a donné de l'intérêt...


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Mer 14 Sep - 1:00


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE Il est temps que je prenne réellement du temps pour moi, que je reprenne le rythme qui était mien. Plusieurs années se sont écoulées depuis le décès de mes parents et Duncan, pourtant j'ai l'impression que c'était encore hier. Je suppose qu'on ne peut jamais oublié. Après tout, j'aurais du être prévenu. Combien de films n'ai-je pas déjà regarder sur la perte d'un proche ? Pourtant quand cela nous arrive, la naïveté nous prend. On pleure, on se dit que c'est la fin du monde, qu'on ne pourra pas continuer. Pourtant : on vit, on peut pas faire autrement. Je suppose que ce n'est pas m'aider que de porter mon attention sur chaque âme vagabonde. Je ne fais pas attention à moi-même. Je me démène pour les autres tout en espérant qu'ils pourront m'enlever cette douleur. Mais je ne m’apitoie pas, d'autres ont réussi à se relever. Pourquoi pas moi ? Je suis extraite de mes pensées par la chaleur d'un autre. Comme quoi, tout peut arriver. Je ne pensais pas que le jeune homme allait effectivement accepter l'aide que je lui avais proposé « D'accord... Merci, vraiment. T'es bien la seule ici dans cette école à t'être soucié de moi » Quand j'étais enfant, ma mère me répétait sans cesse que la bonté est comme un aimant, il entraîne vers lui l'amour des autres. Fais preuve de bonté envers eux, me disait-elle, et ils apprendront à te le rendre. En réalité, la bonté et la gentillesse sont considérées comme désuètes. Il suffit que l'on soit un peu trop de l'un pour que l'on soit un sujet de moquerie. Je ne pense pas ainsi. Si on ne tend pas la main en ayant peur d'être blessé, comment espérer de l'aide lorsque nous en auront besoin ? Ce jeune homme avait besoin de moi pour l'heure. Quant à moi, j'avais besoin de savoir que je pouvais encore faire preuve de cette qualité.

Nous avançons doucement dans le couloir, chacun de mes pas résonnent et accentuent le silence. Chacun de mes regards sont jetés discrètement vers le jeune homme qui m'accompagne. Je me rend compte de notre différence de taille. Malgré une bonne paire de talons haut, il fait toujours une tête de plus que moi. Ses mains sont assez grandes pour cacher les miennes. Son allure est désordonnée, sa démarche quelque peu confuse mais les traits de son visage quant à eux, me rassurent d'une certaine manière.

Je m'arrête quelques minutes à la machine à café et nous en procure. Il est temps de faire preuve de bonté et d’intérêt, après tout, il a réussit à me captiver « Alors Matthieu, ce n'est pas un prénom d'ici, je me trompe ? N'est-ce pas français ? J'ai cru t'entendre parler cette langue toute à l'heure » dis-je dans un sourire. Il me fallait trouver une tactique pour en savoir plus « Tu es venu à Melbourne pour tes études ? Ou peut-être as-tu de la famille ou des amis ici ? Ou alors, reste la supposition que tu es en cavale ! » Les premières plaisanteries ne suffisaient pas, il faut que j'en rajoute.

Spoiler:
 
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR



I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.


Dernière édition par Maya Hastings le Dim 2 Oct - 22:39, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Sam 1 Oct - 13:52

Matthieu & Maya
Première rencontre...

Perdre un être cher c'est toujours quelque chose de vraiment douloureux à vivre, pour mon cas j'ai la chance de ne pas avoir perdu mes proches d'une manière horrible comme la mort. Non, jusqu'à présent mes proches, quand ils quittent ma vie c'est de manière tout à difficiles comme l'abandon ou encore le déménagement comme ce fût le cas il y a quelques mois de cela avec Noah. Bien évidemment, qu'importe la manière on souffre toujours lorsqu'on perd quelqu'un, c'est toujours difficile et pour le coup être venu vivre ici et donc d'avoir revu Noah ouais ce fût délicat, je ne m'attendais absolument pas à ce que cette personne que j'ai aimé plus que tout au monde m'envoie bouler de cette manière. Ce fût violent, oui, ses mots ont été très violents, il ne voulait plus de moi en tant qu'ami et m'a dit de bouger et de ne plus m'approcher de lui. Entendre de telles paroles alors qu'on a fait tout un voyage plutôt long et coûteux pour voir cette personne clairement ça fait mal au cœur et c'est entièrement normal. Après, c'est juste, je pourrais quitter Melbourne et rentrer chez moi à Lyon mais honnêtement je préfère encore crever plutôt que retourner là-bas et me retrouver à nouveau sous l'emprise de cette brute épaisse que j'appelais encore "papa" il y a de cela quelques mois. Désormais cet homme c'est terminé, je ne veux plus le voir et fort heureusement pour moi c'est réciproque, tant mieux parce que de mon côté il n'y aura jamais plus de retour possible entre ce fou furieux et moi. Bon, je ne vais pas dire je m'inquiète tout de même beaucoup pour ma mère et il m'arrive souvent de me demander si elle va bien ou si elle souffre elle aussi de coups et blessures de la part de ce sale type. A bien des reprises j'ai cherché à savoir si elle souffrait à cause de lui mais à chaque fois elle me répondait non alors que son visage disait tout autre chose. Pour moi c'est douloureux de ne pouvoir rien faire pour elle mais vu comment elle refuse mon aide je suppose qu'il n'y a pas grand chose que je puisse faire pour elle. Soupirant alors à cette pensée tandis que j'avance dans l'université avec la blondinette à côté de moi on s'arrête au bout d'un moment à une machine à café où elle nous prend deux boissons, je la remercie mais ne bois pas cette boisson n'ayant jamais aimé le goût toutefois je décide de ne rien dire histoire de ne pas la mettre mal à l'aise. En entendant ses mots quant à mon prénom je souris et acquiesce à ses mots en signe qu'elle ne se trompe absolument pas à mon sujet. « Tu ne t'es pas trompé, je parlais bien en français tout à l'heure. » Répondis-je d'une voix douce tandis que je pose mon regard sur elle quelques instants affichant un léger sourire sur mes lèvres. « Je viens de Lyon c'est l'une des plus grandes villes que l'on peut trouver en France, je suis né là-bas et j'y ai toujours vécu jusqu'à ce que j'arrive à Melbourne en Mai dernier. » Commentais-je d'une voix chaleureuse tout en fixant la blonde longuement avec un petit sourire en coin parfaitement dessiné sur mes lèvres. Alors, lorsqu'elle vint à me poser une nouvelle question quant à ma venue à Melbourne je hausse les épaules blasé. « En fait... A la base j'étais venu ici pour retrouver une personne qui m'était chère mais nos retrouvailles ne se sont pas bien passées du tout. Donc... Je reste ici désormais pour mes études. » Expliquais-je d'une faible voix tout en fixant le sol longuement en me rappelant les mots durs que Noah a pu avoir à mon égard. Ouais c'est un souvenir délicat pour moi mais bon il faut que j'avance j'en suis bien conscient, être comme je suis actuellement ça ne peut plus durer, il faut que ça s'arrête avant que ça me tue ...


Spoiler:
 


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Dim 2 Oct - 22:52


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE C’est plutôt excitant, apprendre à connaitre quelqu’un. On peut faire une erreur à tout moment ne connaissant ni le passé ni le présent de cette personne, pourtant on se lance. On prie pour ne pas paraitre stupide, alors d’une certaine manière on se montre un peu plus exceptionnel. On rehausse la poitrine. On marche avec légèreté et grâce. On se montre plus facilement humble tout en étant enclin à entendre chaque compliment de l’autre partie. C’est une parade en réalité. D’une certaine manière, je pense avoir cocher la plupart de ses critères. Et puis, je souhaite toujours à en savoir plus sur le jeune homme, quitte à poser des questions à la chaine comme pour un interrogatoire. Pendant une seconde, j’y pense. J’espère qu’il ne le prend pas mal. Je suis curieuse et j’ai toujours tendance à poser les mauvaises questions et surtout, au mauvais moment « Je viens de Lyon c’est l’une des plus grandes villes que l’on peut trouver en France, je suis né là-bas et j’y ai toujours vécu jusqu’à ce que j’arrive à Melbourne en Mai dernier » Quand j’étais à Barcelone, ce qui m’a le plus impressionné était le caractère hétéroclite de la ville. On y venait de tous les pays, toute culture était représentée et chaque bâtiment avait une emprunte singulière. Pourtant quand on parle de la France, on parle toujours de Paris. Pourtant, Paris ne représente pas la majorité du pays et encore moins la culture. J’aimerais bien découvrir un jour Lyon, ne serait-ce que pour goûter à la gastronomie « En fait … A la base j’étais venu ici pour retrouver une personne qui m’était chère mais nos retrouvailles ne se sont pas bien passées du tout. Donc …. Je reste ici désormais pour mes études » J’ai presque l’impression d’avoir touché le sujet sensible. Je me retiens de demander quelle personne pouvait être à l’origine d’une telle décision. Toutefois, je n’aimerais pas qu’on chercher à creuser alors que visiblement, c’est quelque chose qui fait encore mal « C’est courageux de ta part de rester, tu aurais très bien pu repartir » dis-je en lui souriant tendrement. Je ne sais pas si je serais restée à sa place. Peut-être aurais-je pris la fuite en ne demandant qu’oublier ce qui venait de se passer « Je veux dire, c’est dur de se construire une vie quelque part où on ne connait personne. Je sais ce que c’est. Je suis partie à Barcelone une partie de ma scolarité et mon petit-frère est parti pour Séoul. La première année est toujours décisive ! » La seule petite chose qui change c’est qu’il a quitté son pays pour retrouver quelqu’un alors que moi, j’ai quitté mon pays pour justement oublier plusieurs personnes. Il a été plus courageux que moi « En tout cas, compte sur moi pour te faire apprécier la ville et ses habitants ! Je peux aussi te donner des astuces cafèt’ et bibliothèque à l’université. Je suis une vraie mine d’information ! Oh et je fais aussi parti de l’association des étudiants alors si tu as un problème, n’hésite pas ! » dis-je dans un dernier sourire. On m’a accueilli les bras ouverts à Barcelone, il est temps que je fasse de même pour mon prochain.
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR



I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Mar 4 Oct - 13:47

Matthieu & Maya
Première rencontre...

Il est toujours difficile de s'intégrer à nouvelle ville lorsqu'on vient d'arriver et plus encore lorsqu'on vient d'aussi loin que moi. J'ai une culture différente, un accent plutôt différent par la même occasion et tout un tas d'autres choses qui peuvent faire que ça amuse la galerie. Bon, jusqu'à présent je n'ai pas trop eu à me plaindre, certes, je n'ai pas vraiment d'amis ici mais je n'ai pas non plus d'ennemis ou encore des personnes dans mon entourage qui auront été désobligeants vis à vis de ma personne. Honnêtement, depuis que je suis à Melbourne j'ai largement moins de problèmes que lorsque je vivais à Lyon, on peut même dire que je n'ai foncièrement aucun problème. Enfin, si on en oublie la drogue et ma fichue déprime constante vis à vis de Noah mais sinon à part ça pas le moindre soucis, j'ai de l'argent, un chiot qui m'aime énormément, une villa gigantesque dans laquelle je me sens plus que bien. Pas de quoi se plaindre ou déprimer durant plusieurs heures, moi, en tout cas c'est ainsi que je ressens le truc et difficile de changer d'avis quant à ce fait. Maintenant c'est sûr, il serait préférable que je me fasse des amis, que je sorte, que j'aille de l'avant donc et non pas que je déprime constamment par rapport à Noah, ça ne rime à rien, déprimer et pleurer à longueur de journée ne me le ramènera pas. Et, mis à part finir en dépression ça ne m'apportera rien du tout, enfin, pas du positif en tout cas. Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je pose mon regard sur la blonde tout en acquiesçant vivement à ses mots quand elle vint à me parler de mon emménagement ici. « Je pense que lorsqu'on arrive dans un pays différent du nôtre c'est toujours un petit peu compliqué en soit. Nous sommes habitués à un certain style de vie, à un certain état d'esprit aussi donc je pense que d'une certaine manière arriver dans un pays différent du nôtre ça doit toujours faire un choc. Mais c'est vrai que pour le coup j'aurais beaucoup aimé d'avoir le repère qu'était cette personne pour moi ici... » Lâchais-je tout en fixant longuement la blonde alors que nous continuons d'avancer dans l'université, pour le coup je ne cherche pas trop à comprendre. En fait je suis pas mal triste en ce moment c'est un fait indéniable et je pense que la blonde ressent peut-être ma tristesse, c'est possible, ça expliquerait bien pourquoi elle traine comme ça avec moi et surtout pourquoi elle est aussi sympathique. Mais bon, ce n'est pas moi qui vais m'en plaindre, la gentillesse d'une personne est un cadeau qui ne se refuse pas et je ne refuserais certainement pas l'amitié qu'elle semble vouloir m'offrir. Alors, lorsque je vins à entendre ses mots j'acquiesce une fois encore tout en posant mon regard dans sa direction. « Merci beaucoup, tu es bien la seule à avoir agis de la sorte vis à vis de moi. Attention, je ne dis pas que les autres ont été incongrus, au contraire, mais bon, ils m'ont pas trop souhaités la bienvenue si je puis dire... Ils savent que je viens d'un autre pays mais ils ont pas cherchés à me connaître donc je suis content d'être tombé sur toi. » Affirmais-je d'une voix douce tandis que j'affiche un petit sourire sur mes lèvres alors que je continue de suivre la blonde dans l'établissement....


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Jeu 6 Oct - 22:25


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE Quitter son pays, c’est une aventure extraordinaire et effrayante. On projette beaucoup de choses, on s’imagine déjà sur place et plus la destination est loin, plus on se rend compte qu’on ne pourra pas rentrer aussi facilement. A une certaine époque, j’avais hâte de partir pour Barcelone. Remplir les formulaires, demander les autorisations préfectorales : c’était une aventure déjà en soi-même. Mes parents étaient toujours derrière moi, me pressant, me demandant si je n’avais pas oublié quelque chose. La seule personne qui ne souciait que d’une chose à la fois, c’était moi. Je suppose que c’est le propre des parents de s’inquiéter pour tout et n’importe quoi. Je m’imaginer déjà foulant les pavés de Barcelone, posant devant la Sagrada Familia. Revenir à Melbourne fut finalement, ce qui a été le plus dur « Je pense que lorsqu'on arrive dans un pays différent du nôtre c'est toujours un petit peu compliqué en soit. Nous sommes habitués à un certain style de vie, à un certain état d'esprit aussi donc je pense que d'une certaine manière arriver dans un pays différent du nôtre ça doit toujours faire un choc. Mais c'est vrai que pour le coup j'aurais beaucoup aimé d'avoir le repère qu'était cette personne pour moi ici... » C’est étrange, mais je peux comprendre ce qu’il ressent seulement à l’inverse, ce fut quand je suis rentrée à Melbourne que j’avais plus aucun repère. Jamie était déjà partie pour la Corée du Sud quand je suis revenue. Au début, ce n’était que pour vendre la maison de nos parents mais finalement, j’ai eu l’impression que je devais reprendre là où tout avait commencé. Comme pour me conforter dans l’idée que j’étais passée effectivement à autre chose. Barcelone, c’était pour ça. Changer d’air, ne pas rencontrer chaque jour des personnes qui vous présente leur condoléances. Et puis finalement quand je suis revenue, tous les visages familiers sont devenus des inconnus « J’ai expérimenté deux fois cette sensation. D’abord en allant à Barcelone puis en revenant à Melbourne. Quand je suis revenue, j’aurais bien aimé avoir moi aussi un point repère mais je savais qu’il n’y en aurait pas malheureusement » Je pleure plus quand j’aborde le sujet de mes parents et de mon frère. Je ne ressens qu’une certaine mélancolie. Je m’imagine ce que ça aurait pu donner aujourd’hui, s’ils étaient encore là mais ça s’arrête là. Ce n’est qu’en période de fête que je ressens le vide et que je suis prête à craquer « Merci beaucoup, tu es bien la seule à avoir agis de la sorte vis à vis de moi. Attention, je ne dis pas que les autres ont été incongrus, au contraire, mais bon, ils m'ont pas trop souhaités la bienvenue si je puis dire... Ils savent que je viens d'un autre pays mais ils ont pas cherchés à me connaître donc je suis content d'être tombé sur toi. » Je souris et suis flattée, tout en voulant secouer le reste des étudiants. Dans une grande ville comme Melbourne, on arrive encore à trouver des personnes qui peuvent avoir des aprioris ? « Oh tu sais, je fais ça seulement pour être bien vu par l’association des étudiants. Faut que je mérite mon poste » dis-je en rigolant. Je suppose que j’ai bien fait de m’arrêter pour lui parler. Si je ne l’avais pas fait, il aurait été encore l’un de ses étudiants isolés qui ne pourra jamais expérimenter la véritable vie universitaire. Je ne parle pas forcément de fêtes outrageantes ou d’expériences scandaleuses. Tout ce qu’il y a derrière, on peut faire tellement plus. Nous ne sommes pas encore entravés par les chaines d’une société, alors il faut en profiter « Et puis, si t’as envie de parler ou juste de rester assis à côté de quelqu’un que tu connais, sache que tu peux souvent me trouver autour d’une machine à café ou à la bibliothèque. J’ai mes petites habitudes là-bas, assise par terre, entre deux rayons près de la fenêtre. On passe par là ! » dis-je tout en le prenant par le bras pour lui montrer la direction. Je m’attendais à sentir ses os, lui semblant si mince et pourtant, je suis surprise. Il est plutôt musclé. Hem. T’imagines pas des choses, Maya. « Tu peux me donner ton emploi du temps ? Que je regarde un peu quels sont les bâtiments qui te concernent » dis-je en présentant ma main. J’attends qu’il me confie son précieux papiers semblant roulé en boule dans son sac. Pourquoi les sacs des garçons semblent toujours aussi vide ? Le mien semble pesé des tonnes. Une fois qu’il me le présente, je jette un rapide coup d’œil « Oh, t’es en art ? Waouh, je m’y attendais pas du tout. Ca veut dire que tu peux me tirer le portrait ? Je rigole. Bien, que ce serait drôle ou majestueux. En tout cas ce qui est sûr, c’est que tu n’es pas du tout du bon côté du campus » dis-je tout en souriant et rigolant. « Suis la guide et reste près de moi, je porte pas de petit drapeau »
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR



I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Sam 8 Oct - 14:01

Matthieu & Maya
Première rencontre...

Une fois que je suis arrivé ici les gens n'ont pas trop cherché à me connaître, en fait ce qu'il se passait la majeure partie du temps c'est qu'ils m'écoutaient parler, riaient et me disaient à chaque fois que je n'avais pas l'air d'être du coin et donc je leur répondais que je suis français puis ils acquiesçaient en disant qu'ils s'en doutaient puis ils traçaient leurs routes sans jamais revenir vers moi. Si au début ce genre de comportement me rendait triste et bien maintenant disons que c'est encore tout autre chose. Je m'en fou en fait, je me suis tellement fais à l'idée que les gens s'en foutaient de moi qu'en définitive je reste dans mon coin et je tente de me démerder dans cette grande université. Beaucoup trop grande pour moi. A Lyon on dit que l'université est immense mais je ne suis pas convaincu qu'elle est aussi grande que celle qu'il y a à Melbourne. Cependant, je n'aurais jamais la réponse à ma question, je compte poursuivre mes études à Melbourne, ma nouvelle vie commence ici, bien sûr, c'est un début de vie plutôt différent de la vie que je pouvais avoir à Lyon mais ça reste tout de même une vie plutôt agréable. Je m'y suis fais au fil du temps qui passe à ce changement soudain dans ma vie. Les déménagements ce n'est jamais évident en soit, on a besoin de nos repères, de savoir où il faut aller et là où il ne faut surtout pas se rendre. Parce que oui dans toute ville il y aura toujours les mauvais quartiers, ceux qu'il faut absolument éviter à moins qu'on soit nous même une mauvaise fréquentation, là on aurait notre place là-bas sinon autant rester dans les bons quartiers. Me concernant, lorsque je suis arrivé à Melbourne j'ai visité brièvement les divers quartiers de la ville pendant mes heures de liberté, donc hors de l'université, et un coup effectivement je me suis retrouvé dans le mauvais quartier de la ville. Au début je m'en étais pas rendu compte, ma foi, quand on pénètre dans un quartier il n'est pas inscrit en gros si c'est un ou un mauvais quartier. C'est uniquement en tombant sur Damian que j'ai compris que c'était un mauvais quartier, Damian ? Mon dealeur voilà tout, me shootant depuis environ un an maintenant j'ai eu besoin d'un dealeur en arrivant ici je l'ai trouvé deux jours après mon arrivée, tout va bien pour moi de ce point de vue là. Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je pose mon regard sur la blonde tout en acquiesçant à ses mots. « Oui c'est souvent compliqué quand on a personne sur qui compter lorsqu'on arrive ou revient quelque part comme ce fût le cas pour toi et moi. Mais c'est vrai c'est dur de se retrouver seul, surtout quand on a une grande ville comme Melbourne. » Répondis-je d'une voix douce tout en la scrutant intensément avec un faible sourire dessiné sur mes lèvres. Je suppose que sa famille a déménagé comme son frère est partit à Séoul comme elle me l'a expliqué précédemment, ça expliquerait pourquoi elle est seule ici. Cependant je ne poserais pas la question, j'estime que ça ne me concerne absolument pas. Alors lorsque nous en venons à parler de l'association j'acquiesce à ses mots tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres. J'ignore précisément comment je dois prendre son commentaire quant au fait qu'elle est venue vers moi uniquement pour se faire bien voir, est-ce de l'humour ou alors tout comme les autres elle n'en a rien à foutre de moi et veux juste se faire bien voir ? Je n'en sais rien mais je décide tout de même de ne pas y penser pour ne pas gâcher ce moment que je passe en sa compagnie. Au bout du compte quand elle vint à me proposer de passer du temps avec elle quand je suis seul j'acquiesce. « D'accord j'y penserais à venir vers toi. Mais pas trop souvent non plus, je ne souhaite pas être encombrant envers toi, tu dois avoir tout un tas de potes qui veulent te garder un peu pour eux... » Lâchais-je d'un ton doux tout en la fixant longuement avec un sourire poli incrusté sur mon visage. Ben oui nullement mon intention de m'imposer ainsi et encore moins avec des personnes que je viens tout juste de rencontrer. Finalement, lorsqu'elle vint à me demander mon emploi du temps je farfouille dans mon sac jusqu'à trouver ce fameux emploi du temps que je lui donne avec un sourire. A peine a-t-elle vu en quelle section je suis qu'elle s'est aussitôt exclamée visiblement amusée par les études que j'exerce, je la fixe alors amusé par ce qu'elle me raconte. « Ouais je suis en art, en dessin pour être précis ça a toujours été quelque chose qui me plaît tout particulièrement en fait. » Dis-je d'une voix douce tout en la suivant comme elle me l'a demandé précédemment, pour le coup je n'ai aucune envie de m'éloigner d'elle j'ai vraiment pas envie de me perdre à nouveau et de la perdre de vue également surtout que vu ce qu'elle m'a dit je me suis bien perdu étant donné qu'on est pas dans le bon coin, donc autant l'avoir près de moi au moins je suis sûr que je ne me perdrais pas à nouveau...


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Jeu 13 Oct - 22:45


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE Quitter son pays, c’est une aventure que peu de personnes ont tenté. Pouvoir en parler avec quelqu’un qui connait les avantages et les inconvénients c’est quelque chose que je n’ai pas fait depuis longtemps. Lorsque nous parlons au téléphone avec Jamie, nous parlons avant tout de nos vies et parfois, nous restons là sans rien dire. Entendre nos respirations nous suffit pour savoir qu’on va bien. Parfois, je me retiens même de pleurer. Je me suis plusieurs fois demandée pourquoi j’étais restée à Melbourne. Pourquoi je n’ai pas suivi Jamie à Séoul ? Ca aurait été tellement plus facile, pour lui comme pour moi. Mais d’une certaine manière, j’aurais eu l’impression d’être de trop. Il est avant tout là-bas pour découvrir ses origines et voir, s’il pouvait retrouver sa famille biologique. Il m’en a voulu d’être partie à Barcelone. Je lui en veux de vouloir nous oublier. En fait, je lui en veux de vouloir m’abandonner. Mais est-ce que je suis la mieux placer pour dire ça ? « Oui c'est souvent compliqué quand on a personne sur qui compter lorsqu'on arrive ou revient quelque part comme ce fût le cas pour toi et moi. Mais c'est vrai c'est dur de se retrouver seul, surtout quand on a une grande ville comme Melbourne. » Je ne suis pas faite pour être seule. Je l’ai remarqué quand je suis arrivée à Barcelone, je n’ai pas pu tenir une journée seule dans mon appartement. J’ai tout fait pour connaitre du monde et ne pas rester dans mon appartement plus que nécessaire. Avoir du monde, être en contact avec des personnes c’est ce qui me permet de vivre paisiblement « D'accord j'y penserais à venir vers toi. Mais pas trop souvent non plus, je ne souhaite pas être encombrant envers toi, tu dois avoir tout un tas de potes qui veulent te garder un peu pour eux... » Je laisse un échapper un rire silencieux. Certes, je connais beaucoup de monde à l’université mais c’est surtout grâce à l’association des étudiants. Toute la journée, je croise du monde et je les salue avec un sourire. Mais très franchement, il y a très peu de personnes que je souhaite apprendre à connaitre en dehors des murs du campus. « Oh ne t’inquiète pas, il n’y a personne qui dira quoique ce soit. Je connais du monde sans pour autant les connaitre. Je sais pas si tu vois ce que je veux dire … » dis-je embarrassée. Peut-être avait-il eu une mauvaise opinion de moi. La personne avec qui j’ai le plus de relation à Melbourne ? La boulangère à côté de chez moi. Je peux passer des heures là-bas à lui parler de ma vie, pendant qu’elle me raconte ses expériences de jeunesse et parfois, je passe derrière le comptoir pour l’aider. La chaleur à la française, comme on dit. Maintenant que j’y pense, elle a beau être française, elle ne ressemble en rien à Matthieu. Comme quoi, les stéréotypes sont mal faits « Ouais je suis en art, en dessin pour être précis ça a toujours été quelque chose qui me plaît tout particulièrement en fait. » Je n’ai jamais été doué en art. A vrai dire, je sais à peine dessiner un chien et encore ! Seuls les traits sont semblables à cet animal. En parlant de stéréotype « Je t’imagine bien avec ton carnet, assis sur l’herbe en face de la tour Eiffel esquissant les traits du paysage. Le tout sur l’air d’un … comment appelle-t-on cela déjà ? … Un accordéon ! » dis-je dans un grand sourire. C’est fou, quand on parle de la France on pense toujours à Paris même moi, je me à le faire alors qu’il y a tellement de belles villes et de villages à découvrir. « Je plaisante bien sûr … Même, si je suis tentée de te voir un jour à l’œuvre ! Dis-moi, comment t’ais venu cette passion pour le dessin ? Est-ce que ta famille possédait déjà ce talent ? » La seule discipline artistique dans laquelle je me débrouille, c’est le chant. Je ne possède pas de talent particulièrement extraordinaire, mais c’est agréable. « Oh et si je pose une question gênante, n’hésite pas à me freiner ! J’ai tendance à dire ce qui me passe par la tête ! Et quand t’auras fini de répondre à mon interrogatoire, tu pourras me poser toutes les questions que tu veux »
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR



I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Sam 15 Oct - 13:33

Matthieu & Maya
Première rencontre...

Avoir quitté Lyon aura été un choix plus que facile pour moi, en vue de tout ce que je vivais depuis toutes ces années avec mon "père" honnêtement c'est une décision que je ne regrette pas. Et puis je me sens bien ici, je me suis fais mes propres marques ici et là et je ne regrette absolument rien. Pour tout dire, Melbourne est une ville magnifique, bourrée de qualités en tout genre et de petits plaisirs dans la vie de tous les jours. Bon après je ne dis pas parfois quand je passe devant une boulangerie ou un restaurant typiquement français j'ai tendance à être un minimum nostalgique en me rappelant de ma petite vie là-bas auprès de ma mère, de mes copains ou encore de Noah mais tout est terminé maintenant. Que ce soit ma vie en France comme ma relation particulière avec Noah ou encore mes copains lyonnais, tout est terminé et si oui tout ceci me fait encore aujourd'hui énormément de peine et bien je dois tout de même me faire une raison et avancer du mieux que je le peux. Je ne vais pas dire, je ressens un manque, un manque terrible lorsque je me rappelle de ma vie là-bas, que je m'inquiète pour ma mère qui vit désormais seule avec ce fou furieux de psychopathe à la con qu'est son mari et mon "père" mais je me dois d'avancer. Franchement j'espère qu'elle va bien et qu'elle n'a pas à endurer les coups et blessures du dingue qu'il est, je l'espère sincèrement parce que si tel est le cas je ne saurais que faire pour lui venir en aide. Depuis toujours je déteste la violence et je ne sais pas si j'arriverais à me positionner devant lui et lui défoncer le crâne si jamais il en venait à tabasser ma mère. J'ignore sincèrement si un jour je pourrais avoir un tel courage et donc si je pourrais en venir à protéger ceux que j'aime. Bien sûr, j'adorerais pouvoir aider toutes les personnes que j'ai pu aimer au cours de ma vie mais je le sais d'avance je ne suis pas de taille. Quand on me voit physiquement parlant on pourrait croire que je suis un petit con qui cherche les emmerdes mais définitivement ce n'est pas le cas. Oui, j'ai des tatouages sur mon corps, des tatouages qui me représentent pour la personne que je suis mais le côté méchant gars non ce n'est vraiment pas moi. Au contraire, je suis vraiment un bon gars, je pense, je ne suis pas violent, je suis toujours souriant ou presque, je ne cherche pas les ennuis. Certes, je me shoote mais c'est mon affaire ce point-là et je ne fais subir à personne mes soucis avec la drogue. Donc oui je ne suis pas un emmerdeur. Alors, tandis que j'acquiesce à cette pensée je pose mon regard sur la blonde à côté de moi tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres. « D'accord je viens de comprendre ! Tu connais beaucoup de personnes mais uniquement de vue en gros, c'est bien ça ? » Dis-je d'une voix douce à l'attention de la blonde tout en la fixant intensément avec un petit sourire gêné parfaitement dessiné sur mes lèvres. « Je suis désolé. En vue de ce que tu me disais j'avais l'impression que tu avais quand même quelques amis proches ou quoi. Je me suis dis qu'en étant à l'association des étudiants tu aurais pu te faire un cercle, j'espère que tu ne m'en veux pas de t'avoir mal jugé. » Lâchais-je d'une voix embarrassée tandis que je fixe longuement la demoiselle avec une petite bouille mal à l'aise dessinée sur mon visage je suppose en tout cas. Puis nous continuons à avancer, je fixe bien tous les lieux de l'université histoire de les imprimer dans ma mémoire savoir où est quoi c'est assez important je trouve. Au bout du compte nous en venons à parler de mes études en dessin je ne peux m'empêcher de sourire tout en la fixant intensément mais je ne réponds rien. Par contre lorsque j'entends ses questions quant à ma passion pour le dessin je souris et acquiesce à ses mots une fois encore. « En fait j'ai appris tout seul comme un grand, je n'ai pas eu une seule personne pour me guider ni même me faire découvrir. Je sais juste que durant mon enfance j'ai ressentis le besoin, comme beaucoup d'enfants je suppose, de dessiner un peu et finalement je suis devenu bon au fil du temps. » Expliquais-je à la blonde avec une voix enjouée. Au début je dessinais des trucs basiques genre une maison avec un petit jardin vert et un grand soleil jaune c'est tout, comme tout le monde en fait. Puis, au fil du temps j'ai finis par faire des trucs plus poussés tout simplement. « Oh ne t'en fais pas tes questions ne me dérangent absolument pas, au contraire, je suis ravi de voir que tu t'intéresses à moi. » Répondis-je d'une voix douce à la blonde tout en la fixant intensément avec un petit sourire dessiné sur mes lèvres fines. « Tu es étudiante en quoi, toi ? » Demandais-je finalement d'une voix enjouée à la blonde histoire d'apprendre au moins ce point-là sur elle...


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Mar 25 Oct - 19:02


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE Les questions gênantes, ce n’est pas mon point faible. Je réfléchis toujours avant de poser une question, bien qu’avant ce n’était pas le cas. J’avais tendance à exprimer tout ce qui me passer par la tête mais depuis l’accident, je ne le fais plus. Je possède aussi des sujets qu’aujourd’hui je ne veux plus aborder alors je respecte ceux des autres. « Je suis désolé. En vue de ce que tu me disais j'avais l'impression que tu avais quand même quelques amis proches ou quoi. Je me suis dis qu'en étant à l'association des étudiants tu aurais pu te faire un cercle, j'espère que tu ne m'en veux pas de t'avoir mal jugé. » Je fais signe de la tête pour le rassurer. C’est plutôt moi qui suis gênée pour le coups. Après avoir passé cinq années à Barcelone, j’ai repris contact avec certains camarades de classe. Seulement, nous avons eu chacun des expériences différentes qui nous ont pour certains changer radicalement. Je reste en contact avec quelques-uns, mais nous ne passons pas notre temps ensemble. Etre dans l’association des étudiants, c’est connaitre du monde et ainsi discuter avec toute personne que tu croises sur le campus. Malheureusement, ce n’est pas pour ça que je possède des amis proches. Pour cela, il faudrait que je souhaite les revoir en dehors de l’université. Après avoir passé cinq merveilleuses années à Barcelone, je n’ai plus la volonté de me refaire un cercle d’amis privilégié. Parfois, je me dis que j’aurais dû retourner à Barcelone mais bon, j’ai pris une décision. « En fait j'ai appris tout seul comme un grand, je n'ai pas eu une seule personne pour me guider ni même me faire découvrir. Je sais juste que durant mon enfance j'ai ressentis le besoin, comme beaucoup d'enfants je suppose, de dessiner un peu et finalement je suis devenu bon au fil du temps. » J’admire beaucoup les personnes qui ont un sens artistique inné. Surtout, celles qui poursuivent leurs rêves une fois devenu adulte. J’étais l’une d’entre elles avant cet accident qui me laissent encore des traces. Quand je passe à côté des salles de dance, je me surprends à rester figée. Jamie n’a jamais compris pourquoi je n’avais pas continué la danse classique, même si c’était hors compétition. Seulement, quand on atteint un certain niveau et qu’on se rend compte qu’on ne pourra jamais plus l’atteindre, il est difficile de revenir sur la piste. Peut-être ai-je l’impression d’être humiliée si je passe le pas. Honnêtement, ça me manque beaucoup. « Oh ne t'en fais pas tes questions ne me dérangent absolument pas, au contraire, je suis ravi de voir que tu t'intéresses à moi. » J’ai toujours eu cette sociabilité, même quand une personne me semble ingrate, je souhaite savoir ce qu’elle fait dans la vie pour comprendre pourquoi elle est comme ça. On a souvent de belles surprises et c’est ainsi, qu’on cultive la tolérance je suppose « Tu es étudiante en quoi, toi ? » Il m’est facile d’en apprendre plus sur les autres mais j’avoue que parfois, je suis beaucoup plus timide quand on parle de moi « Oh rien d’aussi artistique que toi ! Je suis en sciences de l’environnement. Mes parents ont toujours été captivé par l’écologie, l’environnement et l’innovation. J’ai attrapé le virus. Je suis écolo sans posséder les stéréotypes … Enfin j’espère ! » dis-je en plaisantant. Certes, je souhaite protéger la planète mais ce n’est pas pour ça que je vais vivre dans une ferme, m’habiller en laine de mouton et ne plus me maquiller. Je reste une fille de la ville ! « Du coup, question pratique, je suis de l’autre côté du campus, côté laboratoires » Dis-je en pointant du doigt, un grand bâtiment blanc ancien un peu plus loin. Je suis contente, contrairement à d’autres sections, j’ai rarement besoin de changer de bâtiment. Bien que ça ne m’évite pas de faire des allers-retours puisque la salle de l’association des étudiants est vers la faculté de droit. Nous passons à présent à travers un petit parc où on peut profiter de la brise. Je fais un salut de la main à plusieurs camarades tout en leur souriant. Je n’ai aucune envie de m’attarder. L’un d’eux est mon partenaire de projet et je ne sais pas comment lui dire que projet tuteuré signifie travail de groupe « On partage les mêmes horaires pour les travaux dirigés de biologie. Ils sont sympas mais il faut surtout pas parler vegan, ça finit toujours par un débat musclé » dis-je en toute discrétion. J’ai eu une fois la malheureuse idée de parler d’une amie vegan. J’ai passé une mauvais soirée. Très mauvaise soirée. « Est-ce que tu as pensé à rejoindre une association ou un club pendant ton année ? Si tu as l’âme d’un danseur, c’est le jeudi soir. Si tu veux faire des heures sup, y a des élèves d’arts qui font souvent des expos »
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Sam 29 Oct - 13:33

Matthieu & Maya
Première rencontre...

J'ai toujours eu un peu de mal avec les relations humaines, surtout depuis ce que mon père m'a fait subir pendant les premières années de ma vie. Se faire tabasser par un père clairement ça n'a rien d'excitant ou d'agréable, mais, en disant ça je n'apprends sans doute rien à personne. La violence, c'est ce qu'il y a de pire, surtout lorsqu'on est agressé physiquement ou mentalement voir même les deux par une personne que l'on aime plus que tout au monde comme moi j'aimais mon père par le passé. Pour mon cas, j'ai souffert d'agression physique comme verbale durant presque toute ma vie, ça a commencé durant mon enfance, j'étais un gamin de cinq ans quand il a commencé à me battre et j'en avais quasiment six quand il a commencé à me dire des horreurs et donc me détruire psychologiquement. Tout ceci, c'est quelque chose dont je ne parle pas pour des raisons évidentes, il faut avoir envie de parler de toute cette histoire, faut avoir de raconter à des gens qu'on est un enfant battu par son paternel. Et puis même il faut aussi trouver les personnes avec qui en parler et pour mon cas je n'ai jamais vraiment trouvé les personnes avec qui je pouvais parler de toute cette misère dans laquelle je vivais par le passé. Bien évidemment il y avait Noah qui était au courant mais d'aussi loin que je me souvienne il n'a jamais réussi à me faire dire quoi que ce soit. Il savait, évidemment qu'il savait, nous couchions ensemble et un peu comme toute personne normale, je pense, nous couchions ensemble tout nu donc pas avec une petite couche de fringues sur nous. Un jour il a finit par remarquer mes blessures sur mon corps et il m'avait demandé à l'époque ce qui m'était arrivé, rapidement il a comprit, en voyant ma tête d'enterrement puis ma légère grimace ainsi que le rouge qui me montait aux joues il a comprit que j'étais un gamin battu par son paternel. Je ne vais pas mentir, il a essayé d'en discuter avec moi histoire que je me vide une bonne fois pour toute mais j'ai toujours refusé estimant que je ne pouvais pas faire une chose pareille, l'idée même que je puisse un jour raconter à quelqu'un tout ce que j'ai vécu me donne la nausée. Honteux, oui je me sens honteux de m'être fais victimiser de la sorte par cet homme pour qui j'avais autant de respect durant mon enfance, cette personne qui était mon héros, mon modèle sur cette Terre. D'une façon ou d'une autre je suis encore en état de choc, bien que ça fasse tout de même plusieurs mois que je vis à Melbourne il n'empêche que je reste quelque peu choqué par mon passé et plus encore... Choqué d'avoir réussi à m'en sortir et donc d'être ici là où personne ne me fera de mal mis à part moi-même avec ma drogue, mais ça, ce dernier point il ne concerne que moi et j'aimerais qu'on me laisse faire ce que je veux, c'est ma vie et je décide de le vivre comme je le souhaite et ce, qu'importe l'illégalité de la chose. Alors, tandis que je soupire à cette pensée je pose mon regard sur la blonde tout en acquiesçant à ses mots. « Oh ça doit être cool comme étude aussi. Bon je pense que j'aurais eu du mal, j'ai toujours eu des difficultés avec les sciences mais n'empêche ça doit être très intéressant ce que tu étudies. » Dis-je d'une voix douce alors que nous avançons dans le petit parc où il y a quelques étudiants installés sur l'herbe ou encore sur des bancs voir même des murets pour certains. Je suppose qu'ils attendent que leurs cours commencent en tout cas, certains d'entre eux fixent la blonde présente avec moi, je ne dis rien me contentant de les fixer à mon tour sans mot dire. Elle les salue de la main mais ne s'attarde pas à aller leur dire bonjour, je me contente alors d'un dernier regard vers eux puis je pose mon regard sur la blonde et souris en entendant ses mots. « Ah les végans, chez moi aussi en France c'est un débat qui est peine perdue, les gens sont... Disons fermés d'esprit quant à ça. Déjà le végétarisme ça ne passe pas trop encore pour les français alors les végans, clairement pas, tu peux t'en douter. » Répondis-je à la blonde tout en affichant une petite grimace sur mes lèvres, pour mon cas je m'en fou, chacun est libre de faire ou manger ce qu'il souhaite, du moment qu'on me laisse faire également ce que je veux les gens ne me dérangent pas. « Et toi ? Tu es végan alors ? » Demandais-je à la blonde tandis que nous continuons d'avancer dans le parc, quelques personnes sont encore présentes ici et là mais je ne les connais pas et visiblement ces personnes ne connaissent pas Maya non plus étant donné qu'elles ne la salue pas. Au bout du compte lorsque je vins à entendre les mots de Maya quant à une association j'acquiesce tout en haussant légèrement les épaules. « Je t'avouerais que j'y ai beaucoup pensé mais pour être tout à fait honnête je ne crois pas que j'aurais le temps ou encore la volonté de poursuivre. Le dessin me prend énormément de temps du coup ça risque d'être un peu compliqué pour moi d'assimiler les deux en fait. » Avouais-je à la jeune blonde tout en la fixant intensément avec un petit sourire plaqué sur mes lèvres, c'est vrai, j'aimerais bien mais entre le dessin, ma maison que je dois entretenir, mon chien dont je dois m'occuper en tout temps, la drogue et les cours clairement j'y arriverais pas...


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Ven 4 Nov - 0:18


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE Abandonner la danse fut un réel sacrifice. Pour ma famille, c’était une évidence et ce, bien avant mon accident. Mon passage sur la balance était toujours un moment très attendu. Ma mère restait sans rien dire alors que les chiffres s’affichaient. Ce n’est qu’en croisant son regard que je comprenais que ça n’allait pas. Cependant, je n’avais pas la force d’arrêter. Je me disais toujours : supporte-le encore un peu plus longtemps et tes rêves se réaliseront. J’étais fin prête pour monter sur scène et récolter le fruit de mon travail. Disposer d’une bourse pour étudier à l’étranger dans l’une des plus grandes écoles de danse, c’était le but. Ce gala, c’était le seul moyen pour montrer mon talent. Surement que j’y suis pour quelque chose dans cet accident. Je continuais d’exécuter ma performance sans même écouter mon corps criait au secours. Et puis, crac. J’entends encore le fracas de mes os contre le plancher. Il semblait presque que j’étais la seule à pouvoir entendre mon désespoir. Je suis restée à terre plusieurs longues secondes avant que l’on me vienne en aide. Dès que j’étais sortie de scène, j’ai su que je n’allais pas y retourner. C’est comme si une partie de moi était parti ce jour-là. Je suis restée allongée sur le lit d’hôpital quelques temps. Des médecins, des psychologues, des nutritionnistes : tous déploré mon état et surveiller mes faits et gestes. J’avais l’impression d’être devenu une enfant à nouveau. On m’apprenait à me nourrir, à marcher et à prendre soin de moi. Ce n’est qu’en passant devant le miroir de ma chambre que j’ai compris pourquoi on s’inquiétait autour de moi. J’ai recouvert mes miroirs de longues semaines. Je voulais être sûr de ne plus avoir honte en passant devant. « Oh ça doit être cool comme étude aussi. Bon je pense que j'aurais eu du mal, j'ai toujours eu des difficultés avec les sciences mais n'empêche ça doit être très intéressant ce que tu étudies. » Je n’ai jamais été la plus douée de la famille pour les études. C’était le job de Duncan. Mais j’étais assez intelligente pour maintenir une bonne moyenne sans pour autant travailler d’arrache-pied. Je me reposais sur mes compétences pour rester concentrée sur ce qui était le plus important : la danse. Je savais que je pouvais faire carrière, j’étais douée. Très douée. J’étais persuadée du plus profond de moi-même qu’il suffisait que j’ai devant moi le public adéquate pour que l’on me remarque et me fasse passer dans la cour des grands. Tout s’est effondré le jour de l’accident. Ma confiance en moi m’a quitté, je n’étais plus sûr de rien. Tout ce que je savais c’était que mes résultats scolaires me permettaient de suivre le cursus que je souhaitais. Les sciences environnementales étaient le plan b. Une matière que je comprenais déjà, pas un terrain inconnu. Je n’ai pas le courage d’essayer un autre type de cursus, j’ai préféré suivre la loi de la logique. « Et toi ? Tu es végan alors ? » Je souris à cette idée. On peut dire que je suivais leurs principes fut un temps. La danse nécessitait un régime très stricte. « J’aime beaucoup trop manger pour me priver de quoique ce soit » dis-je en riant. Lorsque je suis sortie de l’hôpital, les consignes étaient clair : prendre du poids tout en adoptant un régime alimentaire sain et varié. Mes parents avaient fait une liste détailler de plusieurs menus, plus ou moins caloriques. Ce n’est qu’après plusieurs mois que je commençais à manger la même quantité qu’eux. Il en a fallut du temps. Ce n’est pas que je n’avais pas l’envie de manger plus, c’est seulement que mon corps rejetait toute nourriture superflue. Aujourd’hui, je me donne à cœur joie bien que parfois, cela me donne des tours. Ces problèmes m’ont donné une constitution fragile. Peu importe le virus qui traine dans un rayon d’un kilomètre, il sera pour moi. C’est très dérangeant, mais j’ai fini par faire avec. « Je t'avouerais que j'y ai beaucoup pensé mais pour être tout à fait honnête je ne crois pas que j'aurais le temps ou encore la volonté de poursuivre. Le dessin me prend énormément de temps du coup ça risque d'être un peu compliqué pour moi d'assimiler les deux en fait. » J’acquiesce de la tête. Ses études semblent lui prendre déjà beaucoup de son temps, malgré tout entrer dans une association permet de connaitre du monde plus rapidement. On dit que ce sont les amis qu’on se fait à l’université qui le restent pour toute la vie. Je ne sais pas si c’est vrai, mais j’espère pouvoir trouver de tels amis. « C’est vrai que ça demande de l’implication quand on entre dans une association. Je n’aurais jamais pensé passer autant de temps avec l’association des étudiants en y entrant, honnêtement. Mais au moins, ça me tient éveillé et j’ai toujours quelque chose à faire » Plusieurs fois le club de danse classique m’avait demandé d’assister aux cours. J’ai toujours refusé poliment. L’un d’eux ayant eu vent de mon accident m’a alors demandé de venir pour aider, coacher. J’avais l’expérience nécessaire. J’ai une fois participer à l’une de leurs œuvres un dimanche matin. Ils animaient une classe d’enfant pour leur faire découvrir la danse classique. Rester à côté, regarder tout le monde s’afférer sur la piste de danse m’a dévasté. Je ne suis pas encore prête pour renouer. Après quelques minutes, nous atteignons enfin l’autre partie du campus. Je pointe du doigt les deux bâtiments à notre droite tout en lui spécifiant qu’il s’agit des siens. « Et voilà, nous sommes arrivés. A priori, tu ne devrais pas quitter ses deux bâtiments. Ils sont pratiquement exclusivement utilisés par les sections artistiques. » Il y a toujours une certaine ambiance dans ses bâtiments. Ça parait cliché, mais c’est vrai. Un peu fouillis, brouillon. Un brouhaha comme fond sonore. C’est plutôt amusant de traverser leurs couloirs. « Est-ce que tu souhaites que je te montre aussi tes classes ? Ou tu penses pouvoir te débrouiller ces dernières »
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : GekkuNeko
Posts : 571
Âge du perso : 19 ans, la majorité ça fait peur c'est certain..
État civil : Célibataire, malheureusement...
Activité : Etudiant en dessin donc en art
Money : 193
Matthieu N. Donovan
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Lun 7 Nov - 14:38

Matthieu & Maya
Première rencontre...

Nous avons tous nos petits soucis dans la vie de tous les jours, nos soucis du passé qui vont nous avoir marqué d'une façon ou d'une autre. Me concernant, ce qui m'a réellement posé soucis dans ma vie c'est mon père, étant donné qu'il s'en prenait à moi en tout temps quand je faisais quelque chose qui ne lui plaisait pas forcément beaucoup et bien j'en suis arrivé à un stade où l'auto destruction est devenue ma seule option pour ressentir le moindre sentiment. J'ai pensé à de nombreuses reprises au suicide, c'est moche je le sais très bien mais j'en avais besoin, je ressentais le besoin de le faire, sur mes bras on peut y voir de nombreuses cicatrices, je me taillais les veines, j'en pouvais plus de ce que je vivais en permanence avec lui, de ce qu'il m'infligeait depuis que j'étais un petit garçon de six ans. Faire une chose pareille à son enfant déjà c'est moche, lui porter des coups et des blessures en tout temps je trouve que ça craint mais alors en plus de ça quand c'est un petit enfant là par contre c'est encore pire. Moi je trouve qu'en faisant une telle chose on prouve juste une seule chose : on est une grosse merde, on a aucun sentiment, aucune humanité en nous-même. Bon, c'est mon point de vue sur la chose mais clairement je cautionne pas puis je m'inquiète pour ma mère aussi, ça aussi il faut y penser, je me dis que ma mère elle a peut-être bien des problèmes avec lui. Peut-être même qu'avant que je quitte la maison elle avait déjà des soucis mais je m'en rendais pas compte, mais je pense sincèrement que depuis que je suis partis elle doit en avoir, je me trompe peut-être je dis pas mais je m'inquiète pour elle. Il s'agit de ma mère, ce n'est pas n'importe quel être humain, c'est ma mère, elle m'a donné la vie et j'ai peur de ce qu'il va lui arriver, de ce qu'elle va finir par endurer à cause de lui. Souffre-t-elle ? Fort probablement, avec un enfoiré comme lui il est bien possible qu'elle souffre à son tour et ça me fait peur, vraiment peur, c'est ma mère, donc pas n'importe qui. Au bout du compte lorsque la jeune blonde et moi en venons à parler de la nourriture végan je souris et acquiesce en entendant ses mots et la scrute intensément. « Nous avons un excellent point en commun dans ce cas, moi aussi je mange sans trop me priver. » Avouais-je à la jeune blonde tandis que nous continuons d'avancer dans l'université l'un et l'autre, c'est vraiment grand en fait, vraiment très grand, très impressionnant d'ailleurs. J'ai beau être à Melbourne depuis un petit temps maintenant il n'empêche que je n'aurais jamais vraiment exploré l'université à ce point. Ou tout du moins pas en étant vraiment conscient, je remarque alors assez rapidement que j'étais vraiment défoncé ce matin parce qu'en définitive je suis vraiment allé loin quand j'étais défoncé, très loin dans l'université, ça craint quand même. Soupirant alors tandis que je fixe la demoiselle qui me parle des associations en général, j'acquiesce alors à ses mots et affiche un petit sourire. « C'est sûr que quand on est dans une association ça doit être beaucoup plus simple pour rencontrer des gens et donc se faire des amis mais bon je suppose que ça viendra en temps et en heure. Je m'inquiète pas, je rencontre des gens tous les jours à l'université faut juste apprendre à se connaître et par la suite peut-être que le courant passera... » Lâchais-je bien que je ne sois pas très confiant quant à mes mots, en définitive je ne suis pas tout à fait sûr de ce qu'il se passera pour moi ici. J'ai pas confiance dirons nous en mes qualités de me faire de mes amis et je me dis que j'apporterais plus de problèmes aux gens que de bonnes choses. Bref, ma confiance en moi est tout à fait anéantie, entre les horreurs de mon père puis les récents évènements avec Noah je ne sais définitivement plus où donner de la tête. Au bout d'un moment je finis par reporter mon attention sur Maya ne souhaitant plus penser à toutes ces choses négatives et lorsque j'entends ses mots j'acquiesce et affiche un léger sourire sur mes lèvres. « Merci en tout cas pour la visite guidée, puis ta patience et de m'avoir ramené au bon endroit, ce n'est pas tout le monde qui aurait fait ça... » Dis-je à la jolie blonde tandis que j'affiche un petit sourire sur mes lèvres, clairement je suis content, vraiment content parce que je n'aurais jamais imaginé que je tomberais sur quelqu'un d'aussi sympa ici donc ça fait plaisir, c'est une excellente surprise. Lorsqu'elle vint alors à me proposer de me montrer où sont mes classes je la fixe et affiche un petit sourire sur mes lèvres. « Pourquoi pas. Mais en échange j'aimerais bien que tu viennes manger un bout avec moi ce soir. Pour te remercier pour ta gentillesse, tu serais d'accord ? » Proposais-je à la blonde tout en affichant un petit sourire sur mes lèvres. Après tout pourquoi pas ? Elle est charmante et très gentille alors pourquoi ne pas essayer de devenir amis avec elle ? Pourquoi pas ...


Matthieu Nicolas Donovan
« Dans la vie, il y a ceux qui sont devant et ceux qui suivent »
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar
Pseudo : gingerbread aka andy ♥
Posts : 77
Âge du perso : 21 bougiiies
État civil : célibataire
Activité : étudiante en sciences de l'environnement
Money : 122
Maya Hastings
Ptit Roomie


A glimpse inside my world
ROOMIES & RELATIONSHIP :
A savoir sur moi :
Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   
Mer 23 Nov - 17:05


EYES WIDE OPEN

- MATTHIEU N. DONOVAN— MAYA HASTINGS -


and so they saw the universe in each other and that's what she wanted... for someone to understand her and make sense of the handful of flowers blooming from the top  

TENUE Entrer dans une association est le meilleur moyen d’avoir une vie sociale à l’université. Après tout, comment pouvons-nous passer cinq années dans ces lieux en ne se nourrissant que de bouquins et d’examens ? L’université est une belle période. On se fait souvent des amis sur qui on pourra compter bien après être diplômé. Je ne sais pas pourquoi c’est ainsi, très honnêtement. Je ne sais pas non plus si je ferais parti de ces chanceuses personnes mais en tout cas, je fais tout pour le devenir. Savoir que je pourrais encore boire un verre avec des amis après une journée de travail, c’est un certain objectif « C'est sûr que quand on est dans une association ça doit être beaucoup plus simple pour rencontrer des gens et donc se faire des amis mais bon je suppose que ça viendra en temps et en heure. Je m'inquiète pas, je rencontre des gens tous les jours à l'université faut juste apprendre à se connaître et par la suite peut-être que le courant passera... » Il ne semblait pas bien confiant. Quand on y pense, ça doit être difficile pour lui. Après tout, les étudiants ne sont pas forcément tendres avec les étudiants étrangers. Ils sont bien trop préoccupés par leur routine pour s’intéresser à quelqu’un venant d’un autre pays et donc faire des efforts pour comprendre sa culture. J’espère que tout comme avec moi, le courant passera avec d’autres élèves. Bien que, je ne peux affirmer que le courant soit passé. Je le suppose mais comment pourrais-je l’affirmer ? Après tout, je ne suis pas dans sa tête. Peut-être me trouve-t-il trop bavarde mais n’ose pas me le dire. Peut-être me trouve-t-il trop joyeuse mais n’ose rien dire car actuellement, je lui suis d’une certaine utilisé. Personnellement, je pense que le courant est passé. « Merci en tout cas pour la visite guidée, puis ta patience et de m'avoir ramené au bon endroit, ce n'est pas tout le monde qui aurait fait ça... » Je souris et le remercie pour son compliment. C’est dommage que peu de gens se soient intéressés à sa personne avant que je tombe sur lui. J’ai beaucoup apprécié à Barcelone que tous les élèves se soient intéressés à moi. Bien qu’au début, ils étaient curieux de mon mode de vie, ils ont continué à apprendre à me connaitre et finalement, nous sommes devenus amis. Je suis la mieux placer pour comprendre qu’il est important de trouver ses habitudes et une certaine routine quand on arrive dans un nouveau pays. Cela semble étrange, mais ça permet d’apprivoiser son environnement. « Pourquoi pas. Mais en échange j'aimerais bien que tu viennes manger un bout avec moi ce soir. Pour te remercier pour ta gentillesse, tu serais d'accord ? » Je pense que le courant est effectivement passé. Ou en tout cas, je ne l’ai pas encore totalement ennuyé. C’est un bon point. Je suis un peu surprise tout de même, je n’aurais jamais cru qu’il me proposerait quelque chose comme ça. Je ne sais pas pourquoi, c’était une première impression. Comme quoi, je devrais me taire avant d’émettre un premier jugement. Je suis tout de suite excitée à l’idée d’aller manger quelque part. De nombreux restaurants me viennent en tête ainsi que mes plats favoris. M’ayant retenue gustativement pendant de nombreuses années, depuis que j’ai quitté la danse, je me fais plaisir. C’est à cause de cela, que je ne pourrais jamais devenir vegan. Trop de bonnes choses à découvrir encore. Il faut que je rattrape toutes ces années perdues à être trop près de mon poids. « Ce serait avec plaisir ! » dis-je avec un grand sourire. « Mais tu sais, tu n’es pas obligée. J’ai été ravie de pouvoir t’aider aujourd’hui même si ce n’était pas grand-chose » dis-je timidement. Je n’étais pas habituée à ce que quelqu’un que je venais de rencontrer me proposer d’aller diner. Loin de moi l’idée de prendre ceci pour un rendez-vous, qu’on se le dise. Nous commençons à nous approcher du bâtiment. Je ne cache pas mon enthousiasme en y entrant. Je suis toujours la première à me porter volontaire quand le conseil des élèves à des missions là-bas. Je connais quelques élèves avec qui nous avons fait des soirées « On reconnait facilement un bâtiment artistique une fois dedans ! Je pense que je changerais facilement de cursus juste pour avoir la même ambiance dans mon bâtiment » dis-je en rigolant.
code by lizzou — gifs hunt by TUMBLR


I'm selfish, impatient and a little insecure. I make mistakes, I am out of control and at times hard to handle. But if you can't handle me at my worst, then you sure as hell don't deserve me at my best. ©️ by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


Sujet: Re: [Mayeu#1] Première rencontre...   


Revenir en haut Aller en bas
 
[Mayeu#1] Première rencontre...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Première Pub de la campagne d'obama ou Le rêve américain
» Première mission
» "Ne lui jetez pas la première bière..." [The Simpsons]
» Le 26 mai... La première armée permanente française...
» Cours de Sport [première classe arrivée]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Hey Roomie ! ::  :: Sweet escape in the north :: Université de Melbourne-